1-3. a) Quelle menace les Égyptiens représentaient-ils pour les Israélites ? b) Comment Jéhovah a-t-il combattu pour son peuple ?

PRIS au piège ! Bloqués entre des escarpements infranchissables et la mer, talonnés par l’implacable armée égyptienne, les Israélites semblent promis au massacre *. Moïse les exhorte pourtant à ne pas perdre espoir. “ Jéhovah lui-même combattra pour vous ”, leur assure-t-il. — Exode 14:14.

2 Sans doute invoque-t-il néanmoins Jéhovah, puisqu’Il lui répond : “ Pourquoi cries-tu sans cesse vers moi ? [...] Lève ton bâton, tends ta main sur la mer et fends-la. ” (Exode 14:15, 16). Représentez-vous la suite des événements. Jéhovah donne ordre à son ange, et la colonne de nuage vient se placer sur les arrières d’Israël, se déployant peut-être comme un rempart devant la ligne d’attaque égyptienne (Exode 14:19, 20 ; Psaume 105:39). Moïse tend sa main. Un vent puissant se lève, qui commence à fendre la mer. Finalement, les eaux se figent en deux murailles, libérant un passage assez large pour que toute la nation s’y engage. — Exode 14:21 ; 15:8.

3 Devant cette démonstration de puissance, Pharaon devrait battre en retraite. L’orgueil le pousse au contraire à charger (Exode 14:23). Les Égyptiens s’engouffrent à leur tour dans le lit de la mer, mais voilà que leurs chars se mettent à perdre leurs roues, ce qui sème le chaos. Les Israélites  sont à présent en sécurité sur l’autre rive. Jéhovah commande alors à Moïse : “ Tends ta main sur la mer pour que les eaux reviennent sur les Égyptiens, sur leurs chars et sur leurs cavaliers. ” Les murailles liquides s’effondrent, engloutissant Pharaon et son armée. — Exode 14:24-28 ; Psaume 136:15.

À la mer Rouge, Jéhovah s’est montré “ un guerrier ”.

4. a) Quel genre de personne Jéhovah s’est-il montré à la mer Rouge ? b) Quelle réticence cette image de Jéhovah pourrait-elle inspirer à certains ?

4 La délivrance d’Israël à la mer Rouge a marqué l’histoire des relations entre Dieu et les hommes. En la circonstance, Jéhovah s’est montré “ un guerrier ”. (Exode 15:3.) Quel sentiment cela vous inspire-t-il ? Sachant la somme de chagrins et de souffrances que les guerres ont causée à l’humanité, l’idée que Dieu utilise sa puissance pour détruire vous dissuade-t-elle de vous approcher de lui ?

Guerres de Dieu et guerres des hommes

5, 6. a) Pourquoi Dieu est-il appelé à juste titre “ Jéhovah des armées ” ? b) En quoi les guerres de Dieu se distinguent-elles des guerres humaines ?

5 Le titre “ Jéhovah des armées ” figure près de trois cents fois dans les Écritures hébraïques et deux fois dans les Écritures grecques chrétiennes (1 Samuel 1:11). En tant que Maître Souverain, Jéhovah commande une immense armée angélique (Josué 5:13-15 ; 1 Rois 22:19). La puissance de destruction de cette armée est inimaginable (Isaïe 37:36). Évoquer la destruction d’humains n’est pas agréable, mais soyons conscients que les guerres de Dieu n’ont rien de commun avec les guerres mesquines des hommes. Les chefs militaires et politiques ont beau enrober leurs agressions de justifications nobles,  leurs guerres sont invariablement empreintes de cupidité et d’égoïsme.

6 Jéhovah n’agit pas sous le coup d’émotions irraisonnées. Deutéronome 32:4 dit de lui : “ Le Rocher, parfaite est son action, car toutes ses voies sont justice. Dieu de fidélité, chez qui il n’y a pas d’injustice ; il est juste et droit. ” Sa Parole condamne la fureur effrénée, ainsi que la cruauté et la violence (Genèse 49:7 ; Psaume 11:5). Il ne fait donc jamais rien sans raison. Il utilise sa puissance destructrice avec mesure et en dernier recours, comme en témoigne cette question transmise par son prophète Ézékiel : “ ‘ Est-ce que je prends vraiment plaisir à la mort du méchant ’, c’est là ce que déclare le Souverain Seigneur Jéhovah, ‘ et non pas plutôt à ce qu’il revienne de ses voies et qu’il reste bel et bien en vie ? ’ ” — Ézékiel 18:23.

