Aller au contenu

Le Lightbearer diffuse la lumière spirituelle en Asie du Sud-Est

Le Lightbearer diffuse la lumière spirituelle en Asie du Sud-Est

Au début des années 30, les Témoins de Jéhovah n’avaient pratiquement jamais prêché en Indonésie, en Malaisie et dans ce qui est aujourd’hui la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Comment la bonne nouvelle allait-​elle atteindre ces territoires ? Pour répondre à ce besoin, la filiale d’Australie (aujourd’hui la filiale d’Australasie) a acheté un voilier à deux mâts motorisé de 16 mètres, ou ketch. On l’a appelé le Lightbearer (Porteur de lumière), parce que l’équipage, composé uniquement de pionniers *, devait l’utiliser pour répandre la lumière spirituelle dans des pays éloignés (Matthieu 5:14-16).

Prédication en Nouvelle-Guinée

En février 1935, les sept membres d’équipage ont quitté Sydney, sur la côte est de l’Australie, pour se diriger au nord, vers Port Moresby (Nouvelle-Guinée). En route, ils ont pêché des poissons, et ils ont fait escale dans plusieurs ports pour effectuer des réparations et pour se ravitailler en carburant et en nourriture. Le 10 avril 1935, ils ont pris la mer au départ de Cooktown (Queensland). Comme ils approchaient de la dangereuse Grande Barrière, ils ont utilisé le moteur du bateau. Mais le moteur s’est mis à faire un bruit bizarre et ils ont dû le couper. Devaient-​ils faire demi-tour ou continuer à naviguer vers la Nouvelle-Guinée ? Le capitaine, Eric Ewins, se souvient : « On n’avait pas du tout envie de faire demi-tour. » Le Lightbearer a donc poursuivi sa route, et il est arrivé sans encombre à Port Moresby le 28 avril 1935.

L’équipage du Lightbearer. En partant de la gauche : William Hunter, Charles Harris, Alan Bucknell (au premier plan), Alfred Rowe, Frank Dewar, Eric Ewins, Richard Nutley.

Pendant qu’un mécanicien réparait le moteur, tout l’équipage a prêché à Port Moresby, à l’exception de Frank Dewar. Frank, qui était, selon un membre d’équipage, un « pionnier infatigable », raconte : « J’ai pris une bonne quantité de livres et je me suis enfoncé dans les terres sur une trentaine de kilomètres, pour parler aux colons. » Sur le chemin du retour, il a emprunté une route différente et a dû traverser à pied une petite rivière infestée de crocodiles. Mais il a été prudent, et il est revenu en ville sain et sauf. Les efforts de l’équipe dans le ministère ont été récompensés. Parmi ceux qui ont accepté des publications à ce moment-​là, certains sont plus tard devenus Témoins de Jéhovah.

Prédication à Java

Une fois le moteur réparé, le Lightbearer a quitté Port Moresby et s’est dirigé vers l’île de Java, dans les Indes orientales néerlandaises (aujourd’hui en grande partie l’Indonésie). Après plusieurs escales pour se ravitailler, l’équipage est arrivé à Batavia (aujourd’hui Jakarta) le 15 juillet 1935.

C’est alors qu’un des membres de l’équipage, Charles Harris, a quitté le Lightbearer. Il est resté à Java, où il a continué à prêcher avec zèle *. « À cette époque, dit-​il, notre activité consistait essentiellement à distribuer des publications dans une ville puis dans la suivante. J’avais avec moi des publications en arabe, en chinois, en néerlandais, en anglais et en indonésien. Comme les gens acceptaient facilement nos publications, j’en ai placé jusqu’à 17 000 par an. »

Le Lightbearer toutes voiles dehors

Le zèle de Charles a attiré l’attention des autorités néerlandaises. Un jour, un fonctionnaire a demandé à un autre Témoin qui prêchait à Java combien de personnes participaient à cette activité dans l’est de l’île, là où était Charles. Le frère a répondu : « Un seul. » « Vous ne pensez tout de même pas que je vais vous croire? », a aboyé l’officier. « Ils doivent être toute une armée, à en juger par le nombre de publications qui sont distribuées. »

Prédication à Singapour et en Malaisie

Partant d’Indonésie, le Lightbearer a mis le cap sur Singapour, où il est arrivé le 7 août. À chaque escale, les frères ont diffusé des discours enregistrés. Pour ce faire, ils ont utilisé le puissant amplificateur du bateau et ses haut-parleurs. Cette façon de proclamer la bonne nouvelle a attiré l’attention de beaucoup. En effet, le Singapore Free Press a rapporté : « Mercredi soir, une voix puissante venant de la mer a retenti. » Puis il a ajouté : « C’était un discours exceptionnel diffusé depuis le Lightbearer. Depuis son arrivée d’Australie, ce ketch fait entendre à Singapour des discours enregistrés de la Société Watch Tower. » L’article poursuit : « Par beau temps, on peut entendre clairement ces sermons jusqu’à trois ou quatre kilomètres à la ronde. »

À Singapour, Frank Dewar a quitté le Lightbearer pour une autre affectation. Il se souvient de son départ : « Nous prêchions à Singapour tout en vivant sur le bateau. Quand il a été temps pour le Lightbearer de reprendre la mer, j’ai eu un grand choc en entendant Eric Ewins me dire : “Frank, tu as dit que tu avais choisi le Siam (aujourd’hui la Thaïlande) comme territoire de prédication. Eh bien, c’est ici que tu nous quittes. Maintenant, vas-​y !” J’ai eu le souffle coupé et j’ai bredouillé : “Mais je ne sais même pas comment aller d’ici au Siam !” » Eric a dit à Frank qu’il pouvait s’y rendre en train depuis Kuala Lumpur (dans l’actuelle Malaisie). Frank a obéi et s’est mis en route pour Kuala Lumpur. Il est arrivé en Thaïlande plusieurs mois après *.

