Qu’est-ce qu’on appelle exactement « scarifications » ?

Se faire des scarifications (ou se couper), c’est avoir l’habitude de se blesser avec un objet tranchant, sans pouvoir s’en empêcher. C’est une forme d’automutilation. Certains s’automutilent en se brûlant, en se faisant des bleus ou en se donnant des coups. Cet article parle des scarifications, mais les idées qu’il développe s’appliquent à toutes les formes d’automutilation.

Petit test : Vrai ou faux ?

  1. Seules les filles se coupent.

  2. Quand on se coupe, on désobéit à ce commandement de la Bible : « Vous ne devez pas vous faire d’entailles dans la chair » (Lévitique 19:28).

Réponses :

  1. Faux. Même si le problème est apparemment plus courant chez les filles, des garçons aussi se coupent ou s’automutilent d’autres façons.

  2. Faux. Lévitique 19:28 fait allusion à un rite païen de l’Antiquité, non à l’habitude incontrôlée de s’automutiler dont cet article parle. Toutefois, il est évident que le Créateur, qui nous aime, ne veut pas que nous nous fassions du mal (1 Corinthiens 6:12 ; 2 Corinthiens 7:1 ; 1 Jean 4:8).

 Pourquoi est-ce que des jeunes se coupent ?

Petit test : Laquelle de ces explications te semble la plus exacte ?

Des jeunes se coupent...

  1. pour essayer de surmonter leur détresse affective.

  2. pour essayer de se suicider.

Réponse : A. La plupart de ceux qui se coupent ne veulent pas mourir. Ils veulent simplement sortir de leur détresse.

Voyez ce que disent des jeunes qui avaient l’habitude de se couper :

Celia : « Ça m’apportait un certain soulagement. »

Tamara : « J’avais l’impression de m’évader. Je préférais la souffrance physique à la souffrance affective. »

Carrie : « Je détestais être triste. Et quand je me coupais, la souffrance physique me faisait oublier ma tristesse. »

Jerrine : « Chaque fois que je me coupais, je ne me rendais quasiment plus compte de ce qui se passait autour de moi, et je n’avais plus à faire face à mes difficultés. Ça me faisait vraiment du bien. »

 Si tu es concerné, comment t’en sortir ?

Prier Jéhovah est souvent une étape importante pour aller mieux. On lit dans la Bible : « Rejetez sur [Dieu] toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous » (1 Pierre 5:7).

Suggestion : Commence par des prières courtes. Au début, tu peux tout simplement dire à Jéhovah : « J’ai besoin d’aide. » Petit à petit, tu arriveras à dire tout ce que tu as sur le cœur au « Dieu de toute consolation » (2 Corinthiens 1:3, 4).

La prière n’est pas une béquille psychologique. Quand tu pries, tu communiques réellement avec ton Père céleste, qui te fait cette promesse : « Oui, je t’aiderai. Oui, vraiment, je te tiendrai ferme par ma [main] droite » (Isaïe 41:10).

Beaucoup de ceux qui avaient l’habitude de se couper ont trouvé du réconfort en en parlant à un de leurs parents ou à un adulte en qui ils avaient confiance. Trois jeunes nous ont donné leur témoignage.

 Quelques pistes de réflexion

  • Quand tu seras prêt à te faire aider, à qui pourrais-tu te confier ?

  • Que pourrais-tu dire à Jéhovah quand tu le pries ?

  • Réfléchis à deux moyens d’évacuer ton stress et ton inquiétude, en dehors de l’automutilation.