APRÈS la victoire de David sur Goliath, Abner, chef de l’armée d’Israël, le présenta à Saül. David plut à Saül, qui lui donna un commandement dans l’armée et le garda auprès de lui.

Un jour que l’armée revenait après avoir combattu les Philistins, les femmes chantèrent en chœur: ‘Saül a abattu ses milliers et David ses dizaines de milliers.’ Cet éloge, qui marquait une préférence pour David, éveilla la jalousie du roi. Mais le fils de Saül, Jonathan, n’était pas jaloux. Il aimait David et David l’aimait. Ils se lièrent l’un à l’autre par une promesse d’amitié fidèle.

David était un excellent harpiste et Saül aimait la musique qu’il jouait. Un jour, cependant, la jalousie de Saül lui fit faire une chose terrible. Pendant que David jouait de la harpe, il saisit sa lance et la jeta contre lui, en disant: ‘Je vais le clouer au mur.’ Mais David esquiva le coup. Plus tard, Saül le manqua encore. David sut alors qu’il lui fallait être très prudent.

Vous souvenez-vous de la promesse de Saül? Il avait promis de donner sa fille en mariage au vainqueur de Goliath. Saül annonça enfin à David qu’il lui donnerait sa fille Mical, à condition que celui-ci tuerait cent Philistins. Vous rendez-vous compte! Saül espérait que David mourrait de la main des Philistins, mais David échappa au péril et le roi fut obligé de lui donner sa fille.

Un jour, Saül révéla à Jonathan et à tous ses serviteurs son intention de tuer David. Mais Jonathan intervint. ‘Ne lui fais aucun mal’, dit-il à son père. ‘Il ne t’a jamais causé de tort. Tout ce qu’il a fait t’a été très utile. Il a risqué sa vie le jour où il a abattu Goliath. Tu l’as vu et tu t’es réjoui.’

Saül écouta son fils et promit de ne pas tuer David. Celui-ci revint et reprit son service. Or, un jour que David jouait de la musique, Saül jeta de nouveau sa lance contre lui. C’était la troisième fois. David esquiva le coup et la lance alla se planter dans le mur. David sut alors que sa seule chance était la fuite.

Cette nuit-là, David s’enfuit dans sa maison. Mais Saül envoya des hommes chargés de le tuer. Mical, qui n’ignorait rien du projet de son père, dit à David: ‘Si tu ne te sauves pas, demain tu es un homme mort.’ Cette même nuit, Mical le fit échapper de la maison par une fenêtre. Pendant sept ans, David, poursuivi par la haine de Saül, dut mener une vie errante.