Aller au contenu

Aller à la table des matières

MILES NORTHOVER | BIOGRAPHIE

Jéhovah a fait réussir l’œuvre de mes mains

Jéhovah a fait réussir l’œuvre de mes mains

 Mes parents ont toujours fait ce qu’ils pouvaient pour soutenir l’organisation de Jéhovah. Par exemple, quand les frères ont voulu produire du lait pour la famille du Béthel de Londres, notre père leur a donné un veau de notre unique vache jersiaise. Nous avons souvent dit en plaisantant que cette jeune vache était la première de la « famille » à être entrée au Béthel. Le bon exemple de mes parents m’a donné envie de donner tout ce que j’avais à Jéhovah, en ne laissant jamais ‘reposer mes mains’ (Ecclésiaste 11:6). À vrai dire, Jéhovah m’a permis d’utiliser mes mains d’une façon toute particulière à son service. Et il a béni mes efforts. Laissez-​moi vous raconter mon histoire.

 J’ai grandi avec ma grande sœur et mon grand frère dans la campagne anglaise près de la ville de Bicester. Mes parents y louaient une petite maison sur le terrain d’une ferme. À 19 ans, j’ai rejoint ma sœur et mon frère dans le service de pionnier. Plus tard, j’ai été nommé pionnier spécial en Écosse. Puis, en 1970, alors que j’avais 23 ans, on m’a invité à servir au Béthel de Londres. Là-bas, j’ai découvert la langue des signes. Ça a donné à ma vie une nouvelle orientation qui s’est révélée gratifiante et enrichissante.

J’apprends la langue des signes

 Au Béthel, j’ai été affecté à l’assemblée de Mill Hill, où j’ai fait la connaissance de plusieurs Témoins sourds. Je ne voulais pas que la barrière de la langue m’empêche de devenir leur ami. J’ai donc décidé de m’asseoir avec eux aux réunions.

 À l’époque, il n’y avait pas d’assemblées en langue des signes en Grande-Bretagne. Les sourds assistaient aux réunions en anglais, et des frères et sœurs entendants leur interprétaient le programme avec des signes qui suivaient presque mot pour mot la langue anglaise et sa grammaire. Mais quand mes frères et sœurs sourds m’ont patiemment appris à signer, j’ai compris que leur langue avait sa propre grammaire et sa propre structure. L’anglais était donc une langue étrangère pour eux ! Et pourtant, ils assistaient fidèlement aux réunions chrétiennes. Lorsque je m’en suis rendu compte, j’ai eu encore plus d’amour et de respect pour mes amis sourds. J’ai aussi fait davantage d’efforts pour maîtriser la langue des signes.

 En Grande-Bretagne, la langue officielle des sourds est la langue des signes britannique, ou BSL. Petit à petit, ceux qui interprétaient les réunions ont appris à utiliser cette langue très élaborée plutôt que l’anglais signé. Du coup, les sourds se sont mis à mieux tirer profit des réunions. Cela a aussi favorisé l’unité entre les frères et sœurs sourds et entendants. Aujourd’hui, quand je regarde ce qui s’est passé au cours des cinquante dernières années, je vois que Jéhovah a abondamment béni tout ce qui a été fait en langue des signes. Découvrez quelques-uns des grands évènements dans lesquels Jéhovah m’a permis de jouer un rôle.

Les activités en langue des signes se développent

 En 1973, environ un an après que j’ai été nommé ancien, Michael Eagers, un frère sourd, a suggéré qu’on organise des réunions en BSL. La filiale a donné son accord pour qu’un ancien et moi, nous organisions une réunion par mois en langue des signes à Deptford, dans le sud-est londonien.

 Les résultats ont été incroyables ! Des Témoins sourds sont venus de Londres et du sud-est de l’Angleterre pour assister à la première réunion en BSL. Les frères et sœurs et d’autres personnes sourdes recevaient enfin un enseignement basé sur la Bible dans leur propre langue. Après la réunion, nous avons mangé un morceau et échangé des anecdotes. J’ai eu aussi l’occasion d’encourager des frères et sœurs sourds qui en avaient particulièrement besoin.

