Job 13​:​1-28

13  “ Voyez ! Tout cela mon œil l’a vu,mon oreille l’a entendu et en tient compte.   Ce que vous savez, je le sais bien, moi aussi,je ne vous suis pas inférieur*+.   Mais moi, c’est au Tout-Puissant lui-​même que je voudrais parler+,et c’est avec Dieu* que je prendrais plaisir à discuter.   Quant à vous, vous êtes des badigeonneurs de mensonge+ ;vous êtes tous des médecins sans valeur+.   Si seulement vous vous taisiez complètement,pour que ce soit sagesse chez vous+ !   Entendez, s’il vous plaît, mes arguments contraires+,et au plaidoyer de mes lèvres soyez attentifs.   Est-​ce pour Dieu lui-​même que vous proférerez l’injustice,et pour lui que vous proférerez la tromperie+ ?   Ferez-​vous preuve de partialité+ envers lui,ou pour le [vrai] Dieu combattrez-​vous en justice ?   Serait-​il bon qu’il vous sonde+ ?Ou comme on se joue d’un mortel, vous jouerez-​vous de lui ? 10  À coup sûr, il vous reprendra+si en secret vous cherchez à vous montrer partiaux*+ ; 11  sa dignité ne vous fera-​t-​elle pas tressaillir d’épouvante ?Et l’effroi qu’il inspire ne tombera-​t-​il pas sur vous+ ? 12  Vos paroles mémorables sont des proverbes de cendre ;les bosses de vos boucliers* sont comme des bosses d’argile+. 13  Gardez le silence devant moi pour que moi je parle.Peu importe alors ce qui viendra sur moi ! 14  Pourquoi est-​ce que je porte ma chair entre mes dentset que je mets mon âme* dans ma paume+ ? 15  Même s’il me tuait, est-​ce que je n’attendrais pas*+ ?À sa face je plaiderais seulement pour mes voies. 16  Il* serait aussi mon salut+,car devant lui n’entrera nul apostat+. 17  Entendez ma parole jusqu’au bout+,et que ma déclaration soit dans vos oreilles. 18  Voyez ! S’il vous plaît, j’ai introduit un procès+ ;je sais bien que moi j’ai raison. 19  Qui me combattra+ ?Car si maintenant je devais me taire, j’expirerais tout simplement ! 20  Seulement deux choses, ne les fais* pas à mon égard ;alors je ne me cacherai pas à cause de toi+ ; 21  éloigne ta main de dessus moi,et la frayeur que tu inspires — qu’elle ne m’épouvante pas+. 22  Ou bien appelle pour que moi je réponde,ou bien permets que je parle, et tu me répliqueras. 23  De quelle manière ai-​je des fautes et des péchés ?Fais-​moi connaître ma révolte et mon péché. 24  Pourquoi caches-​tu ta face+et me considères-​tu comme ton ennemi+ ? 25  Veux-​tu faire frémir une feuille chassée [par le vent],ou poursuivre sans relâche du chaume sec ? 26  Car tu continues d’écrire contre moi des choses amères+et tu me mets en possession [des conséquences] des fautes de ma jeunesse+. 27  Tu as aussi placé mes pieds dans les ceps+,et tu surveilles tous mes sentiers ;pour la plante* de mes pieds tu traces ta propre ligne. 28  Et il* est comme une chose pourrie* qui s’use+,oui comme un vêtement que dévore la mite+.

Notes

Voir 12:3, note.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÉl.
“ à vous montrer partiaux ”, M ; TSyVg : “ à faire preuve de partialité envers lui ”.
“ les bosses de vos boucliers ”. Ou : “ vos parapets, vos retranchements ”.
“ et (...) mon âme ”. Héb. : wenaphsh; gr. : psukhên ; lat. : animam. Cf. Jg 12:3 ; 1S 19:5.
Ou : “ je n’attendrais pas ”, M ; MmargeTSyVg : “ je l’attendrais ”.
Ou : “ Cela ”.
“ fais ”. Le vb. héb. est au sing. à cause de “ tu ”, “ toi ”, “ ta ”, “ ton ” adressés à Dieu aux v. 13:20-27.
Lit. : “ les racines de ”.
“ il ”, c.-à-d. Job.
“ une chose pourrie (une pourriture) ”, MVg ; LXXSy : “ une outre ”.