• ANNÉE DE NAISSANCE : 1954

  • PAYS D’ORIGINE : Philippines

  • ANCIENNEMENT : Éloigné d’un père maltraitant

MON PARCOURS :

De nombreux touristes viennent admirer les célèbres chutes d’eau de Pagsanjan, aux Philippines. C’est là, dans la pauvreté, que mon père, Nardo Leron, a grandi. En voyant la corruption du gouvernement, de la police, et sur son lieu de travail, il est devenu amer et coléreux.

Mes parents travaillaient beaucoup pour élever leurs huit enfants. Ils étaient fréquemment absents de longues périodes pour s’occuper des cultures dans les montagnes. Mon frère Rodelio et moi devions donc régulièrement nous débrouiller tout seuls et nous avions souvent faim. Quand nous étions enfants, nous avions peu l’occasion de jouer. Dès l’âge de sept ans, nous devions tous travailler dans des plantations, portant de lourdes charges de noix de coco sur des chemins escarpés de montagne. Quand la charge était trop lourde, nous étions obligés de la traîner.

Nous devions supporter les coups de mon père, mais c’était encore plus dur de le voir battre notre mère. Nous voulions l’en empêcher, mais nous n’en n’avions pas la force. Rodelio et moi avions secrètement décidé de tuer notre père quand nous serions plus grands. Je rêvais d’un père qui nous aime !

La violence de mon père me révoltait tellement qu’à 14 ans, j’ai quitté la maison. Pendant un temps, j’ai vécu dans la rue, et je me suis mis à consommer du cannabis. Par la suite, j’ai trouvé un travail : j’amenais en bateau les touristes aux chutes d’eau.

Quelques années plus tard, j’ai commencé des études universitaires à Manille. Mais comme je retournais travailler à Pagsanjan le week-end, j’avais peu de temps pour étudier. Ma vie n’avait aucun sens, et le cannabis ne soulageait plus mon angoisse. J’ai ensuite essayé les méthamphétamines, la cocaïne et l’héroïne. La drogue et l’immoralité sexuelle allaient souvent ensemble. Autour de moi, ce n’était que pauvreté, injustice et souffrances. Je haïssais le gouvernement qui, pour moi, était responsable de tout cela. J’ai demandé à Dieu : « Pourquoi la vie est comme ça ? » Mais je n’ai trouvé aucune réponse auprès des religions vers lesquelles je me suis tourné. J’ai alors pris plus de drogues pour noyer mon désespoir.

En 1972, des étudiants ont organisé des manifestations contre le gouvernement. J’ai participé à l’une d’entre elles mais les choses ont dégénéré. De nombreuses personnes ont été arrêtées et quelques mois plus tard, la loi martiale a été proclamée dans tout le pays.

Je me suis à nouveau retrouvé dans la rue, mais à cause de ma participation à la rébellion, j’avais peur des autorités. Pour financer ma dépendance à la drogue, je me suis mis à voler puis à offrir des faveurs sexuelles à de riches personnes et à des étrangers. Vivre ou mourir, ça n’avait pas d’importance pour moi.

Entre-temps, ma mère et mon petit frère avaient commencé à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Mon père était si furieux qu’il a brûlé leurs publications. Malgré cela, ils ont tous les deux persévéré jusqu’au baptême.

Un jour, un Témoin a parlé à mon père de cette promesse de la Bible : bientôt la vraie justice régnera sur toute la terre (Psaume 72:12-14). Cette espérance lui a tellement plu qu’il a voulu faire ses propres recherches. Dans la Bible, il a non seulement découvert la promesse de Dieu d’établir un gouvernement juste mais aussi ce que Dieu attend des maris et des pères (Éphésiens 5:28, 29 ; 6:4). Peu après, lui et tous mes autres frères et sœurs sont devenus Témoins. Étant loin de la maison, je n’étais pas au courant de ces changements.

COMMENT LA BIBLE A CHANGÉ MA VIE

En 1978, je suis allé habiter en Australie. Mais même dans ce pays riche et pacifique, je n’arrivais pas à trouver la paix de l’esprit : je continuais à boire et à me droguer. Plus tard cette année-​là, des Témoins de Jéhovah m’ont rendu visite. J’ai aimé ce qu’ils m’ont montré dans la Bible à propos de la promesse de Dieu de rétablir la paix sur la terre, mais j’étais méfiant vis-à-vis d’eux.

