Aller au contenu

Aller au sommaire

 EN COUVERTURE

Ce que Dieu a fait pour vous

Ce que Dieu a fait pour vous

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16, Bible Segond).

Ce verset de la Bible est l’un des plus connus et des plus cités. On a même dit qu’aucun autre verset « ne résume aussi bien la relation entre Dieu et l’humanité ainsi que la voie du salut ». Voilà pourquoi dans certains pays ce verset, ou simplement la référence « Jean 3:16 », se retrouve souvent lors de rassemblements publics, sur des autocollants pour voiture, dans des graffitis ou ailleurs.

Selon toute apparence, ceux qui affichent ce texte sont convaincus que l’amour de Dieu leur garantit le salut éternel. Et pour vous, que signifie l’amour de Dieu ? À votre avis, qu’a fait Dieu pour vous montrer son amour ?

« DIEU A TANT AIMÉ LE MONDE »

De nombreuses personnes pensent que Dieu a créé l’univers, la nature et les humains : les organismes vivants sont si bien faits et si complexes qu’ils doivent certainement leur existence à une forme d’intelligence supérieure. Beaucoup remercient Dieu chaque jour pour le don de la vie. Ils reconnaissent qu’ils dépendent entièrement de lui pour toutes les choses qui rendent la vie possible et agréable, comme l’air, l’eau, la nourriture et les cycles de la nature.

Nous avons de bonnes raisons de remercier Dieu pour toutes ces choses, car c’est effectivement lui qui nous a créés et qui entretient notre vie (Psaume 104:10-28 ; 145:15, 16 ; Actes 4:24). Nous pouvons prendre la mesure de son amour pour nous en réfléchissant à tout ce qu’il fait simplement pour rendre la vie possible. Comme l’apôtre Paul l’a observé, « [Dieu] donne à tous la vie et le souffle et toutes choses. Car par lui nous avons la vie et nous nous mouvons et nous existons » (Actes 17:25, 28).

 Toutefois, Dieu ne manifeste pas son amour uniquement en comblant nos besoins physiques. Il nous a aussi accordé de l’honneur et de la dignité en mettant en nous des besoins spirituels et en nous donnant la capacité de les combler (Matthieu 5:3). Grâce à cela, les humains qui obéissent à Dieu peuvent espérer faire un jour partie de sa famille, être ses « enfants » (Romains 8:19-21).

Comme l’indique la suite de Jean 3:16, Dieu a montré son amour pour nous en envoyant son Fils, Jésus, sur terre afin qu’il nous fasse connaître son Dieu et Père, et meure pour nous. Mais quantité de gens admettront qu’ils ne comprennent pas vraiment pourquoi il fallait que Jésus meure pour l’humanité et comment la mort de Jésus prouve que Dieu nous aime. Voyons dans la Bible pourquoi la mort de Jésus était nécessaire et quelle est sa valeur.

« IL A DONNÉ SON FILS UNIQUE »

Aucun humain n’échappe au fléau de la maladie, de la vieillesse et de la mort. Ce n’est pourtant pas ce que Jéhovah Dieu avait prévu au départ. Il avait offert aux premiers humains la possibilité de vivre éternellement dans un paradis, sur la terre. Mais à une condition : lui obéir. Dieu les avait prévenus que s’ils désobéissaient, ils mourraient (Genèse 2:17). Malheureusement, le premier homme s’est rebellé contre l’autorité de Dieu, ce qui lui a valu la mort, à lui et à ses descendants. « Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et [...] ainsi la mort s’est étendue à tous les hommes parce que tous avaient péché », explique l’apôtre Paul (Romains 5:12).

Cependant, Dieu « aime la justice » (Psaume 37:28). C’est pourquoi, même s’il ne pouvait pas fermer les yeux sur la désobéissance du premier homme, il n’a pas condamné l’humanité tout entière à subir éternellement les souffrances et la mort à cause de la faute d’un seul homme. Bien au contraire ! En appliquant le principe juridique « vie pour vie », il a équilibré les deux plateaux de la balance de la justice ; il a ainsi redonné aux humains obéissants la possibilité de vivre éternellement (Exode 21:23, note). Mais comment, concrètement, compenser la perte de la vie humaine parfaite ? Il fallait offrir, ou sacrifier, une vie d’égale valeur à celle d’Adam : une vie humaine parfaite.

Jésus a accepté de venir sur terre et de donner sa vie pour sauver l’humanité du péché et de la mort.

À l’évidence, aucun descendant imparfait d’Adam ne pouvait payer un tel prix. Seul Jésus le pouvait (Psaume 49:6-9). Né sans avoir hérité du péché, Jésus était parfait, tout comme Adam l’avait été. En donnant sa vie, Jésus a payé la rançon qui permettrait de délivrer l’humanité de l’esclavage du péché. Il a ainsi offert aux descendants du premier couple humain la possibilité de goûter la même vie parfaite que ce couple avait connue (Romains 3:23, 24 ; 6:23). Y a-​t-​il quelque chose à faire pour bénéficier de ce généreux acte d’amour ?

 « QUICONQUE CROIT EN LUI »

Revenons à Jean 3:16. Vous noterez qu’il est dit : « Afin que quiconque croit en [Jésus] ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Il y a donc une condition à remplir pour « [avoir] la vie éternelle » : croire en Jésus et lui obéir.

