Aller au contenu

Aller au sommaire

 IMITEZ LEUR FOI

Il « marchait avec le vrai Dieu »

Il « marchait avec le vrai Dieu »

NOÉ se redresse et étire ses muscles douloureux. Assis sur une grosse poutre en bois, il se repose un instant. Il en profite pour contempler l’immense structure de l’arche. Une odeur irritante de goudron chaud flotte dans l’air ; des bruits de scie et de marteau résonnent. De sa place, Noé observe ses fils travailler dur sur l’énorme charpente de bois. Cela fait maintenant des dizaines d’années que ses fils, ses belles-filles et sa chère épouse s’activent avec lui sur cette construction. Ils ont déjà fait du chemin, mais il leur reste encore beaucoup à parcourir !

Autour d’eux, on les prend pour des fous. Plus l’arche prend forme, plus les gens rigolent à l’idée que des eaux pourraient recouvrir la terre. Le déluge annoncé par Noé leur semble tellement inconcevable, ridicule ! Comment un homme peut-il gâcher sa vie de cette manière ? Et celle des membres de sa famille en plus ! Mais Jéhovah, le Dieu de Noé, voit les choses autrement.

On lit dans sa Parole : « Noé marchait avec le vrai Dieu » (Genèse 6:9). Qu’est-ce que cela veut dire ? Bien sûr, ils ne marchent pas ensemble au sens littéral, au ciel ou sur la terre. En fait, Noé obéit si fidèlement à Dieu et l’aime si profondément qu’ils sont comme deux amis qui marchent côte à côte. Des milliers d’années plus tard, la Bible dira de Noé : « Grâce à [sa] foi il a condamné le monde » (Hébreux 11:7). En quel sens ? Et que pouvons-nous apprendre de sa foi ?

UN HOMME DROIT DANS UN MONDE VIOLENT

Le monde dans lequel Noé a grandi s’est rapidement dégradé. Ce monde allait déjà très mal aux jours de son arrière-grand-père Hénok, qui lui aussi marchait avec Dieu. Hénok a d’ailleurs prédit qu’un jour de jugement s’abattrait sur les méchants. Mais à l’époque de Noé, la méchanceté est encore bien pire. Aux yeux de Jéhovah, la terre est complètement pervertie, car elle est remplie de violence (Genèse 5:22 ; 6:11 ; Jude 14, 15). Comment les choses en sont-elles arrivées là ?

Un drame terrible a eu lieu parmi les fils spirituels de Dieu, les anges. L’un d’eux s’était déjà rebellé contre Jéhovah, devenant ainsi Satan le Diable. Il avait calomnié Dieu et amené Adam et Ève à pécher. Aux jours de Noé, d’autres anges se sont révoltés contre la domination juste de Jéhovah. Abandonnant la position céleste que Dieu leur avait donnée, ils sont venus sur terre, ont pris une forme humaine et ont épousé de belles femmes. Ces anges rebelles, orgueilleux et égoïstes ont exercé une influence désastreuse sur les humains (Genèse 3:1-5 ; 6:1, 2 ; Jude 6, 7).

De plus, ces unions contre nature ont donné naissance à des êtres hybrides d’une taille et d’une force extraordinaires. La Bible les appelle les Nephilim, ce qui signifie littéralement « Tombeurs », « Ceux qui font tomber les autres ». Ces brutes tyranniques ont aggravé l’état d’esprit méchant et violent de l’époque. Au final, le Créateur a constaté que « la méchanceté de l’homme était abondante sur la terre et que toute inclination des pensées de son cœur n’était toujours que mauvaise ». Il a alors décidé qu’il détruirait les humains méchants dans un délai de 120 ans (Genèse 6:3-5).

Il a fallu que Noé et sa femme protègent leurs enfants d’influences dangereuses.

 Vous imaginez-vous élever une famille dans un tel monde ? Eh bien, c’est ce que Noé a fait. Il a d’abord trouvé une bonne épouse. Alors qu’il avait plus de 500 ans *, ils ont eu trois fils : Sem, Cham et Japhet. Ensemble, il a fallu qu’ils protègent leurs enfants des influences dangereuses qui les entouraient. Les garçons ont tendance à admirer les « hommes forts » et les « hommes de renom ». Tout le portrait des Nephilim ! Noé et sa femme pouvaient difficilement empêcher que leurs enfants entendent parler de certains exploits de ces géants. Ils pouvaient par contre leur enseigner les belles vérités concernant Jéhovah, qui déteste la méchanceté. Il fallait les aider à comprendre que la violence et la rébellion attristent Jéhovah (Genèse 6:6).

Aujourd’hui, les parents peuvent facilement se mettre à la place de Noé et de sa femme. Notre monde aussi baigne dans la violence et la rébellion. Même les divertissements pour enfants en sont saturés. Les parents avisés font tout pour combattre de telles influences. Comment ? En aidant leurs enfants à connaître Jéhovah, le Dieu de paix qui un jour éliminera la violence (Psaume 11:5 ; 37:10, 11). Il est possible d’aider vos enfants à résister au mal ! Noé et sa femme ont réussi. Leurs garçons sont devenus des hommes bons. Ils se sont mariés à des femmes qui désiraient elles aussi mettre le vrai Dieu, Jéhovah, à la première place dans leur vie.