7, 8. a) Qu’a cru à tort Job à propos de ses souffrances ? b) Comment Élihou a-t-il rectifié le point de vue de Job sur ce sujet ? c) Que nous apprend l’erreur de Job ?

7 Mais alors, pourquoi Jéhovah se sert-il de sa puissance pour détruire ? Avant de répondre à cette question, évoquons le juste Job. Satan ayant prétendu que Job, et par extension tout humain, ne resterait pas fidèle dans l’épreuve, Jéhovah a répondu à sa provocation en lui permettant d’éprouver l’intégrité de son serviteur. Conséquences pour Job : maladie, ruine, mort de ses enfants (Job 1:1–2:8). Ignorant de quoi il retournait, Job s’est cru puni injustement par Dieu. Pourquoi, lui a-t-il demandé, le prenait-il pour “ cible ”, le considérait-il comme ‘ son ennemi ’ ? — Job 7:20 ; 13:24.

8 Job se trompait. Un jeune homme du nom d’Élihou le lui a expliqué en ces termes : “ Tu as dit : ‘ Ma justice vaut plus que celle de Dieu. ’ ” (Job 35:2). Penser en savoir plus que Dieu ou estimer son action injuste n’est pas sage. “ Loin du vrai Dieu d’agir méchamment et du Tout-Puissant d’agir  injustement ”, a déclaré Élihou, ajoutant un peu plus tard : “ Quant au Tout-Puissant, nous ne l’avons pas atteint ; il est sublime en force, et le droit et l’abondance de justice il ne les décriera pas. ” (Job 34:10 ; 36:22, 23 ; 37:23). Par conséquent, soyons convaincus que, lorsque Dieu combat, c’est pour le bon motif. Ceci posé, examinons un certain nombre de raisons pour lesquelles le Dieu de paix se mue parfois en guerrier. — 1 Corinthiens 14:33.

Ce qui oblige le Dieu de paix à combattre

9. Pourquoi le Dieu de paix est-il amené à combattre ?

9 Après avoir loué Dieu comme “ guerrier ”, Moïse s’est exclamé : “ Qui est comme toi parmi les dieux, ô Jéhovah ? Qui est comme toi, qui te montres puissant en sainteté ? ” (Exode 15:11). Sur le même thème, le prophète Habaqouq a écrit : “ Tu as les yeux trop purs pour voir ce qui est mauvais ; et tu ne peux regarder le malheur. ” (Habaqouq 1:13). Dieu d’amour, Jéhovah est aussi un Dieu de sainteté et de justice, deux qualités qui exigent parfois la mise en œuvre de sa puissance destructrice (Isaïe 59:15-19 ; Luc 18:7). Jéhovah ne ternit donc pas sa sainteté en combattant. C’est, au contraire, parce qu’il est saint qu’il combat. — Exode 39:30.

10. a) Quand et comment la nécessité de combattre s’est-elle imposée à Dieu pour la première fois ? b) Quel serait le seul moyen de résoudre l’inimitié prédite en Genèse 3:15, et quels bienfaits les humains justes en retireraient-ils ?

10 Voyez la situation qu’a engendrée la rébellion du premier couple humain (Genèse 3:1-6). En tolérant l’injustice d’Adam et Ève, Jéhovah aurait affaibli sa position de Souverain de l’univers. Sa justice exigeait qu’il les condamne à mort (Romains 6:23). Par ailleurs, dans la toute première prophétie biblique, il prédit une inimitié entre ses serviteurs et les partisans du “ serpent ”, Satan (Révélation 12:9 ; Genèse 3:15). Le seul moyen de résoudre cette inimitié serait  finalement d’écraser Satan (Romains 16:20). Cette exécution vaudrait de grands bienfaits aux humains justes, car elle débarrasserait la terre de l’influence satanique et ouvrirait la voie à l’instauration d’un paradis universel (Matthieu 19:28). Dans l’intervalle, Jéhovah serait parfois obligé d’intervenir, ses serviteurs se trouvant sous la menace physique et spirituelle permanente des agents de Satan.

Dieu intervient pour supprimer la méchanceté

11. Pourquoi Dieu a-t-il estimé devoir provoquer un déluge universel ?

11 Le déluge fut l’une de ces interventions. À propos de l’époque de Noé, nous lisons en Genèse 6:11, 12 : “ La terre se pervertit sous les yeux du vrai Dieu, et la terre se remplit de violence. Alors Dieu vit la terre et, voyez, elle était pervertie, car toute chair avait perverti sa voie sur la terre. ” Jéhovah allait-il laisser les méchants souffler la dernière étincelle de moralité qui subsistait sur la terre ? Non. Il estima de son devoir de débarrasser la terre des individus violents et immoraux par un déluge universel.