Peu de temps après, je suis retourné aux Philippines pour quelques semaines. Mes frères et sœurs m’ont dit que notre père avait fait beaucoup d’efforts pour devenir quelqu’un de meilleur. Mais je lui en voulais tellement que je faisais tout pour ne pas le voir.

Ma petite sœur m’a expliqué à l’aide de la Bible pourquoi la vie est si difficile et injuste. J’étais impressionné de voir qu’une adolescente ayant si peu d’expérience de la vie puisse avoir les réponses à mes questions. Avant mon départ, mon père m’a donné le livre Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis *. Il m’a dit : « Arrête de courir après le vent. Ce livre t’aidera à trouver ce que tu cherches. » Il m’a vivement encouragé à prendre contact avec les Témoins de Jéhovah quand je serais de retour chez moi en Australie.

J’ai suivi le conseil de mon père : j’ai trouvé une Salle du Royaume près de chez moi, à Brisbane, et j’ai accepté un cours biblique. Les prophéties comme celles contenues en Daniel chapitre 7 et en Isaïe chapitre 9 m’ont montré que le royaume de Dieu, qui est un gouvernement sans aucune corruption, dirigera la terre dans l’avenir. J’ai appris que nous connaîtrons bientôt des conditions paradisiaques sur la terre. J’ai aussi compris que, pour plaire à Dieu, je devais maîtriser mes émotions et arrêter de me droguer, de boire et de mener une vie immorale. J’ai quitté la femme avec qui je vivais et je me suis libéré de mes dépendances. Comme ma confiance en Jéhovah grandissait, je le priais pour qu’il m’aide à faire d’autres changements.

Petit à petit, je me suis rendu compte que ce que j’apprenais pouvait vraiment transformer une personne. La Bible dit qu’avec des efforts, on peut revêtir une « personnalité nouvelle » (Colossiens 3:9, 10). À mesure que ma personnalité changeait, j’ai compris que ce qu’on m’avait dit à propos de mon père pouvait être vrai : il pouvait lui aussi avoir changé. Je ne ressentais plus de colère ni de rancune ; ce que je voulais, c’était faire la paix avec lui. J’ai pardonné à mon père et j’ai renoncé à la haine que j’avais entretenue depuis mon enfance.

CE QUE CELA M’A APPORTÉ

Quand j’étais jeune, je faisais souvent comme les autres, adoptant un comportement destructeur et dangereux. Ce que dit la Bible à propos des mauvaises compagnies s’est vérifié dans mon cas : elles m’ont détourné du droit chemin (1 Corinthiens 15:33). Par contre, au sein du peuple de Jéhovah, je me suis fait des amis dignes de confiance et ils m’ont aidé à devenir quelqu’un de meilleur. Parmi eux, j’ai rencontré ma merveilleuse femme, Loretta. Ensemble, nous enseignons aux autres comment la Bible peut les aider.

Je prends un repas avec ma femme et des amis.

Grâce à la Bible, j’ai vu mon père devenir ce que je n’aurais jamais imaginé : un mari aimant, et un chrétien humble et paisible. Quand, après mon baptême, en 1987, nous nous sommes retrouvés, mon père m’a serré dans ses bras pour la première fois de ma vie !

Pendant plus de 35 ans, mon père et ma mère ont parlé aux autres de l’espérance de la Bible. Mon père est devenu un homme zélé et attentionné, connu pour être serviable. Durant toutes ces années, j’ai appris à le respecter et à l’aimer. J’étais fier d’être connu comme étant son fils ! Mon père est mort en 2016, mais je pense tendrement à lui, sachant que nous avons tous les deux opéré de grands changements dans nos personnalités en appliquant les enseignements de la Bible. Je ne ressens plus aucune haine. Je suis si heureux d’avoir trouvé mon Père céleste, Jéhovah, qui promet de mettre fin à tout ce qui fait souffrir les familles dans le monde.

^ § 20 Publié par les Témoins de Jéhovah, mais aujourd’hui épuisé.