Psaumes 88​:​1-18

  • Prière pour être préservé de la mort

    • « Ma vie est au bord de la Tombe » (3)

    • Je te prie chaque matin (13)

Chant. Psaume des fils de Coré+. Au directeur musical ; suivant le style maalath*, à chanter alternativement. Maskil* de Hémân+ l’Ezrahite. 88  Ô Jéhovah, mon Dieu sauveur*+,le jour, je crie vers toi,et la nuit, je me présente devant toi+.   Que ma prière vienne jusqu’à toi+ ;incline ton oreille* vers mon appel au secours+.   Car mon âme* est saturée de malheurs+et ma vie est au bord de la Tombe*+.   On me compte déjà parmi ceux qui descendent dans la fosse*+ ;je suis devenu un homme sans défense*+,   abandonné parmi les mortscomme les tués qui gisent dans une tombe,dont tu ne te souviens pluset qui sont privés de tes soins*.   Tu m’as mis dans la fosse la plus profonde,dans des lieux obscurs, dans un grand abîme.   Ta fureur pèse lourdement sur moi+,et tu m’engloutis sous tes vagues fracassantes. (Sèla.)   Tu as fait fuir loin de moi ceux que je connais+,tu as fait de moi quelque chose de détestable pour eux. Je suis pris au piège et je ne peux pas m’échapper.   Mon œil s’est épuisé à cause de ma grande tristesse+. Je t’appelle, ô Jéhovah, tout au long du jour+ ;je tends les mains vers toi. 10  Accompliras-​tu des prodiges pour les morts ? Ceux qui sont sans force dans la mort peuvent-​ils se lever pour te louer+ ? (Sèla.) 11  Ton amour fidèle sera-​t-​il proclamé dans la tombe,ta fidélité dans le lieu de destruction* ? 12  Tes prodiges seront-​ils connus dans les ténèbres,ou ta justice dans le pays de l’oubli+ ? 13  Pourtant, je t’appelle encore à l’aide, ô Jéhovah+ ;chaque matin, ma prière se présente devant toi+. 14  Pourquoi, ô Jéhovah, me rejettes-​tu+ ? Pourquoi détournes-​tu ton attention de moi+ ? 15  Depuis ma jeunesse,je suis affligé et près de la mort+ ;je suis engourdi par les choses terribles que tu permets que je subisse. 16  Ta colère ardente me submerge+ ;les terreurs venant de toi me détruisent. 17  Tout au long du jour, elles m’entourent comme des eaux ;elles me cernent de tous côtés*. 18  Tu as fait fuir mes amis et mes compagnons loin de moi+ ;j’ai pour compagnes les ténèbres.

Notes

Ou « le Dieu de mon salut ».
Ou « baisse-​toi et écoute ».
Ou « tombe ».
Ou « comme un homme sans force ».
Litt. « de ta main ».
Ou « dans l’abadôn ».
Ou p.-ê. « toutes à la fois ».