Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Ecclésiaste 2​:​1-26

2  J’ai dit, moi, dans mon cœur+ : “ Viens donc, que je t’éprouve par la joie+. De plus, vois le bien+. ” Et, regardez, cela aussi était vanité.  J’ai dit au rire : “ Démence+ ! ” et à la joie+ : “ Qu’est-​ce que cela fait ? ”  J’ai exploré avec mon cœur en égayant ma chair par le vin+, tandis que je conduisais mon cœur avec sagesse+, oui pour saisir la sottise, jusqu’à ce que j’aie pu voir ce qu’il y avait de bon, pour les fils des humains, dans ce qu’ils faisaient sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie+.  J’ai entrepris des œuvres plus grandes+. Je me suis bâti des maisons+ ; je me suis planté des vignes+.  Je me suis fait des jardins et des parcs*+, et j’y ai planté des arbres fruitiers de toutes sortes.  Je me suis fait des piscines d’eau+, pour en irriguer la forêt, croissant en arbres+.  J’ai acquis des serviteurs et des servantes+, et j’ai eu des fils de la maisonnée+. En outre, j’ai eu du bétail — gros et petit bétail en quantité — plus que tous ceux qui étaient avant moi à Jérusalem+.  J’ai aussi amassé pour moi de l’argent et de l’or+, et des biens [qui sont] particuliers aux rois et aux districts administratifs+. Je me suis fait des chanteurs et des chanteuses+, et les délices+ des fils des humains, une dame, oui des dames+.  Je suis devenu plus grand et je me suis accru plus que quiconque était avant moi à Jérusalem+. D’autre part, ma sagesse me restait+. 10  Et tout ce que mes yeux ont demandé, je ne les en ai pas privés+. Je n’ai refusé aucune joie à mon cœur, car mon cœur était joyeux à cause de tout mon dur travail+, et cela devint ma part dans tout mon dur travail+. 11  Et moi, je me suis tourné vers toutes mes œuvres qu’avaient faites mes mains et vers le dur travail auquel j’avais travaillé dur pour l’exécuter+, et, voyez, tout était vanité et poursuite de vent+, et il n’y avait rien d’avantageux sous le soleil+. 12  Et moi, je me suis tourné pour voir la sagesse+, la folie et la sottise+, car que peut faire l’homme tiré du sol, qui vient après le roi ? Ce qu’on a déjà fait. 13  Et j’ai vu, moi, qu’il existe plus d’avantage pour la sagesse que pour la sottise+, comme il y a plus d’avantage pour la lumière que pour les ténèbres+. 14  Quant à quiconque est sage, il a ses yeux dans sa tête+ ; mais le stupide marche dans les ténèbres+. Et j’ai appris, moi aussi, qu’une même fin arrive pour tous+. 15  Et moi, j’ai dit dans mon cœur+ : “ Une fin comme celle du stupide+ arrivera pour moi, oui pour moi+. ” Pourquoi donc, à cette époque-​là, étais-​je devenu, moi, sage à l’excès+ ? Et j’ai parlé dans mon cœur : “ Cela aussi est vanité. ” 16  Car il n’y a pas plus de souvenir du sage que du stupide, pour des temps indéfinis+. Dans les jours qui déjà viennent, tous sont bel et bien oubliés ; et comment mourra le sage ? Avec le stupide+. 17  Et j’ai haï la vie+, parce que l’œuvre qui s’est faite sous le soleil était funeste à mon point de vue+, parce que tout était vanité et poursuite de vent+. 18  Et moi, j’ai haï tout mon dur travail auquel je travaillais dur sous le soleil+ [et] que je laisserais à l’homme qui viendrait après moi+. 19  Et qui sait s’il sera sage ou sot+ ? Pourtant il deviendra maître de tout mon dur travail auquel j’ai travaillé dur et dans lequel j’ai fait preuve de sagesse sous le soleil+. Cela aussi est vanité. 20  Et moi, je me suis retourné pour désespérer mon cœur+ au sujet de tout le dur travail auquel j’avais travaillé dur sous le soleil. 21  Car il existe [tel] homme dont le dur travail [a été fait] avec sagesse, avec connaissance et avec habileté+, mais c’est à un homme qui n’a pas travaillé dur à pareille chose que sera donnée la part de celui-là+. Cela aussi est vanité et grand malheur+. 22  Car qu’est-​ce qu’un homme a* pour tout son dur travail et pour la poursuite de son cœur par quoi il travaille dur sous le soleil+ ? 23  Durant tous ses jours, en effet, son occupation signifie douleurs et dépit+ ; même pendant la nuit son cœur ne se couche pas+. Cela aussi est vanité. 24  Il n’y a rien de mieux pour un homme [que] ceci : qu’il mange, oui qu’il boive et qu’il fasse voir à son âme le bien à cause de son dur travail+. Cela aussi je l’ai vu, moi, que cela vient de la main du [vrai] Dieu*+. 25  Qui, en effet, mange+ et boit* mieux que moi+ ? 26  Car à l’homme qui est bon devant lui+ il a donné sagesse et connaissance et joie+, mais au pécheur il a donné l’occupation de recueillir et d’amasser, uniquement pour donner à celui qui est bon devant le [vrai] Dieu+. Cela aussi est vanité et poursuite de vent+.

Notes

“ et des parcs ”. Héb. : ouphardésim, pl. de pardés ; LXXSy : “ parcs, paradis ”.
Lit. : “ qu’est-​ce qui est pour l’homme ? ” Héb. : mèh-howèh laʼadham ? Le participe howèh dérive de la racine verbale hawah, apparentée au nom divin, Yehowah.
“ le [vrai] Dieu ”. Héb. : haʼÈlohim, avec ha, “ le ”, pour accentuer ; TSy : “ de Jéhovah ”. Voir App. 1F.
“ boit ”, LXXBagsterSy ; M : “ se hâte ”.