 Par la suite, des réunions en langue des signes ont été organisées à Birmingham et à Sheffield. Un certain nombre de frères et sœurs entendants qui souhaitaient apprendre la BSL assistaient aux réunions. Beaucoup d’entre eux ont ensuite contribué à répandre la bonne nouvelle en langue des signes dans tout le pays.

Je trouve une amie pour la vie

Le jour de notre mariage.

 En 1974, j’ai rencontré Stella Barker, une très jolie sœur qui était pionnière spéciale dans une assemblée près du Béthel. Nous sommes tombés amoureux et nous nous sommes mariés en 1976. Après cela, Stella et moi, nous avons été pionniers spéciaux. Nous faisions partie de l’assemblée de Hackney, dans le nord-est londonien. Stella m’a alors rejoint dans l’activité en langue des signes. À bien y réfléchir, je peux dire avec certitude qu’être pionniers ensemble a donné à notre mariage un excellent départ.

 Peu de temps après, on nous a demandé de venir travailler au Béthel en tant que volontaires non résidents. Notre vie était chargée ! J’étais aussi suppléant de responsable de circonscription, formateur à École du ministère du Royaume pour les anciens et, plus tard, j’ai aidé à organiser l’interprétation en langue des signes lors des assemblées régionales. Nos journées étaient épuisantes mais aussi pleines de joie et stimulantes (Matthieu 11:28-30).

 Nos deux fils, Simon et Mark, sont nés en 1979 et en 1982. La joie d’être parents s’est donc ajoutée aux responsabilités que nous avions déjà. Comment avons-​nous réussi à tout faire ? Stella et moi avons décidé que, chaque fois que mes attributions de services m’amèneraient à voyager, nous partirions en famille et nous en profiterions aussi pour nous détendre. Nous voulions que nos enfants voient que servir Jéhovah rend heureux ! Est-​ce que ça a marché ? En grandissant, non seulement ils ont appris à signer, mais ils sont aussi devenus pionniers. Quarante ans après le veau de mes parents, Simon et Mark ont commencé leur service au Béthel. Nous étions fous de joie !

Avec Stella et nos deux fils, en 1995.

De l’aide pour les sourds

 Jusque dans les années 90, en Grande-Bretagne, aucun frère sourd n’était ancien, mais certains étaient assistants. Des anciens qui étaient entendants et qui ne savaient pas signer devaient donc déterminer si ces frères étaient ‘capables d’enseigner’ et d’être anciens (1 Timothée 3:2). Bernard Austin, un de ces assistants sourds, servait dans une assemblée de langue anglaise. Il avait l’estime de tous et prenait vraiment soin des frères et sœurs. J’ai été très heureux d’apprendre sa nomination ! En fait, c’était lui le premier sourd à devenir ancien en Grande-Bretagne.

 En 1996, un évènement historique a eu lieu : la filiale a donné son accord pour que la première assemblée en langue des signes soit formée à Ealing, dans l’ouest de Londres. Et ce n’était que le début.

Les sourds profitent enfin de tous les rassemblements chrétiens

 Dans les années 80 et 90, je travaillais à distance pour le département pour le service. Je répondais aux questions qui concernaient l’activité en langue des signes. Parfois, des frères écrivaient à la filiale pour demander comment ils pouvaient aider les sourds à comprendre les discours donnés en anglais lors des réunions ou des assemblées. Au départ, il n’y avait aucune disposition officielle pour interpréter nos grands rassemblements en langues des signes. Il n’y avait pas non plus de publications pour les sourds. Alors souvent, j’encourageais les frères, aussi bien sourds qu’entendants, à attendre patiemment que Jéhovah agisse.

 Notre patience a été récompensée ! Rapidement, la filiale a organisé l’interprétation des réunions et des assemblées en langue des signes. Et les sourds s’asseyaient à l’avant, de cette façon ils pouvaient bien voir à la fois l’orateur et l’interprète. Les frères et sœurs ont ainsi senti que Jéhovah les aimait vraiment, et qu’ils étaient de précieux membres de sa famille spirituelle.