Vous vous demanderez peut-être : « Mais où est-​il question d’obéir ? Jésus n’a-​t-​il pas simplement dit que “quiconque croit en lui” aura la vie éternelle ? » La croyance, ou la foi, est certes essentielle. Il faut néanmoins se rappeler que, dans la Bible, avoir foi implique davantage que croire. On lit en note dans la Bible Segond (avec commentaires de Scofield) que le verbe grec généralement traduit par croire « a une signification plus profonde que le simple acquiescement intellectuel à un fait » : il signifie « adhérer à », « mettre sa confiance ». Pour obtenir l’approbation de Dieu, il ne suffit donc pas d’accepter intellectuellement que Jésus est le Sauveur. Le croyant doit aussi s’efforcer sincèrement d’appliquer l’enseignement de Jésus. Sans action, toute profession de foi est vide de sens. « La foi sans œuvres est morte », dit la Bible (Jacques 2:26). En d’autres termes, le croyant doit exercer la foi en Jésus, c’est-à-dire vivre conformément à sa foi.

Paul exprime cette idée ainsi : « L’amour que le Christ a nous oblige, parce que nous avons jugé ceci : qu’un seul homme [Jésus] est mort pour tous [...] ; et il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-​mêmes, mais pour celui qui est mort pour eux et a été relevé » (2 Corinthiens 5:14, 15). Si nous sommes sincèrement reconnaissants pour le sacrifice de Jésus, nous voudrons faire des changements dans notre vie : au lieu de vivre pour nous-​mêmes, nous vivrons pour Jésus, qui est mort pour nous. Cela signifie chercher avant tout à appliquer dans notre vie l’enseignement de Jésus. Un tel changement influera forcément sur nos valeurs, nos choix et tout ce que nous faisons. Quelle récompense attend ceux qui croient en Jésus et exercent la foi en lui ?

« NE PÉRISSE POINT, MAIS AIT LA VIE ÉTERNELLE »

La dernière partie de Jean 3:16 contient la promesse que Dieu a faite à ceux qui exercent la foi dans la rançon et conforment leur vie à ses normes. Dieu veut que celui qui est fidèle « ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ». Notons toutefois que deux perspectives d’avenir différentes s’offrent à ceux qui bénéficient de l’amour de Dieu.

Un premier groupe vivra éternellement au ciel. Jésus a clairement dit à ses fidèles disciples qu’il allait leur « préparer une place » pour qu’ils règnent avec lui dans la gloire (Jean 14:2, 3 ; Philippiens 3:20, 21). Ceux qui seraient ressuscités pour la vie au ciel « ser[aient] prêtres de Dieu et du Christ, et ils régner[aient] avec lui pendant les mille ans » (Révélation 20:6).

Cette perspective ne serait offerte qu’à un nombre limité de disciples du Christ. Celui-ci a d’ailleurs déclaré : « N’aie pas peur, petit troupeau, parce que votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume » (Luc 12:32). De combien de personnes ce « petit troupeau » se composerait-​il ? Révélation 14:1, 4 l’indique : « J’ai vu, et regardez ! l’Agneau [Jésus Christ ressuscité] qui se tenait debout sur le mont Sion [céleste], et avec lui cent quarante-quatre mille ayant son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. [...] Ceux-ci ont été achetés d’entre les humains comme prémices pour Dieu et pour l’Agneau » (Révélation 14:1, 4). Comparés aux milliards d’humains que la terre a portés, ces 144 000 individus ne représentent qu’un « petit troupeau ». Puisque la Bible en parle comme de rois, sur qui régneront-​ils ?

Jésus a fait mention d’un second groupe de fidèles, qui profiteraient des bienfaits apportés par le Royaume céleste. Ses propos sont rapportés en Jean 10:16 : « J’ai d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos ; celles-là aussi, il faut que je les amène, et elles écouteront ma voix, et elles deviendront un seul troupeau, un seul berger. » Ces « brebis » ont la perspective de vivre éternellement sur la terre, comme Adam et Ève au départ. Comment le savons-​nous ?

 En de nombreux endroits, la Bible parle des conditions paradisiaques qui régneront sur la terre. Jugez-​en par vous-​même en lisant ces passages : Psaume 37:9-11 ; 46:8, 9 ; 72:7, 8, 16 ; Isaïe 35:5, 6 ; 65:21-23 ; Matthieu 5:5 ; Jean 5:28, 29 ; Révélation 21:4. Ces versets annoncent la fin de la guerre, de la famine, de la maladie et de la mort. Ils se rapportent à une époque où les humains auront le bonheur de construire leur maison, de cultiver leur lopin de terre et d’élever leurs enfants dans un environnement paisible *. N’avez-​vous pas envie de vivre dans un tel monde ? Nous avons de bonnes raisons de croire que ces promesses se réaliseront bientôt.

DIEU A TANT FAIT POUR NOUS

Si vous vous arrêtez pour réfléchir à tout ce que Dieu a fait pour vous et pour l’humanité dans son ensemble, il est clair qu’il a déjà fait beaucoup ! Nous avons la vie, la faculté de réfléchir, une relative bonne santé et ce qu’il faut pour entretenir notre vie. Et comme nous l’avons appris en examinant Jean 3:16, de plus grands bienfaits encore s’offrent à nous grâce à la rançon fournie par Dieu par le moyen de Jésus, qui est mort pour nous.

Vivre éternellement dans des conditions paisibles et agréables, sans craindre la maladie, la guerre, la famine ni la mort, sera certainement synonyme de bonheur et de bienfaits sans fin. Il ne tient qu’à vous d’en profiter. La question qui se pose à présent est donc : Et vous, que faites-​vous pour Dieu ?

^ § 24 Pour plus de renseignements sur ces promesses, voir le chapitre 3 du livre Qu’enseigne réellement la Bible ?, publié par les Témoins de Jéhovah.