Aller au contenu

Aller au sommaire

Des cadeaux dignes d’un roi

Des cadeaux dignes d’un roi

« Des astrologues venus de l’Est [...] ouvrirent [...] leurs trésors et lui offrirent des dons : or, oliban et myrrhe » (Matthieu 2:1, 11).

QUEL cadeau offririez-vous à un personnage très important ? Aux temps bibliques, certains aromates * étaient aussi précieux que l’or. Ils avaient tant de valeur qu’ils constituaient des cadeaux dignes d’un roi. C’est pourquoi deux substances aromatiques figuraient parmi les dons que les astrologues ont offerts au « roi des Juifs » (Matthieu 2:1, 2, 11).

Huile de baumier

La Bible rapporte aussi que, lorsque la reine de Sheba a rendu visite à Salomon, « elle donna au roi cent vingt talents d’or, de l’huile de baumier * en très grande quantité et des pierres précieuses ; il n’avait jamais paru d’huile de baumier semblable à celle que la reine de Sheba donna au roi Salomon » (2 Chroniques 9:9). Des rois ont également envoyé à Salomon de l’huile de baumier en témoignage d’amitié (2 Chroniques 9:23, 24).

Pourquoi les aromates et leurs dérivés étaient-ils si précieux et si chers aux temps bibliques ? Parce qu’ils jouaient plusieurs rôles importants. Ils étaient par exemple utilisés en cosmétique, lors de services religieux ou pour des funérailles (voir l’encadré «  L’usage des aromates aux temps bibliques »). Les aromates étaient chers en raison non seulement de la demande élevée, mais aussi des coûts de transport.

VOYAGE À TRAVERS LE DÉSERT D’ARABIE

Casse

Aux temps bibliques, des plantes aromatiques poussaient dans la vallée du Jourdain. Mais certains aromates devaient être importés. Plusieurs substances aromatiques sont mentionnées dans la Bible. Parmi les plus connues, citons le safran, l’aloès, le baume, le cinnamome (ou cannelle), l’oliban et la myrrhe. Sans oublier les condiments courants comme le cumin, la menthe et l’aneth.

D’où provenaient les aromates exotiques ? On trouvait l’aloès, la casse et le cinnamome dans les régions qui correspondent aujourd’hui à la Chine, à l’Inde et au Sri Lanka. La myrrhe et l’oliban étaient extraits d’arbres et d’arbustes qui poussaient dans les zones désertiques s’étendant du sud de l’Arabie à la Somalie (Afrique). Le nard n’était produit qu’en Inde, dans l’Himalaya.

Safran

Avant d’arriver en Israël, nombre d’aromates devaient voyager à travers l’Arabie. Cela explique en partie pourquoi, durant les deuxième et premier millénaires avant notre ère, l’Arabie a fini par détenir « le monopole du transport de marchandises entre l’Orient et l’Occident », déclare Le livre des aromates (angl.). Dans le Néguev, une région du sud d’Israël, on a découvert d’anciennes villes, forteresses et étapes qui jalonnaient la route  des marchands d’aromates. Ces sites « constituent un témoignage du commerce extrêmement rentable [...] entre le sud de la péninsule arabique et la Méditerranée », rapporte le Centre du patrimoine mondial de l’Unesco.

« Leur faible volume, leur valeur marchande élevée et une demande constante faisaient des aromates des articles particulièrement intéressants » (Le livre des aromates).

Les caravanes chargées d’aromates parcouraient régulièrement 1 800 kilomètres à travers l’Arabie (Job 6:19). La Bible parle d’une caravane de marchands yishmaélites qui transportait, de Guiléad jusqu’en Égypte, « ladanum, baume et écorce résineuse » (Genèse 37:25). C’est à ces marchands que les fils de Jacob ont vendu leur frère Joseph comme esclave.

« LE SECRET COMMERCIAL LE MIEUX GARDÉ DE TOUS LES TEMPS »

Aneth

Pendant des siècles, les négociants arabes ont été les maîtres du marché des aromates. Ils sont devenus les seuls fournisseurs d’aromates asiatiques, comme la casse et le cinnamome. Pour dissuader le monde méditerranéen d’établir des relations commerciales avec l’Asie, les Arabes propageaient des récits fantaisistes sur les dangers qu’il y avait à se procurer ces produits. D’après Le livre des aromates, la véritable origine des aromates était « probablement le secret commercial le mieux gardé de tous les temps ».

Cumin

Quel genre de récits les Arabes propageaient-ils ? Hérodote, un historien grec du Vsiècle avant notre ère, a mentionné des légendes dans lesquelles des oiseaux terrifiants construisaient leurs nids avec des écorces de cinnamome sur des falaises inaccessibles. Les ramasseurs de ce précieux aromate déposaient de gros morceaux de viande au pied de la falaise. Les oiseaux voraces rapportaient tellement de viande dans leurs nids que ceux-ci finissaient  par s’écraser au sol. Les écorces de cinnamome étaient alors rapidement ramassées pour être ensuite vendues aux négociants. De telles histoires se sont largement répandues. Ainsi, en raison des « prétendus dangers liés à sa récolte, [le cinnamome] se vendait à un prix très élevé », fait remarquer Le livre des aromates.

Menthe

Le secret a finalement été dévoilé, et les Arabes ont perdu le monopole. Au Ier siècle avant notre ère, Alexandrie, une ville d’Égypte, est devenue un port immense et une plaque tournante du marché des aromates. Les navigateurs romains ont appris comment tirer profit de la mousson, un vent soufflant dans l’océan Indien. Ils ont alors commencé à voyager d’Égypte jusqu’en Inde. Les substances aromatiques de luxe sont ainsi devenues plus courantes, et leurs prix ont baissé.

De nos jours, l’or a bien plus de valeur que les aromates. Et on ne peut plus vraiment dire que les aromates sont des cadeaux dignes d’un roi. Pourtant, des millions de gens reconnaissent toujours leur valeur pour fabriquer des parfums et des médicaments et, bien sûr, pour assaisonner leurs aliments. En fait, les agréables senteurs des aromates les rendent tout aussi populaires aujourd’hui qu’il y a des milliers d’années.

Cinnamome (ou cannelle)

^ § 3 Dans les langues bibliques originales, les termes rendus par « aromates » désignent principalement des produits issus de plantes aromatiques, ou odorantes, et non des assaisonnements.

^ § 4 L’expression « huile de baumier » désigne des huiles ou des résines aromatiques extraites d’arbres ou d’arbustes.