Aller au contenu

Aller à la table des matières

 EN COUVERTURE

La guerre qui a changé le monde

La guerre qui a changé le monde

Il y a cent ans, des millions de jeunes hommes quittaient la tranquillité de leur foyer pour partir à la guerre. Ils sont partis avec empressement, emportés par une vague de patriotisme. « Je suis heureux et impatient quand je pense aux jours formidables qui nous attendent », a écrit un engagé volontaire américain en 1914.

Mais leur enthousiasme s’est vite changé en déception et en colère. Personne ne se doutait que ces gigantesques armées resteraient enlisées dans les tranchées pendant des années en Belgique et en France. À cette époque, les gens appelaient cette guerre la Grande Guerre. Aujourd’hui, nous en parlons comme de la Première Guerre mondiale.

Par le nombre de victimes qu’elle a fait, cette guerre a en effet été une grande guerre. On estime que 10 millions de personnes sont mortes et que 20 millions ont été mutilées. Les maladresses qui ont entraîné cette guerre ont elles aussi été grandes. Les hommes politiques européens ont été incapables d’empêcher les tensions qu’il y avait entre leurs pays de dégénérer en conflit mondial. Plus important encore : la Grande Guerre a laissé de grandes cicatrices. Elle a changé le monde sous bien des rapports, et nous en subissons toujours les effets aujourd’hui.

 DES ERREURS QUI ONT DÉTRUIT LA CONFIANCE

Plusieurs erreurs de jugement sont à l’origine de la Première Guerre mondiale. Les dirigeants européens ont agi comme une « génération de somnambules : sans s’en rendre compte, ils ont basculé dans le précipice du malheur lors de ce si bel été 1914 », lit-​on dans le livre La chute des dynasties : l’effondrement de l’ordre ancien 1905-1922 (angl.).

En quelques semaines, l’assassinat d’un archiduc autrichien a plongé les grandes puissances européennes dans une guerre qu’elles n’avaient pas voulue. Juste après le début du conflit, on a demandé au chancelier allemand : « Comment tout cela a-​t-​il pu arriver ? » Il a tristement répondu : « Ah, si seulement quelqu’un le savait... »

Les dirigeants qui ont pris les décisions menant à la guerre n’avaient aucune idée de ce qu’ils avaient déclenché. Mais les soldats dans les tranchées n’ont pas tardé à découvrir la réalité. Hommes politiques, ecclésiastiques, généraux : tous les avaient trompés. De quelle façon ?

Hommes politiques, ecclésiastiques, généraux : tous avaient menti.

Les hommes politiques avaient promis que la guerre ouvrirait la voie à un monde nouveau. Le chancelier allemand avait déclaré : « Nous combattons pour conserver le fruit de notre travail accompli dans la paix, pour défendre l’héritage d’un passé glorieux et pour notre avenir. » Le président américain Woodrow Wilson s’était lui aussi voulu rassurant en se servant d’un slogan affirmant que la guerre « garantirait au monde la démocratie ». Et en Grande-Bretagne, les gens pensaient que cette « guerre mettrait fin à toutes les guerres ». Tous étaient dans l’erreur.

Les ecclésiastiques ont soutenu la guerre avec enthousiasme. « Les gardiens de la parole de Dieu orchestraient la marche militaire. Guerre totale devint synonyme de haine totale », selon Histoire du monde — Columbia (angl.). Ils ont attisé les flammes de la haine au lieu de les éteindre. On lit dans Histoire du christianisme (angl.) : « Les responsables religieux n’ont pas pu, et dans la plupart des cas n’ont pas voulu, placer la foi chrétienne au-dessus du patriotisme. Pour se faciliter les choses, la majorité d’entre eux a choisi d’assimiler le patriotisme au christianisme. Ainsi, les soldats chrétiens de différentes confessions étaient exhortés à s’entre-tuer au nom de leur Sauveur. »

Les généraux avaient promis une victoire rapide et facile, mais il en a été tout autrement. Très vite, coincées dans une impasse, les armées se sont épuisées. À partir de là, des millions de soldats ont fait face à ce qu’un historien a décrit comme « peut-être la plus cruelle des souffrances à grande échelle que l’homme ait dû endurer dans son esprit et dans sa chair ». Même malgré de terribles pertes, les généraux ont continué d’envoyer leurs hommes contre les barricades de barbelés et sous le feu des mitrailleuses. Pas étonnant que de nombreuses révoltes aient éclaté.

Quelles conséquences la Première Guerre mondiale a-​t-​elle eues sur la société ? Dans un ouvrage d’histoire, un ancien combattant déclare : « La guerre [...] a ravagé mentalement et moralement toute une génération. » Cette guerre a aussi entraîné la disparition d’empires entiers. Elle a marqué le début du siècle le plus sanglant de tous les temps. Depuis, les révolutions et les grèves sont devenues presque banales.

Pourquoi la guerre a-​t-​elle autant bouleversé le monde ? N’était-​ce qu’un énorme accident ? Ces questions ont-​elles un rapport avec notre avenir ?