12. a) Qu’a annoncé Jéhovah à propos de la “ semence ” d’Abraham ? b) Pourquoi les Amorites devaient-ils être exterminés ?

12 Il s’est produit à peu près la même chose avec le jugement sur les Cananéens. Jéhovah avait révélé que d’Abraham viendrait une “ semence ” par laquelle toutes les familles de la terre se béniraient. Conformément à ce dessein, il promit de donner aux descendants d’Abraham le pays de Canaan, alors habité par les Amorites. Comment allait-il justifier l’éviction de ce peuple par la force ? Il prédit qu’elle n’aurait lieu que 400 ans plus tard, une fois “ la faute des Amorites ” “ complète ” *. (Genèse 12:1-3 ; 13:14, 15 ; 15:13, 16 ; 22:18.) Au cours de cette période, les Amorites  sombrèrent dans la corruption. Canaan devint un pays d’idolâtrie, de meurtres et de pratiques sexuelles dépravées (Exode 23:24 ; 34:12, 13 ; Nombres 33:52). On y tuait même des enfants en les jetant dans des feux sacrificiels. Comment un Dieu saint aurait-il pu exposer son peuple à pareille méchanceté ? “ Aussi, déclara-t-il, le pays est-il impur, et je ferai venir sur lui la punition pour sa faute, et le pays vomira ses habitants. ” (Lévitique 18:21-25). Pour autant, il ne se livra pas à une tuerie aveugle. Il épargna les Cananéens qui, comme Rahab ou les Guibéonites, manifestèrent de bonnes dispositions. — Josué 6:25 ; 9:3-27.

Il combat pour son nom

13, 14. a) Pourquoi Jéhovah était-il dans l’obligation de sanctifier son nom ? b) Comment Jéhovah a-t-il lavé son nom d’un opprobre ?

13 Jéhovah étant saint, son nom l’est également (Lévitique 22:32). Jésus a appris à ses disciples à prier ainsi : “ Que ton nom soit sanctifié. ” (Matthieu 6:9). Or, en attaquant Dieu dans sa réputation et dans sa manière d’exercer la domination, la rébellion en Éden profana son nom. Jéhovah ne pouvait fermer les yeux sur cette rébellion aggravée d’une calomnie. Il devait laver son nom. — Isaïe 48:11.

14 Revenons aux Israélites. Tant qu’ils sont restés esclaves en Égypte, la promesse faite à Abraham selon laquelle toutes les familles de la terre se béniraient par sa Semence a semblé inconsistante. Mais, en les délivrant et en les constituant en nation, Jéhovah a lavé son nom de cet opprobre. Le prophète Daniel le rappellera en ces termes : “ Ô Jéhovah notre Dieu, [tu] as fait sortir ton peuple du pays d’Égypte par une main forte et [tu] as entrepris de te faire un nom . ” — Daniel 9:15.

15. Pourquoi Jéhovah a-t-il libéré les Juifs captifs à Babylone ?

15 Notez d’ailleurs que Daniel a prononcé cette prière à un moment où les Juifs avaient de nouveau besoin que  Jéhovah agisse pour Son nom. Leur désobéissance les avait conduits en captivité, à Babylone cette fois. De leur capitale, Jérusalem, ne subsistaient que des ruines. Sachant que le rétablissement des Juifs dans leur pays magnifierait le nom de Jéhovah, Daniel a fait cette prière : “ Ô Jéhovah, pardonne. Ô Jéhovah, prête attention et agis. Ne tarde pas, à cause de toi, ô mon Dieu, car ton nom a été invoqué sur ta ville et sur ton peuple. ” — Daniel 9:18, 19.

Il combat pour ses serviteurs

16. Expliquez pourquoi l’attention que Jéhovah prête à la défense de son nom ne le rend pas froid et égocentrique.

16 L’attention qu’il prête à la défense de son nom rend-il Jéhovah froid et égocentrique ? Non, car sa sainteté et son attachement à la justice l’incitent à protéger ses serviteurs. Le chapitre 14 de la Genèse raconte que, grâce au soutien de Dieu, Abraham mit en déroute des troupes bien supérieures aux siennes, celles de quatre rois envahisseurs qui avaient enlevé Lot (son neveu) et sa famille. Sans doute cette victoire est-elle la première qui fut consignée dans “ le livre des Guerres de Jéhovah ”, un document qui, semble-t-il, contenait également des récits de batailles non rapportés dans la Bible (Nombres 21:14). Bien d’autres victoires allaient suivre.