« FAIS-TOI UNE ARCHE »

La vie de Noé bascule du jour au lendemain. Jéhovah annonce à son serviteur bien-aimé qu’il a l’intention de supprimer le monde méchant. Il lui donne cet ordre : « Fais-toi une arche en bois d’arbres résineux » (Genèse 6:14).

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette arche n’est pas un bateau. Elle n’a ni proue ni poupe, ni quille ni gouvernail ; elle n’a pas non plus de coque arrondie. C’est juste un énorme coffre, une immense boîte. Jéhovah donne à Noé les dimensions précises de l’arche et des indications sur sa structure. Il lui ordonne aussi de l’enduire de goudron à l’intérieur comme à l’extérieur. Pourquoi ? « Voici que j’amène le déluge des eaux sur la terre [...], explique Jéhovah. Tout ce qui est sur la terre expirera. » Il ajoute : « Tu devras entrer dans l’arche, toi, tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi. » Noé doit aussi embarquer toutes sortes d’animaux. En effet, seuls ceux qui se trouvent à l’intérieur de l’arche survivront ! (Genèse 6:17-20).

Noé se trouve face à une tâche gigantesque : l’arche mesure environ 133 mètres de long, 22 mètres de large et 13 mètres de haut. Des dimensions record dans la construction de navires en bois, encore aujourd’hui ! Noé recule-t-il devant cette mission ? Se plaint-il de la difficulté qu’elle représente ? Essaie-t-il de modifier certaines choses pour se faciliter la tâche ? La Bible répond : « Noé se mit à faire selon tout ce que Dieu lui avait ordonné. Ainsi fit-il, exactement » (Genèse 6:22).

Le travail dure des dizaines d’années, peut-être 40 ou 50 ans. Il faut abattre des arbres, traîner des troncs, les couper et les tailler en poutres avant de  les assembler. L’arche dispose de trois ponts, ou étages, de plusieurs compartiments et d’une porte sur le côté. Elle comporte apparemment des fenêtres tout autour, près du toit. Celui-ci est sans doute légèrement pointu au milieu, ce qui permet à l’eau de s’écouler de chaque côté (Genèse 6:14-16).

Les années passent, et l’arche prend forme. Noé doit sûrement apprécier le soutien de sa famille ! Mais il y a un aspect de sa mission qui est peut-être encore plus difficile que la construction elle-même. La Bible déclare que Noé est un « prédicateur de justice » (2 Pierre 2:5). Il avertit courageusement ses contemporains qu’une destruction va bientôt venir sur eux. Comment réagissent-ils ? Jésus dira plus tard à leur sujet : « Ils n’ont pas été attentifs. » Il précisera aussi que les gens étaient tellement pris par leurs occupations quotidiennes — manger, boire et se marier — qu’ils n’ont pas tenu compte de la prédication de Noé (Matthieu 24:37-39). Beaucoup, sans doute, se moquent de lui et de sa famille ; peut-être même que certains le menacent et s’opposent violemment à lui.

Même s’il était évident que Jéhovah bénissait Noé, les gens se moquaient de lui et refusaient de l’écouter.

Noé et sa famille tiennent bon. Leur priorité, c’est la construction de l’arche. Le monde dans lequel ils vivent considère qu’ils font fausse route et perdent leur temps. Malgré tout, ils accomplissent fidèlement leur mission. Leur foi est un excellent exemple pour les familles chrétiennes d’aujourd’hui. En effet, nous vivons ce que la Bible appelle « les derniers jours » du monde actuel (2 Timothée 3:1). Jésus a d’ailleurs comparé notre époque à celle de Noé. Quand des chrétiens prêchent le Royaume de Dieu, beaucoup se montrent indifférents, se moquent d’eux ou même les persécutent. Ces chrétiens peuvent alors se souvenir que Noé aussi est passé par là...

« ENTRE DANS L’ARCHE »

Des dizaines d’années plus tard, la construction de l’arche touche à sa fin. Alors que Noé a bientôt 600 ans, il subit la perte de plusieurs êtres chers. D’abord son père, Lamek *. Puis, cinq ans après, son grand-père Methoushélah. Celui-ci décède à l’âge de 969 ans, la plus longue durée de vie rapportée dans la Bible (Genèse 5:27). Lamek et Methoushélah ont été contemporains du premier homme, Adam.

La même année, le patriarche Noé reçoit un nouvel ordre de la part de Jéhovah : « Entre dans l’arche, toi et toute ta maisonnée. » Il doit aussi embarquer des animaux de toutes sortes : sept représentants de chaque espèce pure, convenant aux sacrifices, et deux représentants de chaque espèce impure (Genèse 7:1-3).

