Aller au contenu

Aller au sommaire

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

2 Rois 4​:​1-44

4  Or il y eut une certaine femme d’entre les femmes des fils+ des prophètes qui cria vers Élisha, en disant : “ Ton serviteur, mon mari, est mort, et toi, tu sais bien que ton serviteur avait toujours craint+ Jéhovah ; or le créancier+ est venu prendre mes deux enfants pour [en faire] ses esclaves. ”  Élisha lui dit alors : “ Que puis-​je faire pour toi+ ? Informe-​moi ; qu’as-​tu à la maison ? ” À quoi elle dit : “ Ta servante n’a rien du tout à la maison, sauf une jarre d’huile pourvue d’un bec verseur+. ”  Alors il dit : “ Va demander pour toi au-dehors des récipients à tous tes voisins, des récipients vides. Ne te satisfais pas d’un petit nombre.  Puis tu devras aller et fermer la porte derrière toi et tes fils ; tu devras verser dans tous ces récipients, et ceux qui seront pleins, tu les mettras de côté. ”  Alors elle s’en alla d’auprès de lui. Quand elle ferma la porte derrière elle et ses fils, ceux-ci se mirent à approcher d’elle [les récipients], et elle versait+.  Et il arriva, dès que les récipients furent pleins, qu’elle dit alors à son fils : “ Approche de moi encore un autre récipient+. ” Mais il lui dit : “ Il n’y a pas d’autre récipient. ” Et l’huile s’arrêta+.  Elle entra donc l’annoncer à l’homme du [vrai] Dieu ; il dit alors : “ Va vendre l’huile et paie tes dettes+ ; puis, toi [et] tes fils, vous vivrez de ce qui restera+. ”  Il arriva un jour qu’Élisha passa à Shounem+, où il y avait une femme en vue, et elle l’obligea+ alors à manger le pain. Et il arriva, chaque fois qu’il passait, que c’est là qu’il se retirait pour manger le pain.  Finalement elle dit à son mari+ : “ Voici donc, je sais bien que c’est un saint homme de Dieu+ qui passe constamment chez nous. 10  S’il te plaît, faisons une petite chambre haute*+, au mur, et mettons-​y pour lui un lit, une table, un siège et un porte-lampe+ ; et voici ce qui devra arriver : chaque fois qu’il entrera chez nous, il pourra s’y retirer+. ” 11  Et il arriva un jour qu’il entra là comme d’habitude ; il se retira dans la chambre haute et s’y coucha. 12  Puis il dit à Guéhazi+ son serviteur : “ Appelle cette Shounammite+. ” Il l’appela donc pour qu’elle se tienne devant lui. 13  Alors il dit à [Guéhazi] : “ S’il te plaît, dis-​lui : ‘ Voici que tu t’es imposé pour nous toute cette gêne+. Que peut-​on faire pour toi+ ? Y a-​t-​il une chose à dire pour toi au roi+ ou au chef+ de l’armée ? ’ ” À quoi elle dit : “ J’habite au milieu de mon peuple+. ” 14  Il dit encore : “ Alors, que peut-​on faire pour elle ? ” Guéhazi dit alors : “ Oui, elle n’a pas de fils+, et son mari est vieux. ” 15  Aussitôt il dit : “ Appelle-​la. ” Il l’appela donc et elle se tint à l’entrée. 16  Alors il dit : “ En ce temps fixé, l’an prochain*, tu étreindras un fils+. ” Mais elle dit : “ Non, mon maître, ô homme du [vrai] Dieu ! Ne mens pas en ce qui concerne ta servante. ” 17  Or la femme devint enceinte et elle mit au monde un fils+ en ce temps fixé, l’année suivante, comme le lui avait dit Élisha+. 18  L’enfant grandissait ; or il arriva un jour qu’il sortit comme d’habitude vers son père auprès des moissonneurs+. 19  Et il ne cessait de dire à son père : “ Ma tête, oh ! ma tête+ ! ” Finalement celui-ci dit au serviteur : “ Porte-​le à sa mère+. ” 20  Alors il le porta et l’amena à sa mère. Il resta sur ses genoux jusqu’à midi et, finalement, il mourut+. 21  Alors elle monta le coucher sur le lit+ de l’homme du [vrai] Dieu+, ferma la porte sur lui et sortit. 22  Puis elle appela son mari et dit : “ Envoie-​moi, s’il te plaît, un des serviteurs et une des ânesses ; que je coure jusqu’à l’homme du [vrai] Dieu et que je revienne+. ” 23  Mais il dit : “ Pourquoi vas-​tu vers lui aujourd’hui ? Ce n’est pas une nouvelle lune+ ni un sabbat. ” Cependant elle dit : “ Tout va bien. ” 24  Elle sella alors l’ânesse+ et dit à son serviteur : “ Conduis et va. Ne te retiens pas, à cause de moi, de faire cheminer [ma bête], à moins que je ne te le dise. ” 25  Alors elle partit et vint vers l’homme du [vrai] Dieu, au mont Carmel. Et voici ce qui arriva : dès que l’homme du [vrai] Dieu la vit à distance, il