Néhémie 5​:​1-19

  • Néhémie met fin aux injustices sociales (1-13)

  • Dévouement de Néhémie (14-19)

5  Or, les hommes et leurs femmes se sont plaints bruyamment de leurs frères juifs+.  Certains disaient : « Nous avons beaucoup de fils et de filles. Il nous faut des céréales pour manger et rester en vie. »  D’autres disaient : « À cause de la famine, nous donnons en gage nos champs, nos vignes et nos maisons pour obtenir des céréales. »  D’autres encore disaient : « Nous avons emprunté de l’argent en mettant en gage nos champs et nos vignes pour payer le tribut exigé par le roi+.  Nos frères et nous, nous sommes de la même famille*, et nos enfants sont comme leurs enfants. Pourtant nous sommes obligés de vendre nos fils et nos filles comme esclaves, et certaines de nos filles sont déjà esclaves+. Et nous ne pouvons rien faire pour empêcher cela, car nos champs et nos vignes appartiennent à d’autres. »  Quand j’ai entendu leurs plaintes et ce qu’ils me racontaient, je me suis mis dans une grande colère.  Alors j’ai réfléchi attentivement à ces choses, et j’ai fait des reproches aux nobles et aux magistrats. Je leur ai dit : « C’est à vos propres frères que vous demandez de vous payer des intérêts*+ ! » De plus, j’ai organisé un grand rassemblement à cause d’eux.  Je leur ai dit : « Dans toute la mesure du possible, nous avons racheté nos frères juifs qui étaient vendus aux nations. Et maintenant vous voulez vendre vos propres frères+ ? Et il va nous falloir les racheter ? » Ils sont restés muets et n’ont pas su quoi répondre.  J’ai ajouté : « Ce que vous faites n’est pas bien. Ne devez-​vous pas vivre dans la crainte de notre Dieu+ pour que les nations, nos ennemis, n’aient rien à nous reprocher ? 10  Et d’ailleurs, moi, mes frères et mes assistants, nous leur prêtons de l’argent et des céréales sans leur demander d’intérêts. S’il vous plaît, arrêtons de prêter à intérêt+. 11  S’il vous plaît, rendez-​leur dès aujourd’hui leurs champs+, leurs vignes, leurs oliveraies et leurs maisons, ainsi que le centième* de l’argent, des céréales, du vin nouveau et de l’huile que vous leur demandez comme intérêt. » 12  Alors ils ont répondu : « Nous allons leur rendre ces choses, et nous ne leur demanderons rien en retour. Nous allons faire exactement ce que tu as dit. » J’ai donc fait venir les prêtres et j’ai fait jurer à ces hommes de tenir leur promesse. 13  J’ai aussi secoué la poche* de mon vêtement* pour la vider et j’ai dit : « Tout homme qui ne tiendra pas cette promesse, que de la même manière le vrai Dieu le secoue hors de sa maison et de ses biens. Qu’il soit de cette manière secoué et vidé. » Alors toute l’assemblée* a répondu : « Amen* ! » Puis elle a loué Jéhovah, et le peuple a tenu sa promesse. 14  De plus, depuis le jour où le roi Artaxerxès m’a chargé de devenir leur gouverneur+ dans le pays de Juda, de la 20année+ à la 32année+ de son règne+, c’est-à-dire pendant 12 ans, ni moi ni mes frères n’avons mangé la ration de nourriture à laquelle le gouverneur avait droit+. 15  Les hommes qui avaient été gouverneurs avant moi, eux, avaient opprimé le peuple. Ils lui prenaient chaque jour 40 sicles* d’argent pour le pain et le vin. Et leurs assistants aussi avaient opprimé le peuple. Mais moi, je n’ai pas agi ainsi+, car je crains Dieu+. 16  D’autre part, j’ai participé moi-​même aux travaux de cette muraille, et nous n’avons pas acheté un seul champ+. Tous mes assistants étaient présents pour les travaux. 17  Cent cinquante Juifs et magistrats mangeaient à ma table, sans parler de ceux des nations que nous recevions. 18  Chaque jour, un taureau, six moutons de choix et des oiseaux étaient cuisinés à mes frais*, et une fois tous les dix jours nous avions toutes sortes de vins en abondance. Malgré tout cela, je n’ai pas réclamé la ration de nourriture à laquelle le gouverneur avait droit, car le peuple accomplissait déjà de lourdes tâches*. 19  « Souviens-​toi de moi et bénis-​moi*, ô mon Dieu, pour tout ce que j’ai fait en faveur de ce peuple+ ! »

Notes

Litt. « notre chair est comme la chair de nos frères ».
Ou « l’usure ».
Ou « un pour cent », soit l’intérêt exigé chaque mois.
Ou « les plis ».
Litt. « j’ai secoué mon sein ».
Ou « congrégation ».
Ou « qu’il en soit ainsi ».
1 sicle : 11,4 g. Voir app. B14.
Litt. « pour moi ».
Litt. « le service pesait sur le peuple ».
Ou « souviens-​toi de moi pour le bien ».