• ANNÉE DE NAISSANCE 1967

  • PAYS D’ORIGINE FINLANDE

  • ANCIENNEMENT JOUEUR DE TENNIS PROFESSIONNEL

MON PARCOURS

J’ai grandi dans la banlieue verte et tranquille de Tampere, en Finlande. Ma famille n’était pas très religieuse, mais elle accordait de l’importance à l’instruction et aux bonnes manières. Ma mère était Allemande, et quand j’étais petit, je suis allé plusieurs fois en Allemagne de l’Ouest, où mes grands-parents vivaient.

J’ai toujours aimé le sport. Enfant, j’ai pratiqué tous types de sports, mais à 14 ans, j’ai choisi de me concentrer sur le tennis. À 16 ans, je m’entraînais deux ou trois fois par jour : deux fois avec un entraîneur, et parfois tout seul le soir. J’étais fasciné par les différents aspects de ce sport ; le tennis me permettait de me dépasser à la fois mentalement et physiquement. J’aimais aussi me retrouver avec mes amis et boire une bière de temps en temps, mais sans tomber dans les excès ; je n’ai jamais eu de problèmes avec l’alcool ou la drogue. Ma vie tournait autour du tennis. C’était ma priorité.

J’ai commencé à participer à des tournois ATP * quand j’avais 17 ans. Après avoir remporté plusieurs tournois, je suis devenu assez populaire en Finlande. À 22 ans, je faisais partie des 50 meilleurs joueurs de tennis au monde.

Pendant des années, j’ai participé à des tournois professionnels de tennis dans le monde entier. J’ai découvert des endroits fascinants, mais j’ai aussi pris conscience de l’étendue de nombreux problèmes mondiaux, comme la criminalité, la drogue et la pollution. Par exemple, dans certaines villes des États-Unis, on nous a déconseillé de nous rendre dans différents quartiers en raison d’une forte criminalité. Tout cela me troublait beaucoup. Et même si j’aimais ce que je faisais, au bout du compte je ressentais un vide intérieur.

COMMENT LA BIBLE A CHANGÉ MA VIE

Ma petite amie, Sanna, a commencé à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Ça m’amusait un peu de la voir s’intéresser à la religion, mais je n’avais rien contre. Nous nous sommes mariés en 1990, et elle s’est fait baptiser Témoin de Jéhovah l’année suivante. En ce qui me concerne, je n’étais pas vraiment quelqu’un de religieux, même si je pensais qu’il y avait un Dieu. Je me rappelais que ma grand-mère allemande lisait beaucoup la Bible, et elle m’avait même appris à prier.

Un jour, Sanna et moi sommes passés voir un couple de Témoins. Le mari, Kari, m’a montré une prophétie de la Bible concernant « les derniers jours » (2 Timothée 3:1-5). Cela m’a beaucoup frappé : je comprenais maintenant pourquoi les choses allaient si mal dans le monde. Ce jour-​là, c’est à peu près le seul échange que nous avons eu sur la religion. Mais ça a été le point de départ de nombreuses conversations bibliques avec Kari, et tout ce que j’apprenais me semblait convaincant. Comme j’avais une vie bien remplie et que je voyageais beaucoup, nous avions du mal à nous voir régulièrement, mais Kari ne s’est pas découragé. Il m’envoyait tout simplement des courriers pour répondre aux questions que je lui posais pendant les cours. Toutes mes grandes interrogations sur l’existence trouvaient des réponses logiques dans la Bible et, petit à petit, j’ai commencé à discerner le thème central de ce livre, à savoir que Dieu accomplira son projet pour les humains au moyen de son Royaume. J’ai été très impressionné d’apprendre son nom, Jéhovah, et de découvrir tout ce qu’il a fait pour nous (Psaume 83:18). Ce qui m’a le plus frappé, c’est qu’il a donné son Fils en sacrifice pour nous racheter ; ce n’était pas une simple disposition pratique ou formalité légale, mais une preuve de son amour (Jean 3:16). J’ai aussi appris que je pouvais devenir l’ami de Dieu et vivre pour toujours dans un paradis, où la paix régnera (Jacques 4:8). Je me suis demandé : « Comment puis-​je montrer ma reconnaissance ? »

J’ai longuement réfléchi à ma vie. J’apprenais dans la Bible que le plus grand des bonheurs vient du fait de donner, et j’avais envie de faire connaître mes croyances aux autres (Actes 20:35). Mais étant un sportif professionnel, je passais 200 jours par an loin de chez moi, à participer à des tournois. Toute notre vie de famille était centrée sur moi : mes entraînements, mon emploi du temps, ma carrière. J’ai pris conscience que ça devait changer.

Je savais que beaucoup ne comprendraient pas que je décide d’abandonner une carrière sportive prometteuse pour des raisons religieuses. Mais la possibilité de mieux connaître Jéhovah et d’avoir la vie éternelle était bien plus précieuse que n’importe quel prix que j’aurais pu gagner au tennis ; prendre cette décision n’était donc pas si difficile. J’étais déterminé à ne pas prêter attention à ce que les autres pourraient dire. C’était à moi seul de décider. Le verset de Psaume 118:6 m’a beaucoup encouragé à résister aux pressions extérieures. On y lit : « Jéhovah est avec moi ; je n’aurai pas peur. Que peut me faire l’homme ? »

Vers la même période, des sponsors m’ont proposé un contrat qui me garantissait de pouvoir jouer au niveau professionnel pendant de nombreuses années en étant bien payé. Mais ma décision était prise. J’ai donc refusé leur offre et j’ai finalement cessé de participer aux tournois ATP. J’ai continué d’étudier la Bible et, le 2 juillet 1994, je me suis fait baptiser Témoin de Jéhovah.

CE QUE CELA M’A APPORTÉ

Dans mon cas, ce n’est pas un évènement tragique qui m’a attiré vers Dieu. Et je ne peux pas dire que j’étais à la recherche de la vérité. J’étais satisfait de ma vie et je ne voyais pas ce que j’aurais pu vouloir de plus. Mais sans que je m’y attende, la vérité est venue à moi et j’ai découvert que la vie avait un sens plus profond. Ma vie est devenue bien plus satisfaisante que ce que j’aurais pu imaginer ! Notre famille est plus forte et plus unie que jamais. Et je suis très heureux que mes trois fils aient suivi mon exemple en faisant carrière, non pas dans le sport, mais au service de Jéhovah.

J’aime toujours jouer au tennis. Au fil des années, j’ai pu gagner ma vie en occupant des emplois liés à ce sport, comme celui d’entraîneur ou de gérant d’un club de tennis. Mais ma vie n’est plus centrée sur le sport. Avant, je m’entraînais pendant des heures toutes les semaines pour devenir un meilleur joueur, un champion. Aujourd’hui, en tant qu’évangélisateur à plein temps, je suis heureux d’utiliser mon temps pour aider les autres à découvrir et à appliquer les principes bibliques qui ont transformé ma vie. Ce qui me procure le plus grand des bonheurs, c’est de donner la priorité à ma relation avec Jéhovah et de parler aux autres de mon espoir d’un avenir meilleur (1 Timothée 6:19).

^ § 10 ATP est le sigle anglais de l’Association des joueurs de tennis professionnels. L’ATP supervise l’ensemble du circuit des plus grands tournois professionnels masculins. Les gagnants remportent des prix sous forme de sommes d’argent ainsi que des points. Le classement mondial des joueurs se fait en fonction du nombre total de points qu’ils accumulent lors de ces tournois.