Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Job 19​:​1-29

19  Alors Job répondit et dit :   “ Jusqu’à quand irriterez-​vous mon âme+et m’écraserez-​vous avec des paroles+ ?   Voilà dix fois que vous vous êtes mis à me réprimander ;vous n’avez pas honte de me traiter si durement+.   Et en admettant que j’aie commis une erreur+,c’est avec moi que logera mon erreur*.   Si vraiment vous prenez de grands airs contre moi+,et si vous faites la preuve contre moi que mon opprobre est mérité+,   sachez alors que c’est Dieu* lui-​même qui m’a égaré,il m’a enveloppé de son filet de chasse+.   Voyez ! Je crie sans cesse : ‘ Violence ! ’ mais je ne reçois pas de réponse+ ;sans cesse je crie au secours, mais il n’y a pas de justice+.   D’un mur de pierres il a barré mon sentier+, et je ne peux pas passer ;et sur mes routes il met les ténèbres+.   Ma gloire, il me l’a enlevée+,et il ôte la couronne de ma tête. 10  Il me démolit de toutes parts, et je m’en vais ;il arrache mon espoir comme un arbre. 11  Sa colère aussi s’enflamme contre moi+,et il continue à me considérer comme son adversaire. 12  Ses troupes arrivent ensemble, elles remblaient contre moi leur chemin+et elles campent autour de ma tente. 13  Mes frères, il les a éloignés de moi+,et ceux qui me connaissent se sont écartés de moi. 14  Mes intimes* ont disparu+,et ceux que je connais m’ont oublié, 15  ceux qui résident comme étrangers dans ma maison+ ; et mes esclaves* me considèrent comme un homme venu d’ailleurs* ;je suis devenu un étranger* à leurs yeux. 16  J’ai appelé mon serviteur, mais il ne répond pas.De ma bouche je ne cesse d’implorer sa compassion. 17  Mon haleine* est devenue repoussante pour ma femme+,et je suis devenu fétide pour les fils du ventre de ma [mère]. 18  Même les petits garçons m’ont rejeté+ ;que je vienne à me lever, et ils se mettent à parler contre moi. 19  Tous les hommes du groupe de mes intimes me détestent+,et ceux que j’aimais se sont tournés contre moi+. 20  Oui, mes os collent à ma peau et à ma chair+,et je m’échappe avec la peau de mes dents*. 21  Témoignez-​moi un peu de faveur, témoignez-​moi un peu de faveur, ô vous, mes compagnons+,car la main de Dieu* m’a touché+. 22  Pourquoi continuez-​vous à me persécuter comme Dieu*+,et ne vous rassasiez-​vous pas de ma chair ? 23  Ah ! si maintenant on mettait par écrit mes paroles !Ah ! si on les inscrivait dans un livre ! 24  Avec un stylet de fer+ et [avec] du plomb,ah ! si pour toujours elles étaient sculptées dans le roc ! 25  Et je sais bien, moi, que mon rédempteur*+ est vivant,et que, venant après [moi], il s’élèvera+ au-dessus de [la] poussière. 26  Et après ma peau, [qu’]on a enlevée, — ceci !Et pourtant, consumé dans ma chair*, je contemplerai Dieu*, 27  que même moi je contemplerai pour moi-​même+,et [que] mes yeux verront à coup sûr, mais non quelque étranger.Mes reins se sont épuisés tout au fond de moi. 28  Car vous dites : ‘ Pourquoi continuons-​nous à le persécuter+ ? ’alors que la racine de [l’]affaire se trouve en moi*. 29  Craignez pour vous-​mêmes à cause de l’épée+,car l’épée signifie la fureur contre les fautes,afin que vous sachiez qu’il y a un juge*+. ”

Notes

LXX ajoute : “ En disant une chose qui n’était pas nécessaire, et mes paroles (déclarations) sont erronées (s’égarent) et ne sont pas de saison (sont inopportunes) ”.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÈlôah, sing. de ʼÈlohim.
Ou : “ Ma parenté ”.
C.-à-d. esclaves femelles.
“ comme un homme venu d’ailleurs ”. Ou : “ comme un étranger ”. Héb. : lezar.
Héb. : nakheri.
“ Mon haleine (esprit) ”. Héb. : rouḥ; lat. : halitum.
En faisant dériver le vb. héb. d’une autre racine et en corrigeant M : “ et ma chair devient glabre entre mes dents ”. Cf. 13:14.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÈlôah.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÉl.
“ mon rédempteur (racheteur) ”. Par extension : “ mon vengeur ”. Héb. : goʼal; lat. : redemptor meus. Voir Nb 35:21 ; Ps 19:14 ; Pr 23:11 ; Is 63:16 ; Jr 50:34.
Lit. : “ Et pourtant, hors de ma chair ”, ou : “ Et pourtant, séparé de ma chair ”.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÈlôah.
Selon M ; LXX : “ nous la trouverons en lui ”.
“ qu’il y a un juge ”, T et en modifiant la vocalisation de M (voir 1S 24:15) ; d’autres lisent : “ qu’il y a un Tout-Puissant ”.