1, 2. Quel était le dessein de Jéhovah sur le septième jour, et comment sa sagesse a-t-elle été mise à l’épreuve au début de ce septième jour ?

UN DÉSASTRE ! Quelle déchéance pour la race humaine, couronnement du sixième jour de création ! Jéhovah avait pourtant déclaré “ très bon ” “ tout ce qu’il avait fait ”, y compris les humains (Genèse 1:31). Mais en décidant, au début du septième jour, de suivre Satan dans sa rébellion, Adam et Ève ont sombré d’un seul coup dans le péché, l’imperfection et la mort.

2 Le dessein de Jéhovah sur le septième jour a pu sembler irrémédiablement compromis. Comme les six précédents, ce jour durerait des milliers d’années. Déclaré sacré par Jéhovah, il verrait la terre devenir tout entière un paradis rempli d’une famille d’humains parfaits (Genèse 1:28 ; 2:3). Mais comment cela serait-il désormais possible après cette rébellion catastrophique ? Qu’allait faire Dieu ? Quelle épreuve pour sa sagesse ! Peut-être la plus cruciale.

3, 4. a) En quoi la sagesse avec laquelle Jéhovah a réagi à la rébellion en Éden a-t-elle de quoi nous remplir de respect ? b) Avec quelle humble conviction devons-nous aborder l’étude de la sagesse de Jéhovah ?

3 La réaction de Jéhovah fut instantanée. Tout en condamnant les rebelles en Éden, il traça les grandes lignes d’un dessein magistral qui remédierait aux malheurs qu’ils venaient de déclencher (Genèse 3:15). Ce dessein s’étend sur des milliers d’années : depuis l’Éden, il a épousé le cours de l’histoire humaine, et il se projette encore loin dans l’avenir. Remarquable de simplicité, il est cependant d’une telle profondeur que le lecteur de la Bible ne se lasse pas de l’étudier  et de le méditer sa vie durant. Mais surtout, son succès est assuré : la méchanceté, le péché et la mort disparaîtront, les humains fidèles seront amenés à la perfection, et ce avant la fin du septième jour. Ainsi, rien n’aura pu empêcher Jéhovah de réaliser en temps et en heure ce qu’il avait prévu pour la terre et les humains.

4 Comment ne pas être pénétré de respect devant pareille sagesse ? ‘ Ô profondeur de la sagesse de Dieu ! ’ s’est extasié l’apôtre Paul (Romains 11:33). Aussi, abordons l’étude de quelques aspects de cette qualité avec l’humble conviction que nous ne pouvons au mieux qu’effleurer l’insondable sagesse de Jéhovah (Job 26:14). Commençons par définir ce qu’est la sagesse divine.

Qu’est-ce que la sagesse divine ?

5, 6. Quel rapport y a-t-il entre la connaissance et la sagesse, et quelle est l’étendue de la connaissance de Jéhovah ?

5 La sagesse ne doit pas être confondue avec la connaissance. Un ordinateur peut contenir une masse énorme d’informations, de connaissances, mais qui dira que cette machine est sage ? La sagesse et la connaissance n’en sont pas moins liées (Proverbes 10:14). Imaginez que vous ayez besoin de sages conseils pour soigner un grave ennui de santé. Iriez-vous consulter quelqu’un n’ayant aucune connaissance médicale ? Non, n’est-ce pas ? Preuve que la connaissance exacte est indispensable à la vraie sagesse.

6 Jéhovah possède une connaissance infinie. “ Roi d’éternité ”, lui seul vit depuis toujours (Révélation 15:3). Et depuis ces temps immémoriaux, il sait tout. La Bible dit qu’“ il n’y a pas de création qui ne soit manifeste aux regards de Dieu, mais [que] toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte ”. (Hébreux 4:13 ; Proverbes 15:3.) Étant le Créateur, il connaît son œuvre à fond. Il observe l’ensemble des activités humaines  depuis le début. Il n’ignore rien de ce que recèle le cœur de chaque homme (1 Chroniques 28:9). Nous ayant dotés du libre arbitre, il se réjouit quand nous prenons des décisions sages. Enfin, étant Celui ‘ qui entend la prière ’, il en écoute des multitudes à chaque instant (Psaume 65:2). Et, cela va sans dire, il a une mémoire parfaite.

7, 8. Comment Jéhovah manifeste-t-il l’intelligence, le discernement et la sagesse ?

