Réponse de la Bible

Bien qu’elle ne donne pas beaucoup de détails à ce sujet, la Bible ne condamne pas le fait de porter du maquillage, des bijoux ou d’autres formes d’ornements. En effet, au lieu de se focaliser sur l’aspect physique, la Bible met en valeur « la parure incorruptible de l’esprit doux et paisible » (1 Pierre 3:3, 4).

Il n’y a rien de mal à embellir son apparence

  • Des femmes de foi mentionnées dans la Bible se faisaient belles. Rébecca, l’épouse d’Isaac, le fils d’Abraham, portait un anneau de nez en or, des bracelets en or et d’autres bijoux coûteux que lui avait offerts son beau-père avant son mariage (Genèse 24:22, 30, 53). Pareillement, Esther a accepté de recevoir des soins de beauté réservés aux candidates au rôle de future reine de l’Empire Perse (Esther 2:7, 9, 12). Ces soins incluaient, semble-t-il, l’usage de « produits cosmétiques » ou de « plusieurs types de maquillage » (New International Version ; Easy-to-Read Version).

  • Des exemples bibliques présentent les bijoux sous un jour positif. Par exemple, une personne qui donne de bons conseils est comparée à « une boucle d’oreille en or [...] pour l’oreille qui entend » (Proverbes 25:12). De même, Dieu lui-même a comparé son attitude vis-à-vis de la nation d’Israël à celle d’un mari qui pare son épouse de bracelets, de colliers, et de boucles d’oreilles. Grâce à cette parure, la nation était « devenue très, très belle » (Ézéchiel 16:11-13).

Ce que certains pensent au sujet du maquillage et des bijoux.

Idée reçue : En 1 Pierre 3:3, la Bible condamne le fait de « se tresser les cheveux » et « de mettre des ornements en or ».

Réalité : Le contexte montre que la Bible souligne la supériorité de la beauté intérieure sur l’aspect physique et les ornements (1 Pierre 3:3-6). On retrouve ce même contraste dans d’autres versets de la Bible (1 Samuel 16:7 ; Proverbes 11:22 ; 31:30 ; 1 Timothée 2:9, 10).

Idée reçue : La méchante reine Jézabel « se farda[it] les yeux ». Cela prouve qu’il est mal de se maquiller (2 Rois 9:30).

Réalité : Jézabel, qui s’était rendue coupable de sorcellerie et de meurtres, a été jugée pour ses actions méchantes et non pour son apparence (2 Rois 9:7, 22, 36, 37).