Aller au contenu

DE L’AIDE POUR LES FAMILLES

Comment aider votre enfant à surmonter un échec

Tôt ou tard, votre enfant connaîtra un échec ou une déception. Comment l’aider à s’en remettre ?

 Ce que vous devez savoir

Les échecs font partie de la vie. La Bible dit que « tous, nous trébuchons » (Jacques 3:2). Les enfants aussi. Cependant, les déceptions peuvent avoir un côté positif : elles donnent à un enfant l’occasion de cultiver la résilience, c’est-à-dire la capacité à faire face aux difficultés sans se laisser décourager. Les enfants ne naissent pas avec cette capacité, mais ils peuvent l’acquérir. Une mère appelée Laura explique : « Mon mari et moi avons remarqué que c’est bien mieux pour un enfant d’apprendre à surmonter un échec plutôt que de faire comme si rien ne s’était passé. Il peut apprendre à persévérer quand les choses ne se passent pas bien. »

Beaucoup d’enfants ont du mal à gérer un échec. Certains enfants n’ont pas appris à surmonter leurs échecs parce que leurs parents leur laissent toujours entendre qu’ils ne sont pas responsables. Par exemple, quand leur enfant a de mauvaises notes, certains parents vont tout de suite dire que c’est de la faute de son professeur. Ou quand il s’est disputé avec un ami, ils vont tout de suite dire que c’est de la faute de son ami.

Mais comment un enfant apprendra-​t-​il à accepter ses erreurs et à en assumer les conséquences si ses parents le protègent systématiquement ?

 Ce que vous pouvez faire

  • Apprenez à votre enfant que ses actions ont des conséquences.

    Principe biblique : « Ce que quelqu’un sème, c’est aussi ce qu’il récoltera » (Galates 6:7).

    Toute action a des conséquences. Tout dégât causé a un coût. Toute erreur a des effets négatifs. Un enfant doit connaître le principe de cause à effet et, quand quelque chose se passe mal, il lui faut comprendre quelle est sa part de responsabilité. Par conséquent, ne lui trouvez pas d’excuses et ne rejetez pas la faute sur quelqu’un d’autre. Tout en tenant compte de son âge, apprenez-​lui petit à petit à assumer les conséquences de ses actions. Bien sûr, un enfant devrait également pouvoir faire clairement le lien entre ses mauvaises actions et les conséquences qu’elles ont eues.

  • Apprenez à votre enfant à trouver des solutions.

    Principe biblique : « Le juste peut tomber sept fois, mais il se relèvera » (Proverbes 24:16).

    Un échec peut être difficile à accepter, mais ce n’est pas la fin du monde. Aidez votre enfant à se concentrer sur les solutions à apporter plutôt que sur ce qui, d’après lui, est injuste dans la situation. Par exemple, si votre fils a eu de mauvaises notes à l’école, aidez-​le à trouver des moyens de reprendre le contrôle de la situation. Il devra peut-être étudier plus et être bien décidé à faire mieux la prochaine fois (Proverbes 20:4). Si votre fille s’est disputée avec une amie, aidez-​la à réfléchir à la façon de régler le problème. Elle pourra peut-être prendre l’initiative de s’excuser, même si ce qui s’est passé n’est pas entièrement de sa faute (Romains 12:18 ; 2 Timothée 2:24).

  • Apprenez à votre enfant à être modeste.

    Principe biblique : « Je dis à chacun d’entre vous de ne pas penser de lui-​même plus qu’il ne faut penser » (Romains 12:3).

    Dire à votre enfant qu’il est « le meilleur » dans quelque chose n’est pas réaliste, et cela ne va pas l’aider. En effet, même les enfants qui sont d’excellents élèves n’obtiendront pas toujours un vingt sur vingt. Et ceux qui sont très bons dans un sport ne gagneront pas toujours un match ou une épreuve sportive. En fait, un enfant qui a une vision modeste de lui-​même sera mieux équipé pour surmonter un échec ou une déception.

    La Bible dit que les difficultés peuvent nous rendre plus forts et nous aider à cultiver l’endurance (Jacques 1:2-4). Alors même si votre enfant éprouve de la déception après un échec, vous pouvez l’aider à relativiser la situation.

    Pour apprendre à un enfant à développer la résilience, il faut du temps et des efforts, comme pour toute autre aptitude. Mais vos efforts seront récompensés quand il entrera dans l’adolescence, puis pendant son adolescence. « Quand ils ne savent pas quoi faire face à un problème, les adolescents qui ont une bonne faculté d’adaptation risquent moins de se tourner vers de dangereuses “solutions miracles”, dit le livre Letting Go With Love and Confidence. Ils ont davantage de chances d’arriver à bien gérer une situation nouvelle et inattendue. » Bien sûr, la résilience sera également utile à votre enfant quand il sera adulte.

Astuce : Montrez l’exemple à votre enfant. Rappelez-​vous : la façon dont vous affrontez les déceptions de la vie lui montrera comment affronter ses déceptions à lui.