Job 2​:​1-13

  • Satan met de nouveau en doute les mobiles de Job (1-5)

  • Satan est autorisé à causer à Job un tort physique (6-8)

  • « Maudis Dieu et meurs ! », dit la femme de Job (9, 10)

  • Arrivée des trois compagnons de Job (11-13)

2  Puis le jour arriva où les fils du vrai Dieu*+ entrèrent pour se placer devant Jéhovah+, et Satan aussi entra parmi eux pour se placer devant Jéhovah+.  Alors Jéhovah dit à Satan : « D’où viens-​tu ? » Satan répondit à Jéhovah : « Je rôdais sur la terre et j’y circulais+. »  Puis Jéhovah dit à Satan : « As-​tu remarqué* mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur terre. C’est un homme intègre et droit+, qui craint Dieu et fuit le mal. Et il persiste dans son intégrité+, même si tu essaies de m’inciter à le détruire*+ sans raison. »  Mais Satan répondit à Jéhovah : « Peau pour peau ! Tout ce qu’un homme a, il le donnera en échange de sa vie*.  Pour changer, tends ta main et frappe ses os et sa chair, et, à coup sûr, il te maudira en face+. »  Alors Jéhovah dit à Satan : « Vois ! Il est entre tes mains* ! Seulement, ne lui ôte pas la vie ! »  Satan quitta donc la présence* de Jéhovah et frappa Job de furoncles douloureux*+, de la plante des pieds au sommet de la tête.  Job s’assit alors dans de la cendre+ et prit un tesson de poterie pour se gratter.  De plus, sa femme lui dit : « Est-​ce que tu persistes dans ton intégrité ? Maudis Dieu et meurs ! » 10  Mais il lui dit : « Tu parles comme une insensée. Devons-​nous accepter du vrai Dieu seulement ce qui est bon ? Ne devons-​nous pas accepter aussi ce qui est mauvais+ ? » Malgré tout ce qu’il subit, Job ne pécha pas en paroles*+. 11  Trois compagnons* de Job apprirent tous les malheurs qui lui étaient arrivés, et chacun vint de son lieu : Élifaz+ le Témanite, Bildad+ le Shouhite+ et Zofar+ le Naamatite. Ils se mirent d’accord pour se retrouver afin d’aller témoigner leur sympathie à Job et le consoler. 12  Lorsqu’ils le virent de loin, ils ne le reconnurent pas. Alors ils pleurèrent bruyamment, déchirèrent leurs vêtements et lancèrent de la poussière en l’air et sur leurs têtes+. 13  Puis ils restèrent assis par terre avec lui pendant sept jours et sept nuits. Aucun d’eux ne lui dit un mot, car ils voyaient combien sa douleur était grande+.

Notes

Traduit une expression idiomatique hébraïque désignant les fils angéliques de Dieu.
Litt. « fixé ton cœur sur ».
Litt. « l’avaler ».
Ou « âme ».
Ou « en ton pouvoir ».
Litt. « sortit donc de devant la face ».
Ou « de graves ulcères ».
Litt. « par ses lèvres ».
Ou « connaissances ».