• PAYS ET TERRITOIRES 57

  • HABITANTS 982 501 976

  • PROCLAMATEURS 4 102 272

  • COURS BIBLIQUES 4 345 532

Cours bibliques à la lueur d’une bougie

Un couple de pionniers spéciaux prêchant dans un territoire isolé du Brésil a entendu parler de Valdira, une femme qui avait étudié la Bible 13 ans plus tôt. Après avoir parcouru une route poussiéreuse avec des traversées dangereuses de rivières, les pionniers ont trouvé Valdira, impatiente de reprendre son étude. Comme elle vit dans un endroit isolé, il a fallu s’organiser. Valdira avait un téléphone  portable, mais le seul endroit où elle pouvait capter les appels se situait dans un champ loin de chez elle. De plus, elle ne pouvait étudier qu’après 21 heures. Imaginez la scène : une jeune femme avec son téléphone portable, assise seule la nuit au milieu d’un champ, en train de suivre un cours biblique à la lueur d’une bougie.

Aujourd’hui, Valdira écoute aussi la réunion du dimanche par téléphone. Elle va dans le champ avec sa bible, sa Tour de Garde et son recueil de cantiques pour suivre le programme. Et quand il pleut, elle apporte aussi son parapluie.

En mars, Valdira a fait une centaine de kilomètres pour aller à la Salle du Royaume afin d’assister à une réunion spéciale où on a annoncé la parution en portugais de la Traduction du monde nouveau révisée. Elle a été très heureuse d’en recevoir un exemplaire. Quand on l’a félicitée pour tous ses efforts, elle a dit : « Oh, ce n’est pas si difficile ! »

« Je savais que vous viendriez un jour »

Les Yukpa sont un peuple amérindien qui vit en Colombie. Avant de rendre visite à une de leurs communautés, Frank, un pionnier spécial, avait été prévenu que John Jairo, le chef local, avait par le passé chassé plusieurs groupes évangéliques venus prêcher. Une fois, ayant trouvé un de leurs pasteurs en train de collecter la dîme, John l’avait fait déguerpir en tirant des coups de feu en l’air.

Colombie : Frank, un pionnier spécial, enseigne la Bible à un groupe de Yukpa.

Frank se rappelle : « Quand nous sommes arrivés dans la communauté, la première personne qui nous a écoutés n’était ni plus ni moins qu’une des filles de John Jairo ! En voyant le livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, elle s’est tout de suite exclamée : “C’est à cette religion que je veux appartenir !” Puis, elle a couru avertir son père de notre  arrivée. Il nous a immédiatement fait venir. Nous étions nerveux à l’idée de le rencontrer. Avant que nous ayons pu dire un mot, il a déclaré : “Je sais que vous avez la vraie religion. Il y a huit ans, j’ai trouvé dans une décharge de Becerril un livre comme celui que vous avez donné à ma fille. Je l’ai lu et depuis, j’attends votre venue. Je savais que vous viendriez un jour. J’aimerais que vous nous enseigniez la Bible à moi et à ma famille, et aussi à toute la communauté. Nos portes vous sont ouvertes.”

« À ces mots, nous avons eu les larmes aux yeux. Toute la communauté s’est rassemblée pour écouter le message que nous prêchions et John Jairo l’a interprété dans leur langue. Quand nous les avons quittés, il nous a prêté un petit âne pour porter nos bagages. Nous conduisons maintenant  47 cours bibliques auprès de 120 Yukpa provenant de différentes communautés, dont John Jairo et sa fille. »

Un persécuteur change de conduite

José, un ancien catholique fervent, vit en Équateur. Il raconte : « J’éprouvais une haine viscérale pour les Témoins de Jéhovah. Je les ai persécutés pendant dix ans. Je montais les foules contre eux, je les brutalisais et les accusais d’être des voleurs. Et une fois au poste de police, j’insistais pour verrouiller moi-même leurs cellules. Un jour, nous avons détruit la voiture d’un Témoin. Une autre fois, nous avons lancé une de leurs motos dans un ravin.

« Puis, en 2010, j’ai contracté la grippe A (H1N1). Mon médecin m’a vivement conseillé de quitter les hauteurs  des Andes et de m’installer sur la côte, où le climat plus chaud m’aiderait à me rétablir. J’ai donc emménagé dans une petite ferme appartenant à un membre de ma famille, dans une région côtière, et finalement j’ai dû m’occuper moi-même de cette ferme. Vivant tout seul, je mourais d’envie de parler à quelqu’un. Et qui est venu à la ferme ? Les Témoins de Jéhovah ! En désespoir de cause, j’ai discuté avec eux et j’ai été surpris de voir comment ils utilisaient la Bible. Par curiosité, j’ai accepté un cours biblique. Au bout de six mois, j’ai assisté à une réunion. J’ai été si impressionné par la gentillesse et l’intérêt plein d’amour qu’on me témoignait que je me suis demandé : “Et si c’était eux les vrais serviteurs de Dieu ?” J’ai fait des progrès et je me suis fait baptiser en avril 2014.

« Je m’en voulais beaucoup d’avoir persécuté les Témoins. Mais Jéhovah m’a offert la possibilité de me racheter dans une certaine mesure. Lors d’une assemblée de circonscription qui s’est tenue le 4 octobre 2014, on m’a interviewé sur mon passé d’opposant. On m’a demandé : “Si tu avais l’occasion de t’excuser auprès de quelqu’un que tu as persécuté, qui choisirais-tu ?” J’ai immédiatement répondu : “Frère Edmundo, mais je ne sais pas du tout comment le retrouver.” À mon insu, le surveillant de circonscription l’avait fait attendre derrière la scène. Les assistants ont été émus aux larmes quand Edmundo et moi, nous nous sommes jetés dans les bras l’un de l’autre en pleurs. »

« S’il te plaît, Jéhovah, aide tes Témoins à me retrouver »

Paraguay : Une femme a demandé à des sœurs si elles étaient Témoins de Jéhovah.

À midi, sous un soleil brûlant, un groupe de sœurs d’Asunción, au Paraguay, finissait de prêcher dans leur territoire. Elles ont cependant décidé de faire un effort supplémentaire pour rendre visite aux habitants de quelques  maisons voisines. Une des sœurs du groupe a fait ce commentaire : « Peut-être que quelqu’un est en train de prier. » En arrivant à la porte d’une maison à l’angle d’une rue, une jeune femme les a accueillies avec le sourire et leur a demandé si elles étaient Témoins de Jéhovah. Elle leur a expliqué qu’elle avait quitté la Bolivie un mois plus tôt pour s’installer au Paraguay, à cause de son travail. Elle avait étudié la Bible en Bolivie avant de déménager, mais personne dans son nouveau voisinage n’avait pu lui dire où trouver les Témoins. Elle avait donc fait cette prière : « S’il te plaît, Jéhovah, aide tes Témoins à me retrouver. » Et ce jour-là, les sœurs la rencontraient et prenaient rendez-vous avec elle pour commencer un cours biblique.