Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Première lettre de Pierre 3​:​1-22

APERÇU DU CONTENU

  • Femmes et maris (1-7)

  • « Soyez sensibles à la souffrance des autres » ; cherchez la paix (8-12)

  • Souffrir pour la justice (13-22)

    • Soyez prêts à défendre votre espérance (15)

    • Le baptême et une bonne conscience (21)

3  De la même façon, vous les femmes, soyez soumises à vos maris+, afin que si quelques-uns n’obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans parole grâce à la conduite de leurs femmes+,  parce qu’ils auront été témoins de votre conduite pure+ et pleine de respect.  Que votre beauté* ne soit pas extérieure — cheveux tressés, ornements en or+ ou beaux vêtements —,  mais qu’elle soit la personne intérieure* avec la beauté impérissable* d’un esprit doux et paisible+, qui est d’une grande valeur aux yeux de Dieu.  Car c’est ainsi que se rendaient belles autrefois les femmes saintes qui espéraient en Dieu, elles qui se soumettaient à leurs maris,  telle Sara qui obéissait à Abraham et l’appelait « seigneur+ ». Et vous êtes devenues ses filles, à condition de continuer à faire le bien et de ne pas céder à la peur+.  De la même façon, vous les maris, vivez avec elles en les comprenant*. Accordez-​leur de l’honneur+ comme à un vase plus faible, le vase féminin, puisqu’elles aussi sont héritières avec vous+ de la faveur imméritée de la vie, afin qu’il n’y ait pas d’obstacles à vos prières.  Enfin, vous tous, soyez unis dans la même pensée*+, soyez sensibles à la souffrance des autres, ayez de l’affection fraternelle, une tendre compassion+ et de l’humilité+.  Ne rendez pas le mal pour le mal+, ou l’insulte pour l’insulte+. Répondez plutôt par une bénédiction+, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin que vous puissiez hériter d’une bénédiction. 10  Car « celui qui veut aimer la vie et vivre des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal+, et ses lèvres du langage trompeur. 11  Qu’il se détourne du mal+ et fasse le bien+ ; qu’il cherche la paix et la poursuive+. 12  Car les yeux de Jéhovah* sont sur les justes, et ses oreilles écoutent leur supplication+, mais le visage de Jéhovah* est contre ceux qui font des choses mauvaises+ ». 13  En effet, qui vous fera du mal si vous devenez zélés pour le bien+ ? 14  Et même si vous souffrez pour la justice, vous êtes heureux+. Toutefois, n’ayez pas peur de ce qui leur fait peur* et ne soyez pas troublés+. 15  Mais sanctifiez* le Christ comme Seigneur dans vos cœurs, toujours prêts à présenter une défense devant toute personne qui vous demande la raison de votre espérance ; seulement faites-​le avec douceur+ et profond respect+. 16  Gardez une bonne conscience+, afin que quoi qu’ils disent contre vous, ceux qui vous critiquent soient couverts de honte+ en raison de votre bonne conduite, celle de disciples de Christ+. 17  Car il vaut mieux souffrir parce qu’on fait le bien+, si c’est la volonté de Dieu de le permettre, que parce qu’on fait le mal+. 18  En effet, Christ est mort une fois pour toutes pour les péchés+, un juste pour des injustes+, afin de vous conduire à Dieu+. Il a été mis à mort dans la chair+, mais rendu à la vie dans l’esprit+. 19  Et c’est ainsi qu’il est allé prêcher aux esprits en prison+, 20  esprits qui autrefois avaient désobéi quand Dieu attendait patiemment* à l’époque de Noé+, pendant que se construisait l’arche+, dans laquelle peu de gens, c’est-à-dire huit âmes*, ont été transportés sains et saufs à travers l’eau+. 21  Le baptême, qui correspond à cela, vous sauve aussi maintenant. Il n’enlève pas la saleté de la chair, mais il constitue la demande faite à Dieu d’une bonne conscience+, et il sauve grâce à la résurrection de Jésus Christ. 22  Celui-ci est à la droite de Dieu+, car il est allé au ciel, et anges et autorités et puissances lui ont été soumis+.

Notes

Ou « parure ».
Ou « personne cachée du cœur ».
Ou « incorruptible ».
Ou « en leur montrant de la considération », « selon la connaissance ».
Ou « soyez d’accord ».
Ou p.-ê. « ne craignez pas leurs menaces ».
Litt. « quand la patience de Dieu attendait ».
Ou « personnes ».