Les coquillages (par exemple les balanes) et les organismes marins qui se fixent et se multiplient sur les coques des bateaux posent un sérieux problème. À cause de ce type d’encrassement ou de salissures biologiques (appelé aussi biofouling), les bateaux avancent moins vite, consomment plus de carburant et ont besoin d’être mis hors service tous les deux ans pour être nettoyés. Pour résoudre ce problème, les scientifiques cherchent des solutions dans la nature.

Considérez ceci : Des études ont révélé que la peau de la baleine-pilote à longues nageoires (Globicephala melas) a des propriétés autonettoyantes. Elle est couverte de stries minuscules, appelées nanostries, qui sont si petites qu’elles empêchent les larves des coquillages de s’y agripper. Ces stries sont remplies d’un gel qui attaque les algues et les bactéries. Quand elle perd sa peau, la baleine sécrète un nouveau gel.

Les scientifiques veulent créer pour les coques de bateaux un système autonettoyant semblable à celui de cette baleine. Jusque-​là, on appliquait sur les coques des peintures antisalissures (ou peintures antifouling). Cependant, les peintures antisalissures les plus utilisées ont récemment été interdites parce qu’elles sont toxiques pour la vie marine. Les chercheurs ont trouvé cette solution : fixer sur les coques des bateaux un filet métallique par-dessus des rangées de trous d’où se dégage un produit chimique non polluant. Ce produit s’épaissit et devient un gel visqueux au contact de l’eau de mer. Il forme ainsi une peau qui recouvre toute la coque. Avec le temps, cette peau d’environ 0,7 millimètre d’épaisseur se détériore et se détache, en emportant avec elle tous les organismes qui s’étaient fixés dessus. Le système sécrète alors à nouveau du gel qui recouvre toute la coque.

Les coquillages comme les balanes ralentissent les bateaux et sont difficiles à éliminer.

Des tests en laboratoire ont montré que ce système pourrait réduire de 99 % le bioencrassement des bateaux. Les compagnies maritimes en retireraient un énorme avantage car mettre les bateaux en cale sèche pour les nettoyer coûte très cher.

Qu’en pensez-​vous ? La peau autonettoyante de la baleine-pilote est-​elle le produit du hasard ? Ou d’une conception ?