Aller au contenu

Aller à la table des matières

Un événement joyeux chargé d’espoir

Un événement joyeux chargé d’espoir

130classe de Guiléad

Un événement joyeux chargé d’espoir

LA REMISE des diplômes de la 130classe de Guiléad, l’École de missionnaires des Témoins de Jéhovah, a sans nul doute suscité de grands espoirs. Le samedi 12 mars 2011, près de 8 500 personnes ont assisté à cet événement spécial, parmi lesquelles les élèves, leurs familles et leurs amis. Tous étaient dans l’expectative : non seulement une belle journée s’annonçait, mais en plus les missionnaires seraient bientôt envoyés dans le monde entier pour enseigner aux gens les vérités bibliques.

“ Heureux tous ceux qui continuent [d’]attendre ” Jéhovah

Cette pensée réconfortante tirée d’Isaïe 30:18 constituait le thème du discours de Geoffrey Jackson, membre du Collège central des Témoins de Jéhovah et président du programme. Non sans humour, il a chaudement félicité les élèves d’avoir survécu à Guiléad... et les a rassurés en leur disant qu’ils survivraient probablement aussi à cette cérémonie ! À quoi pouvaient-​ils raisonnablement s’attendre dans l’avenir ? Voici trois idées pratiques que l’orateur a fait ressortir d’Isaïe 30:18-21.

Tout d’abord, frère Jackson a observé : “ Vous pouvez vous attendre à ce que Jéhovah écoute vos prières. ” Puis il a attiré l’attention de l’auditoire sur le verset 19 : “ [Dieu] ne manquera pas de te témoigner de la faveur au bruit de ta clameur. ” Après avoir fait remarquer qu’en hébreu le pronom traduit par “ te ” est singulier, et non pluriel, il a précisé que Jéhovah accorde une attention personnalisée à nos prières. “ Jéhovah, notre Père, ne nous dit pas : ‘ Regarde Untel. Pourquoi n’es-​tu pas fort comme lui ? ’ Non. Il écoute attentivement chacun de nous. Et il nous répond. ”

Ensuite, l’orateur a expliqué que nous pouvons également nous attendre à rencontrer des problèmes. “ Jéhovah ne nous promet pas une vie facile. Mais il promet de nous aider. ” Comme le montre le verset 20, Dieu avait prédit que, durant le siège d’Israël, la détresse et l’oppression deviendraient aussi communes que le pain et l’eau. Pourtant Jéhovah serait toujours prêt à venir à la rescousse de son peuple. Pareillement, les missionnaires auront à faire face à des problèmes, même si ce ne sont pas forcément ceux auxquels ils s’attendent ! “ Mais vous pouvez assurément vous attendre, a ajouté frère Jackson, à ce que Jéhovah soit à vos côtés et vous aide à gérer chaque difficulté. ”

Enfin, il s’est appuyé sur les versets 20 et 21 pour adresser aux élèves cette exhortation : “ Vous pouvez vous attendre à recevoir une direction... alors, cherchez-​la ! ” Aujourd’hui, a-​t-​il précisé, chaque chrétien doit écouter attentivement les réponses que Jéhovah lui fournit au moyen de la Bible et des publications bibliques. Il a chaleureusement encouragé les élèves à continuer de lire la Bible chaque jour — habitude qui signifie la vie.

“ Que l’effroi de Jéhovah vienne sur vous ”

Anthony Morris, autre membre du Collège central, a commenté l’expression biblique “ l’effroi de Jéhovah ”. (2 Chroniques 19:7.) Elle ne désigne nullement une sorte de terreur ou d’épouvante, mais bien plutôt un vif désir de faire ce qui est droit, un respect si profond et si sincère qu’il peut provoquer un tremblement nerveux. “ Que cet effroi vous accompagne dans votre affectation ! ” a-​t-​il souhaité aux élèves. Comment ceux-ci peuvent-​ils faire preuve d’une telle révérence envers Jéhovah ? L’orateur s’est arrêté sur deux idées pratiques.

En premier lieu, il leur a recommandé d’appliquer le conseil de Jacques 1:19 : “ [Soyez] prompt à entendre, lent à parler. ” Certes, ils ont amassé de grandes connaissances durant les cinq mois de cours, mais ils doivent veiller à ne pas étaler leur science une fois dans leur affectation. “ La première chose à faire, leur a-​t-​il conseillé, c’est d’écouter. Écoutez les frères de votre future congrégation et ceux qui sont responsables de l’œuvre dans le pays où vous habiterez. Écoutez-​les parler du pays et de sa culture. Ne craignez pas de dire : ‘ Je ne sais pas. ’ Plus on en apprend, plus on se rend compte qu’on en sait peu ; si vous en êtes conscients, c’est que l’instruction que vous avez reçue a atteint son but. ”

Ensuite, il a lu Proverbes 27:21 : “ Le creuset est pour l’argent, et le four pour l’or ; et un homme est selon sa louange. ” