QUE se passe-t-il? Les combattants que vous voyez sur l’image sont tous des Israélites. L’homme debout près des soldats qui se désaltèrent est le juge Gédéon. Il regarde comment ils s’y prennent.

Voyons donc comment font ces soldats. Il y en a trois qui boivent le visage tout contre l’eau et un quatrième qui boit en portant la main à la bouche, ce qui lui permet de voir ce qui se passe autour de lui. C’est important, car Jéhovah avait ordonné à Gédéon de ne retenir que les hommes qui boiraient en se tenant sur leurs gardes. Les autres devaient rentrer chez eux.

Les Israélites étaient de nouveau dans un mauvais pas. C’est parce qu’ils désobéissaient à Jéhovah. Les Madianites les opprimaient et les réduisaient à une grande misère en ravageant le pays. Alors Israël implora le secours de Dieu.

Jéhovah ordonna à Gédéon de rassembler une armée. Gédéon réunit 32 000 hommes. Mais l’armée venue combattre Israël en comptait 135 000. Et cependant Jéhovah dit à Gédéon que ses troupes étaient trop nombreuses. Pourquoi?

C’est parce que la pensée pourrait venir à Israël, s’il avait le dessus, que la victoire était son œuvre et non celle de Jéhovah. D’où cet ordre de Dieu à Gédéon: ‘Dis à tous ceux qui ont peur qu’ils rentrent chez eux.’ Ce que fit Gédéon, et 22 000 hommes quittèrent les rangs. Il ne lui en restait plus que 10 000 pour combattre les 135 000 soldats du camp ennemi.

Mais Jéhovah estima que c’était encore trop. C’est pourquoi il ordonna à Gédéon de faire boire ses hommes et de renvoyer tous ceux qui boiraient le visage tout contre l’eau. ‘C’est avec les 300 hommes qui ont bu en restant sur leurs gardes que je vous donnerai la victoire’, lui promit Jéhovah.

Vint le jour du combat. Gédéon divisa ses 300 hommes en trois bandes. Chacun fut muni d’un cor et d’une jarre avec une torche à l’intérieur. Aux environs de minuit, ils cernèrent le camp ennemi. Alors, tous ensemble, au signal convenu, ils sonnèrent du cor, brisèrent leurs jarres et crièrent: ‘L’épée de Jéhovah et de Gédéon!’ Les ennemis, réveillés en sursaut, furent saisis d’une panique indescriptible et prirent la fuite. Israël était victorieux.