7 Jéhovah possède plus que la connaissance. Il voit le rapport entre les faits et discerne le sens général d’une infinité de détails. Il évalue et juge, distinguant le bon du mauvais, l’important du secondaire. Enfin, il regarde au-delà des apparences et sonde le cœur (1 Samuel 16:7). Jéhovah possède donc l’intelligence et le discernement, des facultés supérieures à la connaissance. Mais la sagesse va encore plus loin.

8 La sagesse met en œuvre simultanément la connaissance, le discernement et l’intelligence. Certains termes bibliques traduits par “ sagesse ” signifient littéralement “ action efficace ” ou “ sagesse pratique ”. La sagesse de Jéhovah n’est donc pas purement théorique. Elle est pratique et efficace. Fort de son immense connaissance et de son intelligence aiguë, Jéhovah prend toujours les meilleures décisions possibles, dont il assure ensuite le succès par une manière de procéder idéale. Voilà ce qu’est la vraie sagesse ! En Jéhovah se vérifient ces paroles de Jésus : “ La sagesse se révèle juste par ses œuvres. ” (Matthieu 11:19). Partout dans l’univers, ses œuvres rendent un témoignage puissant à sa sagesse.

Témoignages de la sagesse divine

9, 10. a) Quelle forme de sagesse Jéhovah possède-t-il, et dans quel domaine l’a-t-il manifestée ? b) En quoi la cellule témoigne-t-elle de la sagesse de Jéhovah ?

9 Ne vous êtes-vous jamais émerveillé de l’ingéniosité d’un artisan pour fabriquer des objets à la fois beaux et qui fonctionnent bien ? C’est une forme de sagesse remarquable  (Exode 31:1-3). Une sagesse qui, à la base, est celle de Jéhovah. Voyez ce constat du roi David : “ Je te louerai de ce que, d’une si redoutable manière, je suis fait si merveilleusement. Tes œuvres sont prodigieuses, et mon âme le sait parfaitement. ” (Psaume 139:14). Plus nous en apprenons sur le corps humain, plus la sagesse de Jéhovah nous inspire le respect.

10 Parlons de la cellule, par exemple. Une cellule, c’est tout ce que vous étiez au début. Un ovule de votre mère fécondé par un spermatozoïde de votre père et qui s’est divisé, divisé, pour devenir l’organisme de 100 000 milliards de cellules que vous êtes aujourd’hui. Bien que minuscule — il en tient 10 000 de taille moyenne dans une tête d’épingle — la cellule est d’une ahurissante complexité. Aucune machine ou usine fabriquée par l’homme ne l’égale. Les microbiologistes la comparent à une ville fortifiée : contrôle des entrées et des sorties, système de transport, réseau de communication, centrales électriques, ateliers de production, usines de recyclage et de traitement des déchets, services de défense et même, dans le noyau, une sorte d’autorité centrale. Qui plus est, la cellule est capable de se répliquer en quelques heures seulement.

11, 12. a) Qu’est-ce qui provoque la différenciation cellulaire dans l’embryon, et comment peut-on rapprocher ce phénomène de Psaume 139:16 ? b) Quelles caractéristiques du cerveau humain attestent que nous sommes ‘ faits merveilleusement ’ ?

11 Toutes les cellules ne se ressemblent pas. À un stade de la multiplication embryonnaire, elles se diversifient pour assumer des fonctions très différentes : cellules nerveuses, osseuses, musculaires, sanguines, oculaires, etc. Le programme de cette différenciation est inscrit dans la “ bibliothèque ” génétique de la cellule, l’ADN. Détail intéressant, s’adressant à Jéhovah, David a dit sous inspiration : “ Tes yeux ont vu mon embryon, et dans ton livre étaient inscrites toutes ses parties. ” — Psaume 139:16.

 12 Certaines parties de notre corps sont, elles aussi, d’une prodigieuse complexité. C’est le cas du cerveau, qualifié d’objet le plus complexe connu à ce jour dans l’univers. Chacune de ses 100 milliards de cellules nerveuses (l’équivalent du nombre d’étoiles dans notre galaxie) possède des milliers de connexions avec les autres. Les neurobiologistes estiment que le cerveau humain pourrait assimiler tout le savoir renfermé dans les bibliothèques du monde entier et que ses capacités de stockage dépassent même l’entendement. Après des dizaines d’années d’étude, ils en viennent à dire qu’on ne comprendra peut-être jamais complètement le fonctionnement de cet organe ‘ fait merveilleusement ’.

