1, 2. a) De quelles terribles injustices Joseph a-t-il été victime ? b) Comment Jéhovah a-t-il réparé ces injustices ?

C’EST une terrible injustice. Un beau garçon croupit au fond d’un cachot pour une tentative de viol dont il est innocent. Une injustice qui n’est pas la première. Voilà plusieurs années, quand il avait 17 ans, Joseph a été trahi par ses propres frères, qui l’ont vendu en esclavage à des étrangers après avoir failli l’assassiner. S’il se trouve aujourd’hui en prison loin de son pays, sans personne, semble-t-il, pour intercéder en sa faveur, c’est parce qu’il a refusé les avances de la femme de son maître, qui s’est vengée en montant cette affaire de viol.

Joseph a croupi injustement dans un cachot.

2 Mais Jéhovah, le Dieu qui “ aime la justice et le droit ”, veille (Psaume 33:5). Il répare ces injustices, dirigeant si bien les événements qu’en plus de retrouver la liberté Joseph se voit directement propulsé du cachot à un poste à grande responsabilité, qui lui vaudra des honneurs extraordinaires (Genèse 40:15 ; 41:41-43 ; Psaume 105:17, 18). Finalement blanchi, le jeune homme se servira de sa position élevée pour favoriser le dessein de Dieu. — Genèse 45:5-8.

3. Pourquoi est-il normal que nous aspirions tous à être traités avec justice ?

3 Ce récit ne nous laisse pas indifférents, n’est-ce pas ? Qui n’a jamais été témoin ou victime d’une injustice ? Et qui n’aspire à être traité avec justice et équité, aspiration on ne peut plus naturelle puisque Jéhovah a mis en nous un certain nombre de ses qualités, dont la justice n’est pas la moindre (Genèse 1:27) ? Pour bien connaître Jéhovah, il faut  comprendre son sens de la justice. On n’en apprécie que plus ses voies prodigieuses et on cherche alors à s’approcher de lui.

Définition de la justice

4. Du point de vue humain, à quoi résume-t-on souvent la définition de la justice ?

4 Du point de vue humain, on résume souvent la définition de la justice à l’application honnête de la loi. Selon Droit et raison — une éthique théorique et pratique (angl.), “ la justice est rattachée à la loi, à l’obligation, aux droits et aux devoirs, et rend ses sentences en toute équité et objectivité ”. La justice de Jéhovah, cependant, est bien autre chose que la froide application de prescriptions dictée par le sens du devoir ou l’obligation.

5, 6. a) Quelles notions se rattachent aux termes originaux traduits par “ justice ” ? b) En quel sens Dieu est-il juste ?

5 On saisit mieux ‘ la largeur et la profondeur ’ de la justice divine en analysant les termes originaux utilisés dans le texte de la Bible. Dans les Écritures hébraïques, trois mots principaux sont employés. Deux sont invariablement traduits par “ justice ”, tandis que le troisième emporte, entre autres, l’idée d’équité ou de droit. Dans les Écritures grecques chrétiennes, le mot rendu par “ justice ” désigne la “ qualité de ce qui est juste ou droit ”. Ces termes sont parfois utilisés en parallèle. — Amos 5:24.

6 Par conséquent, lorsque la Bible dit que Dieu est juste, elle indique qu’il fait ce qui est droit et équitable, en toutes circonstances, sans partialité (Romains 2:11). Il est inconcevable qu’il se conduise autrement. “ Loin du vrai Dieu d’agir méchamment et du Tout-Puissant d’agir injustement ! ” a déclaré le  fidèle Élihou (Job 34:10). Jéhovah est absolument incapable “ d’agir injustement ”. Pour deux grandes raisons.

7, 8. a) Pourquoi Jéhovah est-il incapable d’agir injustement ? b) Qu’est-ce qui porte Jéhovah à traiter les autres avec justice ?

