Aller au contenu

Aller à la table des matières

 Questions des lecteurs

La Trinité est-elle un enseignement biblique ?

La Trinité est-elle un enseignement biblique ?

▪ Le dogme de la Trinité est défini très diversement ; en voici une formulation parmi d’autres : “ Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu ; et, cependant, il n’y a pas trois Dieux mais un seul Dieu. ” Les trois personnes sont “ coéternelles et coégales ”. Est-​ce un enseignement biblique ?

On cite souvent à l’appui de ce dogme les paroles de Jésus en Matthieu 28:19. Ce verset se lit comme suit dans la Traduction Œcuménique de la Bible : “ De toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. ” Certes, ce texte évoque ensemble le Père, le Fils et le Saint Esprit. Mais rien ne vient affirmer leur unicité. Jésus chargeait ses disciples juifs d’enseigner les gens et de les baptiser au nom du Père, du Fils et de l’esprit saint. Quelle était la croyance de la nation juive concernant Dieu ?

Quand les Israélites ont pris connaissance des termes de l’alliance de la Loi, qui fait partie des Écrits sacrés appelés la Bible, le commandement suivant leur a été imposé : “ Tu ne dois jamais avoir d’autres dieux contre ma face. ” (Deutéronome 5:7). Combien de personnes s’expriment ici ? Une réponse limpide est fournie en Deutéronome 6:4 : “ Écoute, ô Israël ! Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah. ” “ Un seul ”, et non trois ! Les Israélites venaient tout juste de quitter l’Égypte, où étaient adorées diverses triades de divinités, comme Osiris, Isis et Horus (représentés ci-contre). C’est pour cette raison qu’il leur était ordonné de n’adorer qu’un seul Dieu. Pourquoi était-​il important de comprendre la portée de ce commandement ? Selon Joseph Hermann Hertz, naguère grand rabbin d’Angleterre, “ cette sublime affirmation d’un monothéisme strict était une déclaration de guerre à tout polythéisme [...]. Le Shema ne laisse aucune place à la trinité des chrétiens, qui constitue une négation de l’Unité de Dieu * ”.

Juif de naissance, Jésus avait lui aussi appris ce commandement et le respectait. Après son baptême, il avait répondu au Diable qui le tentait : “ Va-​t’en, Satan, car il est écrit : ‘ C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré. ’ ” (Matthieu 4:10 ; Deutéronome 6:13). Il ressort de cet incident au moins deux informations. Premièrement, la faute à laquelle Satan essayait de pousser Jésus consistait à l’adorer, lui ; or, cette tentation n’aurait eu aucun sens si Jésus avait été Dieu. Deuxièmement, Jésus a souligné qu’il n’existe qu’un seul Dieu qui doive être adoré : “ lui seul ” a-​t-​il dit, et non pas “ nous ”, ce qui aurait forcément été sa réponse s’il avait fait partie d’une Trinité.

Les personnes qui acquièrent une connaissance exacte de Dieu et veulent le servir sont baptisées “ au nom du Père et du Fils et de l’esprit saint ”. (Matthieu 28:19.) Elles comprennent et reconnaissent l’autorité de Jéhovah ainsi que le rôle de Jésus Christ dans la réalisation du dessein de Jéhovah (Psaume 83:18 ; Matthieu 28:18). De plus, elles discernent clairement la fonction et l’activité de l’esprit saint de Dieu, qui est sa force agissante. — Genèse 1:2 ; Galates 5:22, 23 ; 2 Pierre 1:21.

Le dogme de la Trinité jette la confusion dans les esprits depuis des siècles. Jésus, pour sa part, a éclairé ses disciples et les a aidés à se rapprocher du “ seul vrai Dieu ”, Jéhovah. — Jean 17:3.

[Note]

^ § 5 La profession de foi en l’unicité de Dieu exprimée dans le Shema, prière qui reprend les termes de Deutéronome 6:4, est un élément central du culte synagogal.

[Crédit photographique, page 23]

Musée du Louvre, Paris