 Le 1er avril 1995, la première assemblée spéciale d’un jour en langue des signes s’est tenue dans la salle d’assemblée de Dudley, dans les Midlands de l’Ouest. J’ai aidé frère David Merry, qui avait été responsable de circonscription, à organiser cette assemblée. Des Témoins sourds ont fait des centaines de kilomètres pour y assister, certains sont même venus du nord de l’Écosse et du sud-ouest des Cornouailles. Je n’ai jamais oublié l’effervescence qu’il y a eu quand plus de mille personnes sont venues pour cette assemblée historique.

Frère David Merry et moi lors de la première assemblée en BSL, en 1995.

 En 2001, la filiale nous a demandé, à frère Merry et moi, d’organiser l’assemblée régionale de l’année suivante en BSL. Ça impliquait beaucoup de travail ! Mais Jéhovah a béni les efforts des nombreux volontaires, et l’assemblée a été une réussite et a marqué les esprits ! Par la suite, j’ai eu la joie d’organiser des assemblées en langue des signes pendant plusieurs années, jusqu’à ce que Jéhovah suscite des jeunes frères qualifiés pour qu’ils prennent la relève.

Des vidéos pour les sourds

 En 1998, nous avons été très heureux quand l’organisation de Jéhovah a fait paraître la première publication en BSL : la brochure Ce que Dieu attend de nous (sur cassette vidéo). Plus tard, il y en a eu d’autres. Grâce à cette brochure, nous avons dirigé beaucoup de cours bibliques.

 Lors de l’assemblée régionale de 2002, les cantiques ont été interprétés en BSL pour la première fois. Les frères et sœurs sourds pouvaient désormais « chanter » ces belles louanges avec l’interprète et ressentir le rythme entraînant de la musique. Je me souviens encore avec émotion des larmes de joie d’un ancien, qui était sourd et qui « chantait en chœur » avec ses frères et sœurs pour la première fois !

 Il y a eu une autre grande nouveauté lors de l’assemblée régionale de 2002. L’assemblée BSL de Londres a été invitée à réaliser une représentation théâtrale filmée. Nous ne savions pas comment faire, nous n’avions aucune expérience dans ce domaine ! Une fois encore, Jéhovah nous est venu en aide : Il nous a aidés à trouver des frères qui savaient réaliser et monter des films. Ç’a été un véritable succès ! De plus, l’expérience acquise avec ce projet s’est révélée très utile quand, entre 2003 et 2008, j’ai eu la joie de contribuer à la production de vidéos au Béthel pour les assemblées régionales en BSL.

 Stella et moi, on aimait être au Béthel avec nos fils, même si on travaillait dur ! Après des semaines et des semaines de répétitions et de tournage, les acteurs et l’équipe de production étaient épuisés physiquement et mentalement. Mais ces efforts en valaient la peine ! Nos cœurs débordaient de joie quand on voyait les récits bibliques prendre vie pour nos frères et sœurs sourds. Et beaucoup d’entre eux en pleuraient de joie.

 Jéhovah a continué de nous faire beaucoup de cadeaux. En 2015, nous avons reçu l’édition d’étude de La Tour de Garde en BSL au format vidéo. En 2019, le livre de Matthieu est sorti dans le même format. Aujourd’hui, l’intégralité des Écritures grecques chrétiennes est disponible et la production des Écritures hébraïques est bien avancée. Les frères et sœurs sourds débordent de reconnaissance envers Jéhovah !

 Au sein du peuple de Jéhovah, nous formons une famille de frères et sœurs qui imitent l’amour impartial de notre Père céleste (Actes 10:34, 35). Ma famille et moi, nous sommes impressionnés par le temps, l’énergie et les ressources que consacre notre organisation pour aider des gens de toutes sortes, y compris les sourds et les aveugles a.

 Ces efforts ont porté du fruit car il y a maintenant plusieurs assemblées BSL en Grande-Bretagne. Je suis très heureux d’avoir suivi l’évolution impressionnante des activités en langue des signes depuis qu’elles « ont commencé modestement » (Zacharie 4:10). Bien sûr, tout cela a été possible uniquement grâce à Jéhovah. Il dirige son organisation et fournit à ses serviteurs ce dont ils ont besoin pour prêcher la bonne nouvelle. Et il fait grandir les graines de vérité dans le cœur des personnes sincères.

Stella et moi, en 2023.