JEAN 2:23–3:21

  • JÉSUS PARLE AVEC NICODÈME

  • CE QUE VEUT DIRE « NAÎTRE DE NOUVEAU »

Alors qu’il est à Jérusalem pour la Pâque de l’année 30, Jésus accomplit des miracles. En conséquence, beaucoup ont foi en lui. Nicodème, un pharisien membre de la cour suprême juive appelée le sanhédrin, est impressionné. Voulant en savoir plus, il va voir Jésus de nuit, sans doute par peur que les autres chefs juifs le voient.

« Rabbi, lui dit Nicodème, nous savons que tu es un enseignant venu de Dieu, car personne ne peut accomplir les miracles que tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » Jésus lui répond que pour entrer dans le royaume de Dieu, il faut d’abord « naître de nouveau » (Jean 3:2, 3).

Mais comment quelqu’un peut-​il naître de nouveau ? « Il ne peut tout de même pas entrer dans le ventre de sa mère et naître une deuxième fois ? », demande Nicodème (Jean 3:4).

Non, ce n’est pas ce que veut dire cette expression. « Si quelqu’un ne naît pas d’eau et d’esprit, explique Jésus, il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3:5). Jésus est né « d’eau et d’esprit » quand il s’est fait baptiser et que l’esprit saint est descendu sur lui. Une voix venue du ciel a alors déclaré : « C’est mon Fils, le bien-aimé, qui a mon approbation » (Matthieu 3:16, 17). De cette façon, Dieu faisait savoir qu’il avait engendré Jésus comme fils spirituel ayant la perspective d’entrer dans le royaume céleste. Plus tard, à la Pentecôte de l’année 33, l’esprit saint sera répandu sur des disciples, également baptisés, qui naîtront ainsi de nouveau, en tant que fils spirituels de Dieu (Actes 2:1-4)

Pour Nicodème, ce n’est pas facile de comprendre ce que Jésus lui enseigne sur le Royaume. Jésus lui en dit alors plus sur son rôle en tant que Fils humain de Dieu : « De même que dans le désert Moïse a élevé le serpent, de même le Fils de l’homme doit être élevé, pour que tous ceux qui croient en lui aient la vie éternelle » (Jean 3:14, 15).

Autrefois, les Israélites qui s’étaient fait mordre par des serpents venimeux devaient regarder le serpent de cuivre pour avoir la vie sauve (Nombres 21:9). Pareillement, les humains doivent exercer la foi dans le Fils de Dieu pour être libérés du péché et de la mort, et obtenir la vie éternelle. Soulignant le rôle plein d’amour de Jéhovah dans cette disposition, Jésus dit ensuite à Nicodème : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que tous ceux qui exercent la foi en lui ne soient pas détruits mais aient la vie éternelle » (Jean 3:16). C’est donc ici, à Jérusalem, six mois après avoir commencé son ministère, que Jésus explique clairement qu’il est le moyen de salut pour les humains.

Jésus ajoute que Dieu ne l’a pas envoyé « pour qu’il juge le monde », c’est-à-dire pour qu’il le condamne à la destruction, mais « pour que le monde soit sauvé par son intermédiaire » (Jean 3:17).

Par crainte, Nicodème est venu voir Jésus de nuit. Il est donc intéressant que Jésus termine ainsi la conversation : « Voici sur quoi se fonde le jugement : la lumière [c’est-à-dire Jésus, par sa vie et ses enseignements] est venue dans le monde, mais les hommes ont aimé les ténèbres plutôt que la lumière, car leurs actions étaient mauvaises. Car celui qui pratique des choses détestables a de la haine pour la lumière et ne  vient pas à la lumière, afin que ses actions ne soient pas condamnées. Mais celui qui fait ce qui est juste vient à la lumière, afin qu’il soit évident que ses actions ont été accomplies en accord avec la volonté de Dieu » (Jean 3:19-21).

C’est maintenant à Nicodème, ce pharisien et enseignant d’Israël, de réfléchir à ce qu’il vient d’entendre sur le rôle de Jésus dans le projet de Dieu.