Réponse de la Bible

Dieu choisit un nombre limité de chrétiens fidèles qui, après leur mort, seront ressuscités pour vivre au ciel (1 Pierre 1:3, 4). Une fois qu’ils sont choisis, ils doivent préserver une foi et une conduite basées sur les principes chrétiens, pour ne pas devenir indignes de recevoir leur héritage céleste (Éphésiens 5:5 ; Philippiens 3:12-14).

Que feront ceux qui vont au ciel ?

Ils serviront comme rois et prêtres aux côtés de Jésus pendant 1 000 ans (Révélation 5:9, 10 ; 20:6). Ils formeront les « nouveaux cieux », c’est-à-dire un gouvernement céleste qui régnera sur la « nouvelle terre » ou société humaine. Ces dirigeants célestes aideront à rétablir les conditions justes que Dieu avait prévues à l’origine pour l’humanité (Isaïe 65:17 ; 2 Pierre 3:13).

Combien de personnes seront ressuscitées au ciel ?

La Bible indique que 144 000 personnes seront ressuscitées pour la vie céleste (Révélation 7:4). Dans la vision rapportée en Révélation 14:1-3, l’apôtre Jean a vu « l’Agneau qui se tenait debout sur le mont Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille ». Dans cette vision, « l’Agneau » représente Jésus ressuscité (Jean 1:29 ; 1 Pierre 1:19). Le « mont Sion » représente la position élevée de Jésus et des 144 000 qui règnent avec lui au ciel (Psaume 2:6 ; Hébreux 12:22).

Ceux qui sont « appelés et choisis » pour régner avec Christ dans le Royaume sont appelés « petit troupeau » (Révélation 17:14 ; Luc 12:32). Cela montre qu’ils seront relativement peu nombreux par rapport au nombre total de brebis de Jésus (Jean 10:16).

Idées reçues concernant ceux qui vont au ciel

Idée reçue : Tous les bons vont au ciel.

Réalité : Dieu promet la vie éternelle sur terre à la plupart des personnes qui font le bien (Psaume 37:11, 29, 34).

  • Jésus a dit : « Aucun homme n’est monté au ciel » (Jean 3:13). Il a ainsi montré que des justes qui étaient morts avant lui, comme Abraham, Moïse, Job et David, n’étaient pas montés au ciel (Actes 2:29, 34). Ils avaient l’espérance d’être ressuscités pour vivre sur terre (Job 14:13-15).

  • La résurrection pour la vie céleste est appelée dans la Bible « la première résurrection » (Révélation 20:6). Cela veut dire qu’il existe une autre résurrection : une résurrection sur terre.

  • La Bible enseigne que sous la domination du Royaume de Dieu, « la mort ne sera plus » (Révélation 21:3, 4). Puisque la mort n’a jamais existé au ciel, cette promesse s’applique obligatoirement à la terre.

Idée reçue : Chaque personne choisit si elle recevra la vie au ciel ou sur la terre.

Réalité : C’est Dieu qui décide quels chrétiens fidèles recevront « l’appel vers le haut », c’est-à-dire l’espérance de la vie céleste (Philippiens 3:14). Ce n’est pas l’ambition ou l’envie d’une personne qui détermine si elle sera choisie (Matthieu 20:20-23).

Idée reçue : L’espérance de la vie éternelle sur terre a moins de valeur, elle est offerte seulement à ceux qui ne méritent pas d’aller au ciel.

Réalité : Dieu appelle ceux qui recevront la vie éternelle sur terre « mon peuple », « ceux que j’ai choisis » et les « bénis de Jéhovah » (Isaïe 65:21-23). Ils auront le privilège de réaliser le projet de Dieu pour l’humanité : ils vivront éternellement parfaits sur une terre paradisiaque (Genèse 1:28 ; Psaume 115:16 ; Isaïe 45:18).

Idée reçue : Le nombre 144 000 mentionné dans la Révélation est à prendre au sens symbolique et non littéral.

Réalité : Dans la Révélation, certains nombres sont symboliques, mais d’autres sont à prendre au sens littéral. Par exemple, il y est question des « douze noms des douze apôtres de l’Agneau » (Révélation 21:14). Examinons les preuves permettant de conclure que le nombre 144 000 est aussi à prendre au sens littéral.

On lit en Révélation 7:4 : « Le nombre de ceux qui ont été scellés (ou ceux dont l’espérance de vivre au ciel a été confirmée) : cent quarante-quatre mille. » Selon le contexte immédiat de ce verset, un second groupe est mis en contraste : « une grande foule que personne ne pouvait compter ». Cette « grande foule » reçoit aussi le salut de Dieu (Révélation 7:9, 10). Si le nombre 144 000 était symbolique et faisait référence à un groupe non dénombré, alors il n’y aurait plus de contraste entre les deux groupes *.

De plus, les 144 000 sont décrits comme étant « achetés d’entre les humains comme prémices » (Révélation 14:4). Le mot « prémices » se rapporte à une petite quantité représentative. Ce mot est approprié pour décrire ceux qui régneront dans le ciel avec Christ, sur un nombre indéterminé de sujets terrestres (Révélation 5:10).

^ § 21 Le professeur Robert Thomas a écrit au sujet des 144 000 mentionnés en Révélation 7:4 : « Il s’agit d’un nombre précis par contraste avec le nombre indéfini de Révélation 7:9. Si on le prend au sens symbolique, aucun nombre de ce livre ne peut être pris au sens littéral. » (Revelation 1-7 : An Exegetical Commentary, page 474).