17. Comment savons-nous que Jéhovah a combattu pour les Israélites après leur entrée en Canaan ? Citez des exemples.

17 Juste avant de pénétrer en Canaan, les Israélites ont reçu cette assurance de la bouche de Moïse : “ C’est Jéhovah votre Dieu qui marche devant vous. Il combattra pour vous, selon tout ce qu’il a fait avec vous en Égypte. ” (Deutéronome 1:30 ; 20:1). De fait, sous Josué, le successeur de Moïse, puis pendant la période des juges, et jusque sous les rois fidèles de Juda, Jéhovah a combattu pour ses serviteurs, leur donnant de nombreuses victoires retentissantes. — Josué 10:1-14 ; Juges 4:12-17 ; 2 Samuel 5:17-21.

18. a) Pourquoi pouvons-nous être heureux que Jéhovah n’ait pas changé ? b) Que se passera-t-il lorsque l’inimitié annoncée en Genèse 3:15 atteindra son paroxysme ?

 18 Jéhovah n’a pas changé ni n’a renoncé à faire de la terre un paradis paisible (Genèse 1:27, 28). Sa haine de la méchanceté est intacte, et il aime infiniment ses serviteurs, en faveur de qui il interviendra sous peu (Psaume 11:7). Attendons-nous en effet à ce que l’inimitié annoncée en Genèse 3:15 atteigne prochainement son paroxysme de façon spectaculaire et violente. Pour sanctifier son nom et protéger son peuple, Jéhovah se fera alors une nouvelle fois “ guerrier ”. — Zekaria 14:3 ; Révélation 16:14, 16.

19. a) Expliquez par un exemple en quoi l’usage que Dieu fait de sa puissance destructrice peut nous rapprocher de lui. b) Quel effet la promptitude avec laquelle Dieu nous défend devrait-elle avoir sur nous ?

19 Prenons un exemple. Un homme voit une bête sauvage attaquer sa famille. Il se jette sur le fauve et le tue. Pensez-vous que sa femme et ses enfants seront horrifiés de son geste ? Ne vous attendez-vous pas plutôt à ce qu’ils soient profondément touchés par tant d’amour et d’abnégation ? Que Dieu utilise sa puissance pour détruire  ne devrait pas davantage nous offusquer. De le savoir prêt à combattre pour nous protéger devrait nous le faire aimer encore plus, et augmenter aussi notre respect pour sa puissance illimitée. C’est ainsi que nous pourrons “ offrir à Dieu un service sacré [...], avec crainte de Dieu et effroi ”. — Hébreux 12:28.

Approchez-vous du “ guerrier ”

20. Que faire lorsque nous ne comprenons pas bien ce que la Bible dit sur une guerre de Dieu, et pourquoi ?

20 Évidemment, la Bible ne nous explique pas toujours en détail ce qui motivait les décisions de Jéhovah dans ses guerres. Mais une chose est sûre : Jéhovah n’utilise jamais sa puissance de destruction d’une manière injuste, aveugle ou cruelle. Du reste, il est souvent possible d’éclaircir un passage de la Bible en se référant à son contexte ou à quelque donnée historique (Proverbes 18:13). Quoi qu’il en soit, le simple fait de connaître toujours mieux Jéhovah et de méditer sur ses qualités remarquables nous aidera à dissiper d’éventuels doutes. Nous constaterons que nous avons tout lieu de faire confiance à notre Dieu. — Job 34:12.

21. Bien que Jéhovah se montre parfois “ un guerrier ”, qu’est-il par nature ?

21 Si Jéhovah se montre “ un guerrier ” quand la situation l’exige, il n’est pas belliqueux pour autant. Dans sa vision du char céleste, Ézékiel a vu Jéhovah prêt à combattre ses ennemis. Mais il l’a vu aussi entouré d’un arc-en-ciel, symbole de paix (Genèse 9:13 ; Ézékiel 1:28 ; Révélation 4:3). Jéhovah est manifestement calme et pacifique. “ Dieu est amour ”, a écrit l’apôtre Jean (1 Jean 4:8). Toutes ses qualités s’équilibrent à la perfection. Quel bonheur de pouvoir nous approcher de ce Dieu puissant, mais plein d’amour !

^ § 1 D’après l’historien juif Josèphe, les Hébreux “ étaient suivis [...] de six cents chars de guerre avec 50 000 cavaliers et des hoplites au nombre de 200 000 ”. — Antiquités judaïques, II, 324 [XV, 3].

^ § 12 Le terme “ Amorites ” paraît désigner ici l’ensemble des peuples de Canaan. — Deutéronome 1:6-8, 19-21, 27 ; Josué 24:15, 18.