Job 1​:​1-22

  • Job, un homme riche et intègre (1-5)

  • Satan met en doute les mobiles de Job (6-12)

  • Job perd ses biens et ses enfants (13-19)

  • Job n’accuse pas Dieu de ses malheurs (20-22)

1  Il y avait dans le pays d’Ouz un homme dont le nom était Job*+. Il était intègre* et droit+ ; il craignait Dieu et fuyait le mal+.  Il avait sept fils et trois filles.  Son bétail comptait 7 000 moutons, 3 000 chameaux, 1 000 bovins* et 500 ânesses, et il avait un très grand nombre de serviteurs, si bien qu’il devint le plus grand de tous les habitants de l’Orient.  Chacun de ses fils donnait un banquet à tour de rôle*. Ils invitaient leurs trois sœurs à manger et à boire chez eux*.  À la fin d’une série de banquets, Job les faisait venir pour les sanctifier*. Puis il se levait de bon matin et offrait des holocaustes*+ pour chacun d’eux. Car il disait : « Peut-être que mes fils ont péché et qu’ils ont maudit Dieu dans leur cœur. » Telle était l’habitude que Job avait prise+.  Or, le jour arriva où les fils du vrai Dieu*+ entrèrent pour se placer devant Jéhovah+, et Satan+ aussi entra parmi eux+.  Alors Jéhovah dit à Satan : « D’où viens-​tu ? » Satan répondit à Jéhovah : « Je rôdais sur la terre et j’y circulais+. »  Puis Jéhovah dit à Satan : « As-​tu remarqué* mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur terre. C’est un homme intègre et droit+, qui craint Dieu et fuit le mal. »  Mais Satan répondit à Jéhovah : « Est-​ce pour rien que Job craint Dieu+ ? 10  N’as-​tu pas élevé une haie protectrice autour de lui+, de sa maison et de tout ce qui lui appartient ? Tu as béni l’œuvre de ses mains+, et son bétail s’est considérablement multiplié dans le pays. 11  Pour changer, tends ta main et frappe tout ce qui lui appartient, et, à coup sûr, il te maudira en face. » 12  Alors Jéhovah dit à Satan : « Vois ! Tout ce qui lui appartient est entre tes mains*. Seulement, ne porte pas la main sur lui ! » Satan quitta donc la présence* de Jéhovah+. 13  Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin chez leur frère aîné+, 14  un messager vint dire à Job : « Les bovins labouraient et les ânesses broutaient à côté d’eux, 15  lorsque les Sabéens se sont jetés sur eux et les ont pris, et ils ont tué les serviteurs par l’épée. Je suis le seul à m’être échappé, pour te l’annoncer. » 16  Il parlait encore quand un autre arriva et dit : « Un feu de Dieu* est tombé du ciel, a flambé parmi les moutons et les serviteurs, et les a consumés ! Je suis le seul à m’être échappé, pour te l’annoncer. » 17  Il parlait encore quand un autre arriva et dit : « Les Chaldéens+ ont formé trois bandes et se sont jetés sur les chameaux ; ils les ont pris et ont tué les serviteurs par l’épée. Je suis le seul à m’être échappé, pour te l’annoncer. » 18  Il parlait encore quand un autre arriva et dit : « Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin chez leur frère aîné. 19  Soudain, un grand vent venant du désert s’est abattu sur les quatre coins de la maison, si bien qu’elle est tombée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Je suis le seul à m’être échappé, pour te l’annoncer. » 20  Alors Job se leva, déchira son vêtement et se coupa les cheveux. Puis il tomba à terre, se prosterna 21  et dit : « Nu je suis sorti du ventre de ma mère,et nu j’y retournerai+. Jéhovah a donné+ et Jéhovah a ôté. Que le nom de Jéhovah continue d’être loué. » 22  Malgré tout cela, Job ne pécha pas et n’accusa Dieu d’aucun acte mauvais*.

Notes

Signifie p.-ê. « objet d’hostilité ».
Voir lexique (Intégrité).
Litt. « 500 paires de bovins ».
Ou « en son propre jour fixé ».
Ou « dans la maison de chacun d’eux ».
Traduit une expression idiomatique hébraïque désignant les fils angéliques de Dieu.
Litt. « fixé ton cœur sur ».
Ou « en ton pouvoir ».
Litt. « sortit donc de devant la face ».
Ou p.-ê. « la foudre ».
Ou « n’imputa rien d’indigne à Dieu ».