MÊME si la prédication de porte en porte reste la principale forme d’évangélisation des Témoins de Jéhovah, l’utilisation de tables d’exposition et de présentoirs mobiles se révèle un moyen très efficace de prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu (Mat. 24:14). Les proclamateurs se servent de présentoirs fixes, de tables et de kiosques d’exposition pour toucher les gens dans les lieux publics. En plus de cela, les congrégations du monde entier ont reçu quelque 250 000 présentoirs mobiles. Avec quels résultats ?

À Dar es Salam, en Tanzanie, le témoignage public spécifique aux grandes villes a été lancé en 2014. Depuis, près de 700 personnes ont accepté un cours biblique.  Beaucoup assistent aux réunions et se rapprochent ainsi de Jéhovah. En un an, plus de 250 000 publications disponibles sur les présentoirs ont été remises à des personnes originaires d’Afrique et d’autres endroits du monde.

Dans les îles Salomon, où moins de 2 000 proclamateurs prêchent dans un vaste territoire de plus de 300 îles, le témoignage public spécifique aux grandes villes est une méthode efficace pour semer des graines de vérité. À Honiara, la capitale, les frères ont laissé plus de 104 000 revues et plus de 23 600 brochures, souvent à des habitants d’îles et de villages isolés où il n’y a aucun Témoin. En seulement une après-midi, ils ont diffusé 400 livres Qu’enseigne réellement la Bible ? et 60 personnes ont demandé un cours biblique.

Sur l’île Margarita, au Vénézuéla, Michael et Linda, des pionniers permanents, ont installé un présentoir fixe tôt le matin sur le bord de mer. Un homme nommé Aníbal s’est approché du présentoir et a accepté le livre Qu’enseigne la Bible ? Il a dit aux pionniers que son père était mort sept ans plus tôt sur cette même plage et que depuis, sa mère souffrait de dépression. La semaine suivante, il est revenu et leur a dit que c’était l’anniversaire de la mort de son père. Il a alors sorti son téléphone portable, a appelé sa mère et a demandé à Michael de lui dire des paroles consolantes, ce qu’il a fait. Depuis, elle a appelé Michael et Linda plusieurs fois et ils lui ont cité des versets réconfortants. Dans un texto, la mère d’Aníbal a écrit : « Aujourd’hui, je me sens beaucoup  mieux parce que vous m’avez apporté du réconfort et que vous m’avez aidée à renforcer ma foi. »

Aux États-Unis, le témoignage public spécifique aux grandes villes est organisé sur 127 sites répartis dans 14 villes. Durant les 7 premiers mois de l’année de service 2015, 8 445 cours bibliques ont été commencés ! Cette forme de témoignage est aussi efficace pour aider ceux qui se sont éloignés de l’organisation de Jéhovah à revenir vers elle. Par exemple, à Los Angeles, un homme nommé Terry s’est intéressé aux publications présentées sur une table d’exposition tenue par un couple de Témoins. Ils lui ont alors demandé s’il avait déjà lu nos publications avant. Il a expliqué qu’il était Témoin de Jéhovah, mais qu’il était inactif depuis environ quatre ans. Le couple a discuté avec lui d’Ézékiel 34:11, où Jéhovah dit : « J’irai à la recherche de mes brebis et j’en prendrai soin. » Ils lui ont parlé de notre site et de JW Télédiffusion. Le matin suivant, Terry a envoyé un e-mail au frère, lui expliquant que, juste avant de voir la table d’exposition, il avait demandé pardon à Dieu d’avoir délaissé les réunions de la congrégation. Il lui avait aussi demandé de l’aider à se rapprocher de lui. « Et puis vous m’avez salué chaleureusement, poursuivait Terry. Vous m’avez lu ce verset encourageant et vous m’avez donné les informations dont j’avais besoin pour avancer de nouveau au rythme de l’organisation de Jéhovah. C’était une réponse à ma prière. »

En Éthiopie, à Addis Abeba, quatre sites ont été choisis pour le témoignage public spécifique aux grandes villes. En trois mois, les frères ont diffusé 37 275 publications et 629 personnes ont demandé la visite d’un Témoin. Parmi les nombreuses personnes qui ont accepté  le livre Qu’enseigne la Bible ?, il y avait un vieil homme qui a commencé à le lire sur le champ. Autrefois, il avait étudié dans un séminaire, et il se posait des questions sur Jésus et sur le Royaume de Dieu. C’est pourquoi, le lendemain, il est revenu au présentoir pour avoir les réponses à ses questions. Le jour qui a suivi, il a accepté  un cours biblique et, à la fin de la semaine, il a assisté à une réunion. Depuis, il assiste régulièrement aux réunions et fait de bons progrès.

Éthiopie : Des publications en amharique sont proposées à Addis Abeba.

Au Mexique, un homme juif s’est approché d’un présentoir et a demandé aux deux frères présents s’ils avaient une revue au sujet de la mort. Ils lui ont dit qu’ils n’en avaient plus, mais qu’ils pouvaient lui en proposer une sur le thème de l’avenir. L’homme a saisi le bras du frère et lui a dit : « L’avenir ne m’intéresse pas. Tout ce que je veux, c’est en finir avec la vie ! » Il s’est alors mis à pleurer. Les frères lui ont demandé comment il en était arrivé là. « Je viens de perdre mon fils », a-t-il répondu en sanglotant. Ils lui ont alors montré le chapitre sept du livre Qu’enseigne la Bible ? Ils ont lu ensemble les deux premiers paragraphes de l’intertitre « Quand on perd quelqu’un qu’on aime » ainsi que la fin du chapitre, où il est question de l’espoir pour les morts. Très ému, il a saisi à nouveau le bras du frère et lui a demandé : « On peut vraiment y croire ? » Les frères l’ont rassuré sur le fait que Jéhovah réalisera à coup sûr sa promesse. « Qu’est-ce que je dois faire pour revoir mon fils ? » a-t-il demandé. Ils ont convenu de rendre visite à cet homme chez lui. Lorsqu’ils sont arrivés à son domicile, il était là, impatient de commencer à étudier la Bible.

Un surveillant de circonscription, qui a participé à la mise en place à New York du témoignage public spécifique aux grandes villes, a observé : « Jéhovah a vraiment béni ce programme ! Nous avons pu toucher des dizaines de milliers de personnes, mais aussi entrer en contact avec beaucoup d’inactifs et d’excommuniés, des “brebis perdues”. Nous les aidons à présent à revenir dans l’enclos » (Ézék. 34:15, 16).