7 Premièrement, il est saint. Comme nous l’avons vu au chapitre 3, Jéhovah est infiniment pur et droit. Dès lors, comment pourrait-il agir injustement ? La sainteté de notre Père céleste nous donne la certitude qu’il ne maltraitera jamais ses enfants. Jésus en était convaincu, lui qui, la dernière nuit de sa vie sur terre, a fait cette prière pour ses disciples : “ Père saint, veille sur eux à cause de ton nom. ” (Jean 17:11). Seul Jéhovah est appelé “ Père saint ” dans les Écritures. À juste titre : aucun père humain ne l’égale en sainteté. Jésus ne doutait pas que ses disciples seraient en sécurité sous la protection du Père, qui est pur au plus haut degré et totalement séparé du péché. — Matthieu 23:9.

8 Deuxièmement, Dieu est amour par nature. Alors que la cupidité et l’égoïsme, travers aux antipodes de l’amour, engendrent souvent l’injustice sous toutes ses formes — en particulier le racisme, la discrimination et la partialité —, son amour désintéressé porte Jéhovah à traiter les autres avec justice. “ Jéhovah est juste ; oui, il aime les actes de justice ”, affirme la Bible (Psaume 11:7). Et Lui-même nous dit : “ Moi, Jéhovah, j’aime la justice. ” (Isaïe 61:8). N’est-il pas rassurant de savoir que notre Dieu d’amour prend plaisir à faire ce qui est juste et droit ? — Jérémie 9:24.

 Miséricorde et justice parfaite

9-11. a) Quel rapport y a-t-il entre la justice de Jéhovah et sa miséricorde ? b) Comment à la fois la justice et la miséricorde de Jéhovah se voient-elles dans son comportement envers les humains pécheurs ?

9 Comme tout le reste de sa personnalité incomparable, la justice de Jéhovah est parfaite ; rien n’y manque. “ Le Rocher, parfaite est son action, car toutes ses voies sont justice, a écrit Moïse dans une louange. Dieu de fidélité, chez qui il n’y a pas d’injustice ; il est juste et droit. ” (Deutéronome 32:3, 4). Chaque expression de sa justice est sans défaut : ni trop sévère ni trop indulgente.

10 Il existe un rapport étroit entre la justice de Jéhovah et sa miséricorde. Psaume 116:5 dit : “ Jéhovah est compatissant et juste ; et notre Dieu est un Dieu qui fait miséricorde. ” Jéhovah est donc à la fois juste et miséricordieux. Ces deux qualités ne sont pas incompatibles. La miséricorde n’est pas là pour tempérer une justice trop sévère. En réalité, Jéhovah manifeste souvent l’une et l’autre simultanément, dans la même action. Voyons un exemple.

11 Les humains étant pécheurs par héritage, ils méritent le châtiment qu’appelle le péché : la mort (Romains 5:12). Mais Jéhovah ne prend pas plaisir à la mort des pécheurs. Il est “ un Dieu de pardons, compatissant et miséricordieux ”. (Nehémia 9:17.) D’un autre côté, sa sainteté lui interdit de fermer les yeux sur l’injustice. Dès lors, comment peut-il témoigner de la miséricorde à des humains foncièrement pécheurs ? La réponse tient dans l’un des enseignements les plus précieux de sa Parole : la rançon. Le chapitre 14 nous en dira plus à ce sujet. Cette disposition pour le salut des humains est à la fois rigoureusement juste et suprêmement  miséricordieuse. Par elle, Jéhovah exprime sa tendre miséricorde envers les pécheurs repentants sans déroger aux exigences de sa justice parfaite. — Romains 3:21-26.

Une justice réconfortante

12, 13. a) Pourquoi la justice de Jéhovah nous attire-t-elle vers lui ? b) À quelle conclusion David est-il arrivé concernant la justice de Jéhovah, et en quoi est-ce sécurisant ?

12 La justice de Jéhovah nous attire vers lui, car elle n’est pas rebutante de froideur, mais, comme le montre clairement la Bible, fondamentalement compatissante. Arrêtons-nous sur quelques-unes de ses manifestations réconfortantes.

13 Sa justice parfaite détermine Jéhovah à se montrer fidèle envers ses serviteurs. Le psalmiste David a pu en témoigner, par expérience et pour avoir étudié la question. “ Jéhovah aime la justice, en a-t-il conclu, et il ne quittera pas ses fidèles. Pour des temps indéfinis, oui ils seront gardés. ” (Psaume 37:28). Quelle assurance sécurisante ! Dieu n’abandonne jamais, ne serait-ce qu’un instant, ceux qui lui sont fidèles. Comptons sur lui pour être près de nous et nous entourer de son affection. Sa justice le garantit. — Proverbes 2:7, 8.

