Aller au contenu

Qu’est-​ce que l’âme ?

Réponse de la Bible

Dans la Bible, « âme » est la traduction du mot hébreu nèphèsh et du mot grec psukhê. Le mot hébreu signifie littéralement « un être qui respire », et le mot grec désigne « un être vivant * ». L’âme est donc la créature tout entière, et non pas quelque chose en elle qui survit à la mort du corps. Voyons comment la Bible montre que l’âme humaine est la personne tout entière.

Adam n’a pas reçu une âme ; il « devint une âme vivante ».

  • D’après la Bible, quand Dieu a créé le premier homme, Adam, celui-ci « devint une âme vivante » (Genèse 2:7, Ostervald). Adam n’a pas reçu une âme. Il est devenu une âme vivante, autrement dit une personne.

  • La Bible dit qu’une âme peut travailler, avoir faim, manger, obéir à des lois ou toucher un cadavre (Lévitique 5:2 ; 7:20 ; 23:30 ; Deutéronome 12:20 ; Romains 13:1 [Bible avec notes et références]). Ce genre d’actions ou de sensations fait intervenir la personne tout entière.

L’âme est-​elle immortelle ?

Non, l’âme peut mourir. Des dizaines de versets montrent que l’âme est mortelle. En voici des exemples :

  • « L’âme qui pèche est celle qui mourra » (Ézéchiel 18:4, 20, Ostervald).

  • Dans l’antique Israël, quelle était la sanction pour les fautes les plus graves ? L’« âme » du coupable devait être « retranchée » (Exode 12:15, 19 ; Lévitique 7:20, 21, 27 ; 19:8, Darby). En d’autres termes, il était « mis à mort » (Exode 31:14, Darby).

  • Dans certains versets, l’expression littérale « âme morte » désigne le corps d’une personne après sa mort (Lévitique 21:11, note ; Nombres 6:6, note). Beaucoup de traductions de la Bible emploient les mots « corps mort » ou « personne morte » dans ces versets. Mais c’est le mot nèphèsh, c’est-à-dire « âme », qui est utilisé dans l’hébreu original.

« Âme » peut vouloir dire « vie »

Dans la Bible, « âme » peut aussi être synonyme de « vie ». C’est le cas dans Job 33:22, où le mot hébreu traduit par « âme » (nèphèsh) est utilisé en parallèle avec le mot « vie ». Dans le même ordre d’idées, la Bible montre qu’on peut risquer ou perdre son âme, c’est-à-dire sa vie (Exode 4:19, note ; Juges 9:17, note ; Philippiens 2:30, Bible avec notes et références).

Cet emploi du mot « âme » permet de mieux comprendre Genèse 35:18 où on lit que l’âme « sortait » (Bible avec notes et références) ou « s’en allait » (Darby). Cette image indique que la vie de la personne prend fin. Dans certaines traductions, l’expression de Genèse 35:18 est rendue par « dans son dernier souffle » (Traduction Œcuménique de la Bible ; Bayard).

D’où vient la croyance en l’immortalité de l’âme ?

Les religions chrétiennes qui croient en l’immortalité de l’âme ne tirent pas cet enseignement de la Bible, mais de la philosophie grecque. Voici ce qu’on peut lire dans une encyclopédie : « Quand la Bible fait mention de l’âme, cela a trait au principe de la respiration. Elle ne fait aucune différence entre l’âme immatérielle et le corps charnel. Les notions chrétiennes d’une division entre l’âme et le corps trouvent leur origine chez les Grecs de l’Antiquité » (Encyclopædia Britannica).

Dieu ne tolère pas qu’on mêle à ses enseignements des philosophies humaines comme la croyance en l’immortalité de l’âme. Le message de la Bible est clair : « Prenez garde que personne ne vous fasse prisonniers au moyen de la philosophie et d’une vaine tromperie fondées sur la tradition humaine » (Colossiens 2:8).

^ § 3 Voir The New Brown, Driver, and Briggs Hebrew and English Lexicon of the Old Testament, page 659, et Lexicon in Veteris Testamenti Libros, page 627. De nombreuses traductions de la Bible traduisent le mot « âme » de différentes façons en fonction du contexte. Elles le rendent par exemple par « âme », « vie », « personne », « créature » ou « corps ».