Aller au contenu

Aller au sommaire

 RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Le premier sourd à accepter la vérité

José Pérez

Le premier sourd à accepter la vérité
  • NAISSANCE 1960

  • BAPTÊME 1982

  • EN BREF Enfant, José a été attiré à la vérité grâce à l’amour des frères, même si personne dans la congrégation ne connaissait la langue des signes.

QUAND j’étais enfant, j’ai perdu l’ouïe et j’ai appris la langue des signes dans une école pour les sourds. J’ai eu mon premier contact avec la vérité à 11 ans : une famille de Témoins de mon voisinage m’a invité à une réunion. Même si je n’ai pas compris ce qui était dit, j’ai été tellement bien accueilli que j’ai décidé de continuer à assister aux réunions. Beaucoup dans la congrégation m’invitaient pour prendre un repas ou pour d’autres activités.

Je suis devenu proclamateur en 1982, et un peu plus tard la même année, je me suis fait baptiser. En 1984, je me suis marié avec Eva, elle aussi sourde. Nous n’avions pas une compréhension profonde des vérités bibliques, mais nous avions reconnu l’organisation de Jéhovah à sa marque distinctive : l’amour. Et nous étions heureux de faire partie de la congrégation (Jean 13:35).

 En 1992, des dispositions ont été prises pour enseigner la langue des signes américaine (ASL) à des frères et sœurs. Ces proclamateurs ont rapidement commencé à rechercher des sourds et à leur parler de la bonne nouvelle. Puis, en 1994, la prédication en langue des signes s’est accélérée quand la filiale a invité un couple de Porto Rico à venir enseigner cette langue à 25 frères et sœurs.

Plus tard dans l’année, Eva et moi avons commencé à assister aux réunions du groupe ASL récemment formé. C’est seulement là que nous avons compris plus pleinement des enseignements bibliques comme la légitimité de la souveraineté universelle de Jéhovah et le rôle du Royaume messianique dans le dessein de Dieu.

Le 1er décembre 1995, les premières congrégations ASL ont été formées à Saint-Domingue et à Santiago. En août 2014, il y avait 26 congrégations et 18 groupes.

Nous avons enseigné la langue des signes à nos trois enfants. C’est même leur langue maternelle. Éber, notre fils aîné, participe à la traduction en ASL au Béthel des États-Unis. Je suis assistant ministériel et Eva est pionnière permanente.