MATTHIEU 25:31-46

  • JÉSUS DONNE L’EXEMPLE DES BREBIS ET DES CHÈVRES

Sur le mont des Oliviers, Jésus vient de donner les exemples des dix vierges et des talents. Comment conclut-​il sa réponse à la question des apôtres sur le signe de sa présence et de la conclusion du système de choses ? Avec un dernier exemple, celui des brebis et des chèvres.

Jésus commence en décrivant le contexte de son exemple : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur son trône glorieux » (Matthieu 25:31). Il établit ainsi clairement qu’il est le personnage principal de l’exemple. En effet, il a souvent parlé de lui comme du « Fils de l’homme » (Matthieu 8:20 ; 9:6 ; 20:18, 28).

Quand cet exemple trouvera-​t-​il son accomplissement ? Quand Jésus « viendra dans sa gloire » avec les anges et s’assiéra « sur son trône glorieux ». Il a déjà annoncé que « le Fils de l’homme [viendrait] sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire », accompagné de ses anges. Cela se passera « aussitôt après la tribulation » (Matthieu 24:29-31 ; Marc 13:26, 27 ; Luc 21:27). Cet exemple s’accomplira donc dans l’avenir, lorsque Jésus arrivera dans sa gloire. Que fera-​t-​il alors ?

« Quand le Fils de l’homme viendra [...], explique Jésus, toutes les nations seront rassemblées devant lui, et il séparera les gens les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres. Il mettra les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche » (Matthieu 25:31-33).

Qu’arrivera-​t-​il aux brebis ? Jésus poursuit : « Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, vous qui avez été bénis par mon Père, et héritez du royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde” » (Matthieu 25:34). Pourquoi les brebis obtiennent-​elles l’approbation du Roi ?

 Le Roi explique : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif et vous m’avez donné à boire. J’étais un étranger et vous m’avez accueilli avec hospitalité. J’étais nu et vous m’avez habillé. Je suis tombé malade et vous avez pris soin de moi. J’étais en prison et vous êtes venus me voir. » Quand ces brebis, « les justes », lui demandent de quelle façon elles lui ont ainsi fait du bien, il répond : « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Matthieu 25:35, 36, 40, 46). Elles n’ont pas pu faire ces bonnes actions au ciel puisqu’il ne s’y trouve personne qui soit malade ou qui ait faim. Il doit donc s’agir d’actions accomplies en faveur des frères du Christ sur terre.

Qu’en est-​il des chèvres, qui sont placées à la gauche du Fils de l’homme ? « Puis [le Roi] dira à ceux qui seront à sa gauche : “Éloignez-​vous de moi, vous qui avez été maudits, et allez dans le feu éternel préparé pour le Diable et ses anges. Car j’ai eu faim, mais vous ne m’avez pas donné à manger. J’ai eu soif, mais vous ne m’avez pas donné à boire. J’étais un étranger, mais vous ne m’avez pas accueilli avec hospitalité. J’étais nu, mais vous ne m’avez pas habillé. J’étais malade et en prison, mais vous n’avez pas pris soin de moi” » (Matthieu 25:41-43). Ce jugement est mérité, car les chèvres n’ont pas traité avec bonté les frères du Christ sur terre, comme elles auraient dû le faire.

Les apôtres comprennent que les décisions rendues lors de cette époque de jugement auront des conséquences éternelles. En effet, Jésus conclut : « [Le Roi] répondra [à ceux qui seront à sa gauche] : “Vraiment je vous le dis, dans la mesure où vous ne l’avez pas fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils subiront la mort éternelle, mais les justes recevront la vie éternelle » (Matthieu 25:45, 46).

La réponse que Jésus vient de donner aux apôtres donne matière à réflexion à ses disciples en général. Ils peuvent notamment se demander ce que révèlent leur état d’esprit et leurs actions.