Quel spectacle inoubliable ! De tous horizons, ils arrivent par centaines ! Certains trottent, d’autres volent ou sautent, sans compter ceux qui rampent ou se dandinent. Noé et sa famille ont devant eux une diversité époustouflante de tailles, de formes, mais aussi de comportements. Inutile d’imaginer un pauvre Noé en train de batailler ou de chercher à attraper et à amadouer tous ces animaux sauvages pour les faire monter à bord ! Le récit dit que les animaux « entrèrent vers Noé dans l’arche » (Genèse 7:9, Bible de l’Épée).

Certains pourraient se demander : « Mais comment cela a-t-il pu se faire ? Et comment tous ces animaux ont-ils pu vivre ensemble en paix dans un espace aussi limité ? » D’après vous, Jéhovah, le Créateur de l’univers, n’a-t-il pas le pouvoir de maîtriser les animaux qu’il a créés ? Ne peut-il pas les apprivoiser ou les rendre dociles si nécessaire ? Rappelez-vous que c’est Jéhovah qui a  ouvert en deux la mer Rouge. Une fois, il a même immobilisé le soleil. Pourquoi n’aurait-il pas pu accomplir tout ce qui est décrit dans le récit concernant Noé ? Non seulement il le pouvait, mais il l’a fait !

Bien sûr, Dieu aurait très bien pu sauver les animaux d’une autre manière. Mais dans sa sagesse, il a choisi une solution qui nous rappelle la mission qu’il avait confiée aux humains à l’origine : prendre soin de toutes les créatures vivantes de la terre (Genèse 1:28). Aujourd’hui, beaucoup de parents utilisent l’histoire de Noé pour enseigner à leurs enfants que Jéhovah accorde de la valeur à ses créatures, les humains comme les animaux.

Jéhovah prévient Noé qu’il déclenchera le Déluge dans sept jours. Commence alors une semaine très intense pour toute la famille. Imaginez : il faut installer tous les animaux à leur place, ranger leur nourriture et charger les affaires de la famille à bord. L’épouse de Noé et ses trois belles-filles sont peut-être tout particulièrement occupées à aménager un espace habitable à bord de l’arche.

Comment réagissent les gens autour d’eux ? Ils continuent de ne « pas [être] attentifs », alors qu’il est évident que Jéhovah bénit les efforts de Noé. Ils ont forcément remarqué ces animaux qui arrivent de toutes parts pour entrer dans l’arche. Mais leur indifférence ne devrait pas nous surprendre. De nos jours aussi, les gens ne prêtent aucune attention aux preuves évidentes indiquant que nous vivons les derniers jours du monde actuel. Et comme l’a annoncé l’apôtre Pierre, des moqueurs essaient de ridiculiser ceux qui tiennent compte des avertissements de Dieu (2 Pierre 3:3-6). Noé et sa famille ont sûrement vécu la même chose.

Quand les moqueries cessent-elles pour eux ? Selon le récit, après que Noé est entré dans l’arche avec sa famille et les animaux, « Jéhovah ferm[e] la porte derrière lui ». S’il y a des moqueurs à proximité, cette intervention divine les fait taire. Sinon, c’est la pluie qui s’en charge. Et pour pleuvoir, il pleut ! Et ça continue de tomber, tomber, tomber... jusqu’à ce que la terre soit recouverte par les eaux, comme Jéhovah l’a annoncé (Genèse 7:16-21).

Jéhovah prend-il plaisir à la mort de ces gens méchants ? Pas du tout ! (Ézékiel 33:11). Il leur a d’ailleurs largement donné la possibilité de changer et de faire ce qui est juste. Mais le pouvaient-ils vraiment ? La vie de Noé prouve que oui. Il a montré qu’il est possible de marcher avec Jéhovah, c’est-à-dire de lui obéir en tout, et ainsi d’être sauvé. Voilà comment sa foi « a condamné le monde » ; elle a dévoilé au grand jour la méchanceté de sa génération. Sa foi l’a gardé en vie, lui et sa famille. Si vous imitez la foi de Noé, vous pourrez être sauvé, vous et ceux que vous aimez. À l’exemple de Noé, vous pouvez marcher avec Jéhovah Dieu comme avec un ami. Et cette amitié peut durer éternellement !

^ § 10 À l’époque, les gens vivaient beaucoup plus longtemps que nous. Pourquoi ? C’est apparemment parce qu’ils étaient encore proches de la perfection qu’Adam et Ève avaient perdue. Ils avaient donc bien plus de vitalité que nous.

^ § 20 Lamek a appelé son fils Noé, ce qui veut probablement dire « Repos » ou « Consolation ». Il a prophétisé que Noé, conformément à la signification de son nom, guiderait l’humanité vers un repos. Ce repos soulagerait les humains de la peine qu’ils avaient à cultiver un sol maudit (Genèse 5:28, 29). Lamek est mort avant que cette prophétie se réalise.