13, 14. a) En quoi les fourmis et d’autres animaux se révèlent-ils “ sages d’instinct ”, et qu’est-ce que cela nous apprend sur le Créateur ? b) Pourquoi peut-on dire d’œuvres de la création comme la toile d’araignée qu’elles ont été faites “ avec sagesse ” ?

13 Mais les humains ne sont qu’un exemple de la sagesse créatrice de Jéhovah. On lit en Psaume 104:24 : “ Que tes œuvres sont nombreuses, ô Jéhovah ! Elles toutes, tu les as faites avec sagesse. La terre est pleine de tes productions. ” Cette sagesse se voit partout autour de nous. Prenez la fourmi. Elle est ‘ sage d’instinct ’. (Proverbes 30:24.) Ses colonies sont des modèles d’organisation. Certaines gardent, protègent et traient des pucerons comme s’il s’agissait de bétail. D’autres, aux mœurs plus agricoles, cultivent des champignons. Quantité d’animaux sont ainsi programmés pour accomplir des choses remarquables par instinct. Une vulgaire mouche réalise des prouesses acrobatiques que l’homme est incapable de reproduire avec ses avions les plus modernes. Les oiseaux migrateurs se repèrent grâce aux étoiles, à l’orientation du champ magnétique terrestre ou à une sorte de carte interne. Des biologistes passent des années à étudier ces comportements programmés. Quelle sagesse doit posséder le Dieu qui a élaboré ces programmes complexes !

 14 La sagesse créatrice de Jéhovah est une mine de connaissance pour les savants. Il existe même une discipline, la biomimétique, qui cherche à imiter les procédés de la nature. Vous est-il déjà arrivé de vous extasier sur la beauté d’une toile d’araignée ? Le technicien y voit, lui, une invention extraordinaire. Sous leur aspect fragile, certains fils sont en effet proportionnellement plus solides que l’acier, plus résistants que les fibres d’un gilet pare-balles. Rendez-vous compte : une toile de la taille d’un filet de pêche serait capable de stopper un avion de ligne en plein vol ! Qui dira que Jéhovah n’a pas fait toutes ces choses “ avec sagesse ” ?

Qui a programmé les animaux pour qu’ils soient “ sages d’instinct ” ?

La sagesse en dehors du domaine terrestre

15, 16. a) Comment les cieux étoilés attestent-ils la sagesse de Jéhovah ? b) En quoi sa position de Commandant suprême d’une multitude d’anges témoigne-t-elle de la sagesse de Jéhovah en matière d’administration ?

15 La sagesse de Jéhovah se voit à travers ses œuvres partout dans l’univers. Les corps célestes, que nous avons évoqués au chapitre 5, ne sont pas éparpillés dans l’espace. Grâce aux “ lois du ciel ” établies par Jéhovah, ils sont magnifiquement organisés en galaxies, elles-mêmes regroupées en amas, puis en superamas (Job 38:33, Bible d’Osty). On comprend que Jéhovah les compare à une “ armée ”. (Isaïe 40:26.) Mais une autre armée témoigne de la sagesse divine avec encore plus de force.

16 Comme nous l’avons expliqué au chapitre 4, Dieu porte le titre de “ Jéhovah des armées ” en sa qualité de Commandant suprême d’une immense armée de centaines de millions de créatures spirituelles. C’est là une preuve de sa  puissance. Mais que vient faire ici la sagesse ? Réfléchissez à ceci : Jéhovah et Jésus n’étant jamais inactifs, il est logique de penser que les ministres angéliques du Très-Haut s’affairent, eux aussi, en permanence (Jean 5:17). Rappelons par ailleurs qu’ils nous sont bien supérieurs sous le rapport de l’intelligence et de la puissance (Hébreux 1:7 ; 2:7). Pourtant, Jéhovah garde tous ces anges occupés depuis des milliards d’années, joyeusement affairés à ‘ exécuter sa parole ’ et à ‘ faire sa volonté ’. (Psaume 103:20, 21.) Quelle sagesse doit exiger une telle administration !

Jéhovah est “ seul sage ”

17, 18. Pourquoi la Bible qualifie-t-elle Jéhovah de “ seul sage ”, et pourquoi cette sagesse devrait-elle nous remplir de respect ?

17 Compte tenu de ce qui précède, s’étonnera-t-on que la Bible place la sagesse de Jéhovah aussi haut ? De lui, elle dit par exemple qu’il est “ seul sage ”. (Romains 16:27.) Nul autre, en effet, ne possède la sagesse au sens absolu ; toute vraie sagesse vient de lui (Proverbes 2:6). C’est la raison pour laquelle Jésus, pourtant la plus sage de ses créatures, ne s’est pas fié à sa propre sagesse, mais a parlé comme son Père le lui avait demandé. — Jean 12:48-50.

