MATTHIEU 3:1-12 MARC 1:1-8 LUC 3:1-18 JEAN 1:6-8, 15-28

  • JEAN PRÊCHE ET BAPTISE

  • BEAUCOUP SONT BAPTISÉS, MAIS PAS TOUS

Dix-sept ans ont passé depuis le jour où Jésus, âgé de 12 ans, a interrogé les enseignants dans le Temple. C’est maintenant le printemps de l’année 29 de notre ère. Beaucoup parlent de Jean, un proche de Jésus, qui prêche dans toute la région située sur la rive ouest du Jourdain.

Jean est plutôt impressionnant, tant par son apparence que par ses paroles. Il porte un vêtement en poil de chameau et une ceinture en cuir. Il se nourrit de criquets et de miel sauvage. Quel est son message ? « Repentez-​vous, car le royaume des cieux s’est approché » (Matthieu 3:2).

Ceux qui viennent écouter Jean sont enthousiasmés par son message. Beaucoup comprennent qu’ils doivent se repentir, en regrettant leur mode de vie passé et en changeant d’état d’esprit et de comportement. On vient le voir de « Jérusalem, de toute la Judée et de toute la région du Jourdain » (Matthieu 3:5). Beaucoup se repentent. Jean les baptise, en les immergeant dans les eaux du Jourdain. Pourquoi ?

Le baptême de Jean symbolise, ou atteste, que ceux qui le reçoivent se repentent sincèrement des péchés qu’ils ont commis contre l’alliance de la Loi (Actes 19:4). Mais tous n’en sont pas dignes. Quand des chefs religieux, pharisiens et sadducéens, viennent le voir, Jean les appelle « fils de vipères ». Il ajoute : « Montrez votre repentance par des actes. N’ayez pas la présomption de vous dire : “Notre père, c’est Abraham.” Car je vous dis que Dieu peut donner des enfants à Abraham en se servant de ces pierres. La hache se trouve déjà à la racine des arbres. Tout arbre qui ne produit pas de beaux fruits sera coupé et jeté au feu » (Matthieu 3:7-10).

Comme Jean suscite beaucoup d’intérêt, transmet un message puissant et baptise de nombreuses personnes, des prêtres et des Lévites sont envoyés lui demander : « Qui es-​tu ?

— Je ne suis pas le Christ, admet Jean.

— Dans ce cas, es-​tu Élie ?

— Je ne le suis pas.

— Es-​tu le Prophète ?, l’interrogent-​ils, faisant allusion au grand Prophète dont Moïse avait prédit l’arrivée (Deutéronome 18:15, 18).

— Non !

— Qui es-​tu ? Dis-​le-​nous pour que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-​tu au sujet de toi-​même ?

— Moi, je suis la voix de quelqu’un qui crie dans le désert : “Rendez droit le chemin de Jéhovah”, comme l’a dit le prophète Isaïe (Jean 1:19-23).

— Pourquoi donc baptises-​tu, si tu n’es pas le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? »

La réponse de Jean est alors riche de sens : « Moi, je baptise dans l’eau. Il y a parmi vous quelqu’un que vous ne connaissez pas, celui qui vient derrière moi » (Jean 1:25-27).

Jean indique ainsi qu’il prépare le chemin en aidant les personnes au cœur bien disposé à accepter le Messie prédit, celui qui deviendra Roi. Il déclare à propos de ce dernier : « Celui qui vient après moi est plus fort que moi — je ne suis pas digne de lui enlever ses sandales » (Matthieu 3:11). Il précise même : « Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car il existait avant moi » (Jean 1:15).

Le message de Jean, « repentez-​vous, car le royaume des cieux s’est approché », est donc des plus approprié (Matthieu 3:2). Il fait ainsi savoir à tous que le ministère de Jésus Christ, le Roi que Jéhovah établira, va commencer.