Aller au contenu

Les Témoins de Jéhovah

Sélectionner la langue Français

Un relief égyptien confirme l’exactitude d’un récit de la Bible

Ce relief de huit mètres de haut se trouve à Karnak, près de l’entrée du temple égyptien du dieu Amon. Selon les spécialistes, ce relief hiéroglyphique représente les lieux conquis par le pharaon Sheshonq dans les territoires situés au nord-est de l’Égypte, notamment Juda et le royaume du nord d’Israël.

Relief de Karnak ; médaillon montrant des prisonniers attachés.

Le relief montre Amon en train de présenter plus de 150 prisonniers devant Sheshonq, aussi appelé Shishaq *. Chaque prisonnier représente une ville ou un peuple conquis. Le nom de ces villes est inscrit sur le corps de chaque prisonnier, à l’intérieur d’une forme ovale. Bon nombre de ces noms sont encore lisibles. D’ailleurs, certains sont bien connus des lecteurs de la Bible. Citons parmi eux Beth-Shéân, Gabaon, Megiddo et Shounem.

La Bible parle de la conquête de Juda (1 Rois 14:25, 26). Elle fournit même des détails précis à propos de son invasion par Sheshonq. Nous lisons : « Dans la cinquième année du règne de Roboam, Sheshonq, le roi d’Égypte, attaqua Jérusalem [...]. Il avait 1 200 chars, 60 000 cavaliers et d’innombrables soldats qui vinrent d’Égypte avec lui [...]. Il s’empara des villes fortifiées du territoire de Juda et il arriva finalement à Jérusalem » (2 Chroniques 12:2-4).

Le relief de Karnak n’est pas la seule preuve archéologique de l’invasion du pays d’Israël par Sheshonq. Le nom Sheshonq figure aussi sur un fragment de pierre, ou stèle, découvert sur le site de la ville de Megiddo, dont parle la Bible.

L’exactitude du récit biblique de la conquête de Juda par Sheshonq témoigne de l’honnêteté des rédacteurs de la Bible. Ils ont consigné scrupuleusement les victoires, mais aussi les défaites de leur pays. La plupart des écrivains de l’Antiquité n’ont pas fait preuve de la même intégrité.

^ § 3 L’orthographe « Shishaq » s’appuie sur la prononciation de ce nom en hébreu.