14. Comment la sollicitude de Jéhovah pour les défavorisés ressort-elle de la Loi qu’il avait donnée à Israël ?

14 La justice divine est également sensible aux besoins des affligés, des défavorisés. Témoin la Loi que Jéhovah avait donnée à Israël, avec ses dispositions particulières en faveur des orphelins et des veuves (Deutéronome 24:17-21). Sachant combien la vie pouvait être difficile pour ces familles, paternellement Jéhovah se faisait leur Juge et Protecteur, Celui “ qui  exécute le jugement pour l’orphelin de père et la veuve ” *. (Deutéronome 10:18 ; Psaume 68:5.) Il avait averti les Israélites que, s’ils maltraitaient ces femmes et ces enfants sans défense, leur clameur ne lui échapperait pas. “ Oui, ma colère s’enflammera ”, avait-il prévenu (Exode 22:22-24). La colère n’est pas un trait dominant de la personnalité de Jéhovah, mais les injustices délibérées provoquent sa juste indignation, surtout quand elles visent les petits et les faibles. — Psaume 103:6.

15, 16. Citez une preuve indéniable de l’impartialité de Jéhovah.

15 Enfin, Jéhovah nous assure qu’il “ ne se montre partial envers personne et [...] n’accepte pas de pot-de-vin ”. (Deutéronome 10:17.) À la différence de nombreux hommes de pouvoir ou d’influence, il n’est impressionné ni par la richesse ni par les apparences. Il est totalement exempt de préjugés et de favoritisme. Songez — preuve indéniable de son impartialité — qu’il n’a pas réservé à une élite le privilège d’être ses adorateurs et de vivre à jamais. Non, “ en toute nation l’homme qui le craint et pratique la justice est agréé de lui ”. (Actes 10:34, 35.) Jéhovah offre cette perspective extraordinaire à tous, sans regarder au rang social, à la couleur de la peau ou au pays. N’est-ce pas la justice par excellence ?

16 Le comportement de Jéhovah envers les transgresseurs de ses normes justes est un autre aspect de sa justice parfaite qui mérite respect et considération.

 Il n’exempte pas de la punition

17. Pourquoi l’existence de l’injustice dans le monde ne remet-elle pas en question la justice de Jéhovah ?

17 Certains diront : ‘ Si Jéhovah n’excuse pas l’injustice, pourquoi tant de souffrances imméritées et de corruption dans le monde ? ’ Ces injustices ne remettent pas en question la justice de Jéhovah. Elles sont la conséquence du péché hérité d’Adam. Dans un monde méchant où des humains imparfaits suivent des voies pécheresses par choix, l’injustice ne peut qu’abonder. Mais plus pour très longtemps. — Deutéronome 32:5.

18, 19. Qu’est-ce qui montre que Jéhovah ne tolérera pas indéfiniment ceux qui enfreignent délibérément ses lois justes ?

18 Si Jéhovah manifeste une grande miséricorde envers ceux qui s’approchent de lui avec sincérité, il ne tolérera pas indéfiniment une situation qui outrage son saint nom (Psaume 74:10, 22, 23). On ne se moque pas du Dieu de justice ; il n’épargnera pas aux pécheurs volontaires le châtiment que mérite leur conduite. Jéhovah est un “ Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère et abondant en bonté de cœur et en vérité, [...] mais en aucun cas il n’accordera l’exemption de punition ”. (Exode 34:6, 7.) Conformément à ces paroles, il a parfois estimé nécessaire d’exécuter son jugement sur des individus qui avaient enfreint délibérément ses lois justes.

