Aller au contenu

LES JEUNES S’INTERROGENT

Que dois-​je savoir sur le multitâchisme ?

 Es-​tu doué pour le multitâchisme ?

Es-​tu doué pour le multitâchisme, c’est-à-dire pour faire plusieurs choses en même temps ? Beaucoup pensent que ceux qui grandissent avec la technologie, ceux qu’on appelle parfois les « enfants (ou natifs) du numérique », sont plus doués pour le multitâchisme que les « immigrants du numérique », c’est-à-dire les générations plus âgées, qui ont adopté la technologie plus tard dans leur vie. Mais est-​ce réellement le cas ?

VRAI ou FAUX ?

  • Le multitâchisme permet de faire les choses plus rapidement.

  • Avec de la pratique, tu peux devenir un meilleur multitâche.

  • Les jeunes sont plus doués pour le multitâchisme que les générations plus âgées.

Si tu as répondu « vrai » à une ou à plusieurs de ces affirmations, c’est peut-être que tu t’es laissé tromper par le « mythe du multitâchisme ».

 Le mythe du multitâchisme

Penses-​tu que tu es capable de faire deux choses en même temps ? Peut-être que tu es capable de mener en parallèle, et sans te déconcentrer, certaines sortes d’activités. Par exemple, si tu ranges ta chambre et qu’en même temps tu écoutes de la musique, certainement que ta chambre sera bien rangée.

Mais si tu essaies de cumuler deux tâches qui réclament de la concentration, probablement que les deux tâches en pâtiront. C’est sans doute la raison pour laquelle une jeune femme nommée Katherine définit le multitâchisme comme « l’art de tout rater en même temps ».

« J’étais en train de parler avec quelqu’un, puis il a fallu que je réponde à un texto. J’ai essayé de faire les deux choses en même temps. Du coup, je n’ai presque rien écouté de ce que la personne me disait et j’ai fait des fautes à presque tous les mots de mon texto » (Caleb).

Sherry Turkle, une spécialiste des comportements sociaux en rapport avec les technologies, écrit : « Alors que nous pensons être capables de faire plusieurs choses en même temps correctement [...], à chaque fois que nous ajoutons une tâche à d’autres tâches en cours, notre efficacité se réduit. Le multitâchisme produit en nous une sorte d’excitation cérébrale qui nous fait croire que nous faisons les choses de mieux en mieux, alors qu’en réalité, nous les faisons de moins en moins bien *. »

« Des fois, j’écris un texto à quelqu’un tout en parlant à quelqu’un d’autre et j’ai l’impression de très bien m’en sortir, jusqu’à ce que je me rende compte que j’ai dit à haute voix ce que j’étais censée écrire, et que j’ai écrit dans le texto ce que j’étais censée dire à haute voix ! » (Tamara).

Les gens qui essaient d’être multitâches se compliquent la vie pour rien. Par exemple, ils mettent généralement plus de temps à faire leurs devoirs. Ou alors, il leur faut peut-être refaire un devoir qu’ils pensaient avoir terminé. Dans les deux cas, il leur reste moins de temps pour faire d’autres choses !

Le psychothérapeute et conseiller d’orientation Thomas Kersting dit à juste titre : « Si l’on imagine que le cerveau est une armoire à dossiers, dans laquelle les informations indispensables peuvent être soigneusement rangées, alors dans le cerveau des grands multitâches, c’est une vraie pagaille *. »

« Plus on fait de choses à la fois, plus on fait passer de choses importantes entre les mailles du filet. Au bout du compte, sans doute qu’on s’est créé plus de travail et qu’on a perdu le temps qu’on espérait pouvoir gagner » (Teresa).

Vouloir être multitâche, c’est comme vouloir rouler sur deux routes en même temps.

 Une meilleure méthode

  • Exerce-​toi à te concentrer sur une tâche à la fois. Ce sera peut-être difficile, surtout si tu as l’habitude de cumuler des activités, par exemple, si tu as l’habitude d’écrire des textos pendant que tu fais tes devoirs. Mais la Bible nous recommande « de discerner quelles sont les choses les plus importantes » (Philippiens 1:10). Toutes les tâches ne pèsent pas aussi lourd dans la balance. Alors décide quelle tâche doit passer en premier, et concentre-​toi uniquement sur cette tâche jusqu’à ce qu’elle soit terminée.

    « Un esprit qui se disperse, ça ressemble beaucoup à un petit enfant : quelquefois, il faut lui dire non, même si ça peut paraître plus facile de le laisser faire tout ce qu’il veut » (Maria).

  • Élimine les sources de distraction. Es-​tu tenté de regarder ton smartphone pendant que tu fais tes devoirs ? Si c’est le cas, mets-​le dans une autre pièce. Et puis, éteins la télé. Quant aux réseaux sociaux... il faut oublier ! La Bible conseille : « Faites le meilleur usage possible de votre temps » (Colossiens 4:5).

    « Je me rends compte que je me sens beaucoup mieux quand je me concentre sur une chose à la fois. Quand je peux barrer une tâche sur ma liste et passer à la suivante, je suis vraiment contente. Moi, j’appelle ça la satisfaction au travail » (Onya).

  • Accorde toute ton attention à la personne avec qui tu parles. Faire quelque chose sur son smartphone tout en parlant avec quelqu’un, c’est non seulement contre-productif, mais c’est aussi un manque de politesse. La Bible nous dit de traiter les autres comme nous voulons qu’ils nous traitent (Matthieu 7:12).

    « Parfois, quand je parle à ma sœur, elle écrit des textos ou fait autre chose sur son téléphone. Qu’est-​ce que ça peut m’énerver ! Mais j’avoue que, parfois, moi aussi, je fais ça ! » (David).

^ § 18 Reclaiming Conversation—The Power of Talk in a Digital Age, Penguin Press, 2015.

^ § 21 Disconnected—How to Reconnect Our Digitally Distracted Kids, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2016.