Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Isaïe 17​:​1-14

17  La déclaration contre Damas+ : “ Voici Damas ôtée, [elle a cessé] d’être une ville ; elle est devenue un tas, une ruine qui s’écroule+.  Les villes d’Aroër+ qu’on a abandonnées deviennent des lieux pour les troupeaux, où ils se couchent vraiment, sans que personne [les] fasse trembler+.  La ville fortifiée a disparu d’Éphraïm+, et le royaume de Damas+ ; ceux qui resteront de la Syrie deviendront comme la gloire des fils d’Israël ”, c’est là ce que déclare Jéhovah des armées+.  “ Oui, il arrivera en ce jour-​là que la gloire de Jacob s’amenuisera+ et le gras de sa chair deviendra maigre+.  Et à coup sûr il arrivera ceci : lorsque le moissonneur* récoltera la céréale sur pied et que son bras moissonnera les épis+, oui il deviendra comme quelqu’un qui glane des épis dans la basse plaine de Rephaïm+.  Et vraiment il n’y restera qu’un grappillage, comme lorsqu’on gaule l’olivier : deux [ou] trois olives mûres à l’extrémité du rameau ; quatre [ou] cinq à celles de ses branches qui portent du fruit ”, c’est là ce que déclare Jéhovah le Dieu d’Israël+.  En ce jour-​là, l’homme tiré du sol* portera ses regards sur son Auteur, et ses yeux contempleront le Saint d’Israël lui-​même+.  Et il ne portera pas ses regards vers les autels+, l’œuvre de ses mains+ ; il ne contemplera pas ce que ses doigts ont fait : les poteaux sacrés* ou les autels à encens+.  En ce jour-​là, ses villes-forteresses deviendront comme un lieu complètement abandonné dans la forêt, oui la branche qu’ils ont complètement abandonnée à cause des fils d’Israël ; et cela devra devenir une solitude désolée+. 10  Car tu* as oublié+ le Dieu de ton salut+, et tu ne t’es pas souvenue du Rocher+ de ta forteresse. C’est pourquoi tu plantes des plantations agréables, et tu y mets le rameau d’un étranger*. 11  Dans la journée tu pourras soigneusement clôturer ta plantation, et au matin tu pourras faire germer ta semence, [mais,] à coup sûr, la moisson s’enfuira au jour de la maladie* et de la douleur incurable+. 12  Ah ! ce tumulte de peuples nombreux, qui s’agitent comme de l’agitation des mers ! Ce vacarme de communautés nationales, qui font un vacarme comme le vacarme des eaux puissantes+ ! 13  Les communautés nationales+ feront un vacarme comme le vacarme des eaux nombreuses. Oui, Il réprimandera cela+, et cela devra fuir au loin et être chassé comme la bale des montagnes en présence du vent et comme un tourbillon de chardon devant l’ouragan+. 14  Au temps du soir, eh bien, voyez, c’est une terreur soudaine. Avant le matin — cela n’est plus+. Voilà la part de ceux qui nous saccagent, et le lot appartenant à ceux qui nous pillent+.

Notes

“ le moissonneur ”, en corrigeant légèrement le texte ; M : “ la moisson ”.
Ou : “ les humains ”. Héb. : haʼadham.
Ou : “ les Ashérim ”.
“ tu ”, fém. en héb., se rapporte à la ville où Dieu était adoré.
Ou : “ d’un [dieu] étranger ”.
“ maladie ”, en corrigeant légèrement le texte ; M : “ possession ”.