19 Voyez comment il a agi autrefois envers Israël. Leur installation en Terre promise n’ayant pas empêché les Israélites de retomber régulièrement dans l’infidélité, Jéhovah, bien que ‘ peiné ’, ne les a pas rejetés tout de suite (Psaume 78:38-41). Avec miséricorde, il leur a même donné des occasions de changer. “ Je prends plaisir, leur a-t-il dit, non pas à la mort du méchant, mais à ce que le méchant revienne de sa voie et qu’il reste bel et bien en vie. Revenez, revenez de vos voies  mauvaises, car pourquoi devriez-vous mourir, ô maison d’Israël ? ” (Ézékiel 33:11). La vie étant précieuse à ses yeux, il leur a envoyé ses prophètes maintes et maintes fois pour qu’ils ‘ reviennent de leurs mauvaises voies ’. Mais la grande majorité de ces Israélites au cœur dur ont refusé d’écouter et de se repentir, si bien que, pour son saint nom et pour tout ce qu’il représente, Jéhovah a fini par les livrer à leurs ennemis. — Nehémia 9:26-30.

20. a) Que nous apprennent sur Jéhovah ses manières d’agir envers Israël ? b) Pourquoi le lion est-il un symbole approprié de la justice divine ?

20 Les manières d’agir de Jéhovah envers Israël sont riches d’enseignement. Tout d’abord, ses yeux perçants remarquent l’injustice, et ce qu’il voit l’affecte profondément (Proverbes 15:3). Ensuite — et c’est rassurant —, il cherche à manifester la miséricorde chaque fois qu’il a une raison de le faire. En outre, sa justice n’est pas expéditive. Du fait de sa patience, beaucoup pensent à tort que Jéhovah ne punira jamais les méchants. Rien n’est plus faux, car ses rapports avec Israël nous apprennent aussi que sa patience a des limites. Il ne transige pas sur la justice. À la différence des humains, que la crainte retient  souvent, il a le courage d’agir pour le droit. C’est à juste titre que le lion, symbole de la justice exercée avec courage, est associé à Sa présence et à Son trône * (Ézékiel 1:10 ; Révélation 4:7). Nous pouvons donc être sûrs que Jéhovah tiendra sa promesse de débarrasser la terre de l’injustice. Son approche du jugement se résume ainsi : fermeté, quand c’est nécessaire ; miséricorde, quand c’est possible. — 2 Pierre 3:9.

Approchons-nous du Dieu de justice

21. Lorsque nous méditons sur la façon dont Jéhovah exerce sa justice, comment devrions-nous le voir, et pourquoi ?

21 Lorsque nous méditons sur la façon dont Jéhovah exerce sa justice, ne voyons pas en lui un juge froid et inflexible uniquement préoccupé de condamner les transgresseurs, mais plutôt un Père bienveillant, quoique ferme, qui traite toujours ses enfants de la meilleure façon qui soit. En Père juste, il équilibre son ferme attachement au droit avec la tendre compassion que lui inspirent ses enfants terrestres, qui ont besoin de son aide et de son pardon. — Psaume 103:10, 13.

22. Quelle perspective dictée par sa justice Jéhovah nous a-t-il ouverte, et pourquoi agit-il ainsi envers nous ?

22 Quel soulagement de savoir que la justice divine va bien au-delà de la condamnation des transgresseurs ! Elle a incité Jéhovah à nous ouvrir une perspective exaltante : une vie parfaite et sans fin dans un monde où “ habitera la justice ”. (2 Pierre 3:13.) S’il agit ainsi envers nous, c’est parce que sa justice cherche à sauver plutôt qu’à condamner. Saisir toute la portée de cette qualité admirable nous rapproche vraiment de Jéhovah ! Dans les chapitres suivants, nous étudierons de plus près comment il la manifeste.

^ § 14 Le fait que le mot hébreu traduit par “ orphelin de père ” soit au masculin ne trahit nullement un intérêt moindre envers les filles. Jéhovah avait fait consigner dans la Loi le récit de la décision judiciaire qui avait garanti un héritage aux orphelines de Tselophehad. Cette décision, qui avait fait jurisprudence, établissait les droits des orphelines. — Nombres 27:1-8.

^ § 20 Notons d’ailleurs que, lors de l’exécution de son jugement sur l’Israël infidèle, Jéhovah s’est comparé à un lion. — Jérémie 25:38 ; Hoshéa 5:14.