18 Voyez en quels termes l’apôtre Paul a traduit le caractère incomparable de la sagesse de Jéhovah : “ Ô profondeur de la richesse et de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont inscrutables et ses voies introuvables ! ” (Romains 11:33). Ce “ Ô ” d’exclamation dit toute l’émotion de l’apôtre, en l’occurrence son grand respect. Le mot grec qu’il emploie pour “ profondeur ” est de la même famille que le mot qui signifie “ abîme ”. Ses paroles évoquent donc une image forte : contempler la sagesse de Jéhovah, c’est comme plonger le regard dans un gouffre sans fond, vertigineux, un domaine si profond, si vaste, qu’on ne pourra jamais en saisir l’immensité, et encore moins en tracer  les contours ou en dresser le plan détaillé (Psaume 92:5). Ne nous sentons-nous pas tout petits à cette pensée ?

19, 20. a) Pourquoi l’aigle est-il un symbole approprié de la sagesse divine ? b) Comment Jéhovah a-t-il prouvé sa capacité à sonder l’avenir ?

19 “ Seul sage ”, Jéhovah l’est également en ce sens qu’il est seul capable de sonder l’avenir. Vous vous rappelez certainement que la sagesse divine a l’aigle pour symbole. Bien qu’il pèse à peine cinq kilos, l’aigle royal possède des yeux plus grands que ceux d’un homme adulte. Sa vue remarquablement perçante lui permet de repérer des proies minuscules à des centaines de mètres, voire à plus de un kilomètre. “ Ses yeux, a dit un jour Jéhovah, regardent sans relâche dans le lointain. ” (Job 39:29). Jéhovah aussi a la faculté de regarder “ dans le lointain ”, mais dans son cas il s’agit de l’avenir.

20 La Bible en fournit la preuve à travers des centaines de prophéties, c’est-à-dire de l’histoire écrite à l’avance. Parfois des siècles à l’avance, Jéhovah a prédit dans sa Parole l’issue de certaines guerres, l’avènement et la chute de puissances mondiales, et même des stratégies précises suivies par des chefs militaires. — Isaïe 44:25–45:4 ; Daniel 8:2-8, 20-22.

21, 22. a) Qu’est-ce qui nous interdit de penser que Jéhovah prévoit la moindre de nos décisions ? Expliquez par un exemple. b) Comment savons-nous que la sagesse de Jéhovah n’est pas dénuée de sentiments ?

 21 Est-ce à dire que Dieu prévoit la moindre de nos décisions, comme l’affirment les tenants de la prédestination ? Pareille idée déprécie la sagesse de Jéhovah, car elle sous-entend qu’il ne maîtrise pas son pouvoir de connaître l’avenir. Après tout, est-on condamné à chanter sans arrêt sous prétexte qu’on possède une voix magnifique ? Idée absurde, n’est-ce pas ? De même, ce n’est pas parce que Jéhovah a la faculté de voir l’avenir qu’il utilise cette faculté en permanence. Ce faisant, il risquerait d’empiéter sur notre libre arbitre, don précieux qu’il ne nous retirera jamais. — Deutéronome 30:19, 20.

22 Mais il y a plus grave : la notion de prédestination supposerait chez Dieu une sagesse froide, insensible, dénuée de compassion. Rien ne saurait être plus éloigné de la réalité ! Jéhovah, nous enseigne la Bible, est “ sage de cœur ”. (Job 9:4.) Non qu’il possède vraiment un cœur ; dans les Écritures, ce mot renvoie souvent à ce que l’on est au fond de soi, aux mobiles et aux sentiments, parmi lesquels l’amour. Comme ses autres qualités, la sagesse de Jéhovah est donc gouvernée par l’amour. — 1 Jean 4:8.

23. Quelle devrait être notre attitude devant la supériorité de la sagesse de Jéhovah ?

23 Il va de soi que nous pouvons avoir une confiance absolue dans la sagesse de Jéhovah. Elle est tellement supérieure à la nôtre que la Parole de Dieu nous fait cette invitation bienveillante : “ Mets ta confiance en Jéhovah de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence. Dans toutes tes voies tiens compte de lui, et lui, il rendra droits tes sentiers. ” (Proverbes 3:5, 6). Penchons-nous à présent sur cette sagesse. Cette étude nous rapprochera de Jéhovah, notre Dieu infiniment sage.