dit aussitôt à Guéhazi son serviteur+ : “ Regarde, la Shounammite là-bas. 26  Maintenant, s’il te plaît, cours à sa rencontre et dis-​lui : ‘ Tout va-​t-​il bien pour toi ? Tout va-​t-​il bien pour ton mari ? Tout va-​t-​il bien pour l’enfant ? ’ ” À quoi elle dit : “ Tout va bien. ” 27  Quand elle vint vers l’homme du [vrai] Dieu, à la montagne, aussitôt elle le saisit par les pieds+. Et Guéhazi s’approcha pour la repousser+, mais l’homme du [vrai] Dieu+ dit : “ Laisse-​la tranquille+, car son âme est amère+ en elle ; et Jéhovah lui-​même me l’a caché+, il ne m’a pas informé. ” 28  Alors elle dit : “ Avais-​je demandé un fils par l’intermédiaire de mon seigneur ? N’avais-​je pas dit : ‘ Tu ne dois pas me donner un faux espoir+ ’ ? ” 29  Aussitôt il dit à Guéhazi+ : “ Ceins tes reins+, prends mon bâton+ dans ta main et pars. Si tu rencontres quelqu’un, tu ne dois pas le saluer+, et si quelqu’un te salue, tu ne dois pas lui répondre. Tu devras mettre mon bâton sur le visage du garçon+. ” 30  Mais la mère du garçon dit : “ Aussi vrai que Jéhovah est vivant+ et que ton âme est vivante+, je ne te quitterai pas+. ” Alors il se leva et alla avec elle*. 31  Cependant Guéhazi les devança et mit alors le bâton sur le visage du garçon, mais il n’y eut ni voix ni [signe d’]attention+. Il s’en revint donc à sa rencontre et l’informa, en disant : “ Le garçon ne s’est pas réveillé+. ” 32  Élisha arriva enfin à la maison, et voici que le garçon était mort, couché sur son lit+. 33  Alors il entra, ferma la porte derrière eux deux+ et se mit à prier Jéhovah+. 34  Finalement il monta et se coucha sur l’enfant+ ; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux et ses paumes sur ses paumes, et il resta penché sur lui ; et la chair de l’enfant se réchauffait. 35  Alors il se remit à marcher dans la maison, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, puis il monta et se pencha sur lui. Et le garçon se mit à éternuer* jusqu’à sept fois ; ensuite le garçon ouvrit les yeux+. 36  Aussitôt il appela Guéhazi et dit : “ Appelle cette Shounammite+. ” Il l’appela donc et elle vint vers lui. Il dit alors : “ Prends ton fils+. ” 37  Alors elle entra, tomba à ses pieds et se prosterna à terre devant lui+, puis elle prit son fils et sortit+. 38  Et Élisha retourna à Guilgal*+ ; il y avait la famine+ dans le pays. Comme les fils+ des prophètes étaient assis devant lui+, il dit finalement à son serviteur+ : “ Place la grande marmite et fais cuire un mets pour les fils des prophètes+. ” 39  Alors un certain [fils des prophètes] sortit dans la campagne pour cueillir des mauves+ ; il trouva finalement une vigne sauvage et y cueillit des courges sauvages, plein son vêtement, puis il vint et les coupa en morceaux dans la marmite destinée à la cuisson des mets, car on ne savait pas ce que c’était. 40  Un peu plus tard, on versa cela pour que les hommes mangent. Et voici ce qui arriva : dès qu’ils eurent mangé de ce mets, ils se mirent à pousser des cris et dirent : “ Il y a la mort dans la marmite+, ô homme du [vrai] Dieu+ ! ” Et ils ne purent manger. 41  Alors il dit : “ Apportez donc de la farine. ” Après qu’il l’eut jetée dans la marmite, il dit : “ Verse au peuple pour qu’il mange. ” Et il n’y avait [plus] rien de nuisible dans la marmite+. 42  Un homme arriva de Baal-Shalisha+ ; il apportait+ à l’homme du [vrai] Dieu du pain des premiers fruits mûrs+, vingt pains d’orge+, et du grain nouveau dans son sac à pain. Alors il dit : “ Donne-​le au peuple pour qu’il mange+. ” 43  Mais son serviteur dit : “ Comment mettrai-​je cela devant cent hommes+ ? ” À quoi il dit : “ Donne-​le au peuple pour qu’il mange, car voici ce qu’a dit Jéhovah : ‘ On mangera et il y aura des restes*+. ’ ” 44  Alors il le mit devant eux ; ils se mirent à manger et ils laissèrent des restes, selon la parole de Jéhovah+.

Notes

Voir Jg 3:20, note.
“ En ce temps fixé, l’an prochain ”. Cf. Gn 18:10, note.
Ou : “ après elle ”. Au lieu de dire “ avec elle ”, les Hébreux disaient souvent “ derrière elle, après elle ”.
Ou : “ cligner des yeux ”.
Voir 2:1, note “ Guilgal ”.
“ On mangera et il y aura des restes ”. En héb. il s’agit de vb. à l’inf. absolu, donc atemporels et impersonnels.