Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Job 39​:​1-30

39  “ Es-​tu parvenu à connaître le temps fixé où enfantent les chèvres de montagne du rocher+ ?Observes-​tu quand les biches mettent bas+ dans les douleurs ?   Est-​ce que tu comptes les mois lunaires qu’elles accomplissent,ou es-​tu parvenu à connaître le temps fixé où elles enfantent ?   Elles se courbent quand elles expulsent leurs petits,[quand] elles se débarrassent de leurs douleurs*.   Leurs fils deviennent robustes, ils grandissent en pleine campagne ;oui, ils sortent et ne reviennent plus vers elles.   Qui a envoyé libre le zèbre+,et qui a délié les liens de l’âne sauvage,   lui à qui j’ai assigné la plaine désertique [pour] maisonet [pour] lieux d’habitation la terre salée+ ?   Il se rit du tumulte de la ville,les bruits du chasseur à l’approche+, il ne les entend pas.   Il explore les montagnes [pour trouver] son pâturage+et il est en quête de toutes sortes de plantes vertes+.   Le taureau sauvage voudra-​t-​il te servir+,ou passera-​t-​il la nuit près de ta mangeoire ? 10  Attacheras-​tu le taureau sauvage avec ses cordes dans le sillon,ou hersera+-​t-​il les basses plaines derrière toi ? 11  Mettras-​tu ta confiance en lui parce que sa force est abondante,et lui abandonneras-​tu ton labeur ? 12  Comptes-​tu sur lui pour qu’il rapporte ta semenceet pour qu’il amasse sur ton aire de battage ? 13  L’aile de l’autruche femelle a-​t-​elle battu joyeusement,ou [a-​t-​elle] les pennes de la cigogne+ et le plumage ? 14  Car elle abandonne ses œufs à la terreet dans la poussière elle les tient au chaud ; 15  elle oublie qu’un pied peut les écraserou qu’une bête sauvage des champs peut marcher dessus. 16  Elle se montre dure pour ses fils, comme s’ils n’étaient pas siens+...Vain est son labeur [parce qu’elle ne connaît] pas l’effroi. 17  Car Dieu* lui a fait oublier la sagesse,et il ne lui a pas donné part à l’intelligence+. 18  Au temps où elle bat [des ailes] en haut,elle se rit du cheval et de son cavalier. 19  Peux-​tu donner au cheval la force+ ?Peux-​tu revêtir son cou d’une crinière frémissante* ? 20  Peux-​tu le faire bondir comme la sauterelle ?La dignité de son ébrouement est effrayante+. 21  Il* piaffe+ dans la basse plaine et exulte avec force,il sort à la rencontre des armes+. 22  Il se rit de l’effroi, il n’est pas terrifié+,il ne recule pas à cause de l’épée. 23  Sur lui le carquois résonne,le fer de la lance et le javelot. 24  Martelant [le sol] et [tout] agité, il dévore la terre,et il ne croit pas que c’est le son du cor. 25  Dès que sonne le cor, il dit : ‘ Ah ah ! ’et de loin il flaire la bataille,le tumulte des chefs* et le cri de guerre+. 26  Est-​ce grâce à ton intelligence que le faucon prend son vol,qu’il déploie ses ailes au vent du sud ? 27  Ou est-​ce sur ton ordre que l’aigle+ s’élèveet qu’il bâtit son nid tout en haut+, 28  qu’il réside sur un rocher et passe la nuitsur une dent de rocher et un lieu inaccessible ? 29  De là il doit chercher sa nourriture+,ses yeux regardent sans relâche dans le lointain, 30  et ses petits sans cesse boivent le sang ;et là où sont les tués, il est là+. ”

Notes

Ou : “ libèrent leurs fœtus ”.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÈlôah.
“ d’une crinière frémissante ”, M ; T : “ de force ”.
“ Il ”, LXXSyVg ; pl. dans M.
Lit. : “ princes ”. Héb. : sarim.