QUE peuvent bien ramasser ces gens? C’est quelque chose de blanc, de floconneux, de fin comme du givre. Mais ce n’est pas du givre; c’est une substance qui se mange.

Il n’y avait pas un mois que les Israélites étaient sortis d’Égypte, et les voici dans le désert. Comme il y pousse très peu de nourriture, ils se plaignirent, en disant: ‘Que n’avons-nous péri en Égypte! Là au moins nous avions tout à satiété.’

Alors Jéhovah dit: ‘Je vais faire pleuvoir de la nourriture du haut du ciel.’ Ainsi fit-il. Le lendemain, à la vue de la substance blanche qui était tombée du ciel, les Israélites se demandèrent entre eux: ‘Qu’est-ce donc?’

Moïse leur dit: ‘C’est le pain que vous procure Jéhovah.’ Le peuple l’appela du nom de MANNE. La manne avait un goût de galette au miel.

‘Ramassez-en, chacun selon ce qu’il mange’, ordonna Moïse. Les Israélites en ramassaient donc chaque matin et, quand le soleil chauffait, ce qui restait sur le sol fondait.

Moïse dit encore: ‘Que personne n’en réserve pour le lendemain.’ Mais il y en eut qui n’écoutèrent pas Moïse et qui en gardèrent pour le jour suivant. Savez-vous ce qui arriva? Les vers s’y mirent et cela sentit mauvais.

Il y avait un jour de la semaine, cependant, où le peuple devait en ramasser une quantité double. C’était le sixième jour. Il fallait en mettre de côté pour le lendemain, car Jéhovah ne faisait pas tomber de manne le septième jour. On en gardait donc pour ce jour-là. Il ne s’y mettait pas de vers et cela ne sentait pas mauvais. C’était encore un miracle!

Tant que les Israélites furent dans le désert, Jéhovah les nourrit de la manne.