En remontant la côte ouest de la Malaisie, le Lightbearer s’est arrêté à Johor Bahru, à Muar, à Malacca, à Klang, à Port Swettenham (aujourd’hui Port Kelang) et à Penang. Dans chaque port, l’équipage a diffusé des discours bibliques enregistrés, grâce à des haut-parleurs installés sur le bateau. « Une soucoupe volante aurait difficilement éveillé un plus grand intérêt », a déclaré Jean Deschamp, une sœur qui servait en Indonésie à cette période. Après chaque diffusion, l’équipage descendait à terre et proposait des publications à ceux qui étaient intéressés.

Prédication à Sumatra

De Penang, l’équipage a traversé le détroit de Malacca pour se rendre à Medan, une ville de Sumatra (aujourd’hui une île d’Indonésie). Eric Ewins se rappelle : « Nous avons passé un moment agréable à Medan et dans ses environs. Beaucoup de personnes ont montré de l’intérêt pour la bonne nouvelle. » Les frères ont placé environ 3 000 publications dans cette région.

Alors que le Lightbearer continuait sa route vers le sud, l’équipage a prêché dans les principaux ports de la côte est de Sumatra. En novembre 1936, le ketch est retourné à Singapour. C’est là qu’Eric Ewins a quitté le Lightbearer. Quelques semaines plus tard, il s’est marié avec Irene Struys, une sœur qui vivait à Singapour. Eric et Irene ont continué leur service de pionnier à Sumatra. Le Lightbearer avait maintenant besoin d’un nouveau capitaine.

Prédication à Bornéo

Le nouveau capitaine était Norman Senior, un navigateur qualifié. Il est arrivé de Sydney en janvier 1937. L’équipage a alors quitté Singapour pour se rendre à Bornéo, puis à Célèbes (aujourd’hui Sulawesi). Ils ont parcouru ces territoires en profondeur, s’enfonçant jusqu’à 480 kilomètres dans les terres.

Quand le Lightbearer est arrivé au port de Samarinda, à Bornéo, le capitaine du port a refusé à l’équipage l’autorisation de prêcher aux habitants. Mais quand Norman lui a expliqué en quoi consistait notre activité de prédication, il s’est montré plus conciliant et a même accepté des publications.

Un autre jour, un pasteur a invité Norman à venir parler dans son Église. Mais au lieu de prononcer lui-​même un discours, Norman a utilisé un phonographe et a fait écouter cinq discours bibliques enregistrés. Le pasteur a apprécié. Il a même pris quelques publications pour les donner à ses amis. Mais la réaction de cet ecclésiastique a été une exception. L’activité des Témoins de Jéhovah ne plaisait pas aux membres du clergé en général. D’ailleurs, la prédication zélée des frères les a rendus tellement furieux qu’ils ont fait pression sur les autorités pour qu’elles interdisent au Lightbearer d’entrer dans d’autres ports.

L’itinéraire du Lightbearer (avec les noms géographiques de l’époque)

Retour en Australie

En décembre 1937, suite à l’interdiction suscitée par le clergé, le Lightbearer a regagné l’Australie. L’équipage a jeté l’ancre dans le port de Sydney en avril 1938, juste à temps pour assister à une assemblée régionale des Témoins de Jéhovah. C’était un peu plus de trois ans après que le Lightbearer ait quitté Sydney. Le bateau a été vendu au début des années 40, juste après que l’œuvre des Témoins ait été interdite en Australie. « Le bateau avait incontestablement rempli sa mission », a déclaré frère Ewins, qui a décrit son service à bord du Lightbearer comme « l’une des périodes les plus heureuses de sa vie ».

Dans le sillage du Lightbearer

L’équipage du Lightbearer a semé des graines de vérité dans une vaste région densément peuplée. Et malgré l’opposition, leur travail a peu à peu porté du fruit (Luc 8:11, 15). En effet, dans les pays où ces pionniers de la première heure ont prêché, il y a aujourd’hui plus de 40 000 proclamateurs du Royaume. Quels merveilleux résultats ont laissé dans leur sillage ce bateau si bien nommé et son courageux équipage !

^ § 2 On appelle « pionnier » un Témoin de Jéhovah évangélisateur à plein temps.

^ § 8 La biographie de Charles Harris a été publiée dans La Tour de Garde du 1er juin 1994.

^ § 12 Voir l’Annuaire 1991 des Témoins de Jéhovah, page 187.