MATTHIEU 26:30, 36-46 MARC 14:26, 32-42 LUC 22:39-46 JEAN 18:1

  • JÉSUS DANS LE JARDIN DE GETHSÉMANI

  • SA SUEUR DEVIENT COMME DES GOUTTES DE SANG

Jésus vient de finir de prier avec ses fidèles apôtres. Ensuite, « après avoir chanté des louanges », ils sortent « vers le mont des Oliviers » (Marc 14:26). Ils se dirigent vers un jardin appelé Gethsémani, à l’est, où Jésus a l’habitude d’aller.

Quand ils arrivent dans ce bel endroit parsemé d’oliviers, Jésus laisse huit de ses apôtres, peut-être à l’entrée du jardin. Il leur dit : « Asseyez-​vous ici pendant que je vais là-bas pour prier. » Prenant avec lui Pierre, Jacques et Jean, Jésus s’enfonce un peu plus dans le jardin. Pris d’une terrible angoisse, il leur confie : « Je suis profondément triste, triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi » (Matthieu 26:36-38).

S’éloignant un peu, Jésus tombe à genoux et se met à prier. De quoi parle-​t-​il à Dieu en ce moment décisif ? « Père, dit-​il, tout est possible pour toi : éloigne cette coupe de moi. Cependant, que cela ne se passe pas comme je veux, mais comme tu veux » (Marc 14:35, 36). Que veut-​il dire ? Revient-​il sur sa décision de mourir pour racheter les humains ? Non !

Depuis les cieux, Jésus a pu voir que ceux qui étaient exécutés par les Romains souffraient terriblement. C’est à présent un humain, sujet à des sensations comme la douleur et la peur ; il n’a donc pas hâte de subir une telle mort. Mais ce qui l’angoisse le plus, c’est que sa mort en criminel puisse salir le nom de son Père. En effet, dans quelques heures, il sera cloué à un poteau, accusé d’avoir blasphémé contre Dieu.

Après avoir longuement prié, Jésus rejoint les trois apôtres, qu’il trouve en train de dormir. Il dit à Pierre : « Ainsi, vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi ? Veillez et priez sans cesse pour ne pas céder à la tentation. » Jésus est conscient que les apôtres vivent aussi des moments difficiles, et il se fait tard. Il ajoute : « L’esprit est plein de bonne volonté, mais la chair est faible » (Matthieu 26:40, 41).

Jésus s’éloigne une deuxième fois et demande à Dieu d’écarter « cette coupe » de lui. Quand il revient vers les apôtres, il les trouve à nouveau endormis, alors qu’ils devraient être en train de prier pour ne pas céder à la tentation. Quand il le leur fait remarquer, « ils ne [savent] pas quoi lui répondre » (Marc 14:40). Puis Jésus s’éloigne une troisième fois et s’agenouille pour prier.

Il est très soucieux des répercussions que sa mort en criminel aura sur le nom de son Père. Mais Jéhovah écoute les prières de son Fils et envoie un ange le fortifier. Jésus n’arrête pas pour autant de supplier son Père ; au contraire, il prie « encore plus intensément ». Son angoisse est très forte. En effet, un poids énorme repose sur ses épaules : sa vie éternelle et celle des humains qui ont foi en lui sont en jeu ! D’ailleurs,  sa sueur devient « comme des gouttes de sang, qui tombent à terre » (Luc 22:44).

Quand Jésus revient vers les apôtres pour la troisième fois, ils sont encore en train de dormir. « Dans un moment pareil, leur dit-​il, vous dormez et vous vous reposez ! Voyez ! L’heure où le Fils de l’homme doit être livré aux pécheurs est proche. Levez-​vous, allons-​y. Regardez : celui qui va me livrer arrive » (Matthieu 26:45, 46).