MATTHIEU 22:41–23:24 MARC 12:35-40 LUC 20:41-47

  • DE QUI LE CHRIST EST-​IL LE FILS ?

  • JÉSUS DÉVOILE L’HYPOCRISIE DE SES OPPOSANTS

Les opposants de Jésus n’ont pas réussi à le discréditer ni à le piéger de sorte qu’il soit livré aux Romains (Luc 20:20). À présent, le 11 nisan, alors qu’il est encore au Temple, Jésus révèle sa véritable identité. C’est à son tour de mettre à l’épreuve les pharisiens : « Que pensez-​vous du Christ ? De qui est-​il le fils ? » (Matthieu 22:42). Tout le monde sait que le Christ, ou Messie, est un descendant de David, et c’est ce que répondent les opposants de Jésus (Matthieu 9:27 ; 12:23 ; Jean 7:42).

Jésus demande : « Alors pourquoi David l’appelle-​t-​il Seigneur quand il dit sous inspiration : “Jéhovah a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-​toi à ma droite jusqu’à ce que je mette tes ennemis sous tes pieds’” ? Si donc David l’appelle Seigneur, comment peut-​il être son fils ? » (Matthieu 22:43-45).

Les pharisiens s’attendent à ce qu’un descendant humain de David les libère des Romains. Mais, s’appuyant sur les paroles de David rapportées en Psaume 110:1, 2, Jésus démontre que le Messie ne sera pas un simple dirigeant humain. Il est le Seigneur de David et il régnera après s’être assis à la droite de Dieu. Ses opposants ne savent donc pas quoi répondre.

Jésus s’adresse à présent à ses disciples et à de nombreuses autres personnes qui l’écoutent. Il les met en garde contre les scribes et les pharisiens. En enseignant la Loi de Dieu, ces hommes « se sont assis sur le siège de Moïse ». Jésus recommande donc à ses auditeurs : « Faites [...] tout ce qu’ils vous disent, mais n’agissez pas comme eux, car ils ne font pas ce qu’ils disent » (Matthieu 23:2, 3).

Il donne ensuite des exemples de l’hypocrisie des chefs religieux : « Ils agrandissent les boîtes qui contiennent des passages des Écritures et qu’ils portent pour être protégés. » Certains Juifs portent sur le front ou sur le bras des petites boîtes contenant des passages de la Loi. Les pharisiens élargissent leurs boîtes pour donner l’impression qu’ils appliquent la Loi avec zèle. De plus, « ils allongent les franges de leurs vêtements ». Les Israélites devaient ajouter des franges à leurs vêtements, mais les pharisiens veillent à ce que les leurs soient très longues (Nombres 15:38-40). Ils font tout cela « pour être remarqués par les hommes » (Matthieu 23:5).

Même les disciples pourraient être gagnés par le désir d’être en vue. C’est pourquoi Jésus leur donne ce conseil : « Ne vous faites pas appeler Rabbi, car vous n’avez qu’un seul Enseignant, et vous êtes tous frères. De plus, n’appelez personne sur la terre votre père, car vous n’avez qu’un seul Père : celui qui est au ciel. Ne vous faites pas non plus appeler chefs, car vous n’avez qu’un seul Chef : le Christ. » Comment donc les disciples doivent-​ils se considérer et se comporter ? Jésus leur dit : « Le plus grand parmi vous doit être votre serviteur. Celui qui s’élève sera humilié, et celui qui s’humilie sera élevé » (Matthieu 23:8-12).

Jésus prononce ensuite une série de malédictions contre ses opposants : « Malheur à vous, scribes et pharisiens ! Hypocrites ! Parce que vous fermez la porte du royaume des cieux devant les hommes. Vous, vous n’entrez pas, et ceux qui veulent entrer, vous les en empêchez » (Matthieu 23:13).

Jésus reproche aux pharisiens de ne pas se soucier de ce qui compte le plus pour Jéhovah, comme en témoignent les règles qu’ils ont mises en place. Ils disent par exemple : « Si quelqu’un jure par le Temple, ce n’est rien. Mais si quelqu’un jure par l’or du Temple, il doit tenir sa promesse. » En accordant plus d’importance à l’or du Temple qu’à la valeur spirituelle de ce lieu où on adore  Jéhovah, ils montrent qu’ils sont aveugles sur le plan moral. Ils laissent de côté « les points les plus importants de la Loi, c’est-à-dire la justice, la miséricorde et la fidélité » (Matthieu 23:16, 23 ; Luc 11:42).

Jésus poursuit : « Guides aveugles ! Vous filtrez le moustique, mais vous avalez le chameau » (Matthieu 23:24). Les pharisiens filtrent leur vin pour ne pas avaler de moustique, un insecte impur du point de vue rituel. Pourtant, ils négligent les aspects les plus importants de la Loi, un peu comme s’ils avalaient un chameau, un animal lui aussi impur, mais beaucoup plus gros (Lévitique 11:4, 21-24).