Quand on a dit à Pharaon que les Israélites avaient quitté l’Égypte, il a changé d’avis. Il a donné cet ordre à ses soldats : “Préparez tous mes chars et rattrapons-​les ! Nous n’aurions jamais dû les laisser partir.” Pharaon et ses hommes se sont mis à poursuivre les Israélites.

Jéhovah guidait son peuple au moyen d’un nuage le jour et d’un feu la nuit. Il a conduit les Israélites jusqu’à la mer Rouge, et il leur a demandé d’installer leur camp près de la mer.

Ensuite, les Israélites ont vu que Pharaon et son armée essayaient de les rattraper. Ils étaient pris au piège entre la mer et l’armée égyptienne. Ils ont crié à Moïse : “Nous allons mourir ! Tu aurais dû nous laisser en Égypte.” Mais Moïse leur a répondu : “N’ayez pas peur. Attendez de voir comment Jéhovah va nous sauver.” Moïse avait vraiment confiance en Jéhovah !

Jéhovah a demandé aux Israélites de se préparer à partir. Cette nuit-​là, il a déplacé le nuage : il l’a mis entre les Égyptiens et les Israélites. Du côté des Égyptiens, il faisait noir. Mais du côté des Israélites, il y avait de la lumière.

Jéhovah a demandé à Moïse de tendre sa main sur la mer. Puis  il a fait souffler un vent fort toute la nuit. La mer s’est séparée en deux et un chemin s’est formé au milieu. Les millions d’Israélites ont pu marcher sur un sol sec, entre les murs d’eau, jusqu’à l’autre côté de la mer.

L’armée de Pharaon a suivi les Israélites au milieu de la mer. Mais Jéhovah a jeté le désordre dans l’armée. Les roues des chars tombaient. Les soldats se sont mis à crier : “Sortons d’ici ! Jéhovah combat pour eux.”

Jéhovah a dit à Moïse : « Tends ta main sur la mer. » Moïse a tendu sa main et les murs d’eau sont tombés sur l’armée égyptienne. Pharaon et tous ses hommes sont morts. Il n’y a pas eu un seul survivant.

Alors tout le peuple a loué Dieu par un chant : “Chantons pour Jéhovah, car il s’est couvert de gloire. Le cheval et son cavalier, il les a jetés dans la mer.” Pendant que le peuple chantait, les femmes dansaient et jouaient du tambourin. Ils étaient tous très heureux : maintenant, ils étaient vraiment libres !

« Nous pouvons dire, remplis de courage : “Jéhovah est mon secours ; je n’aurai pas peur. Que peut me faire un homme ?” » (Hébreux 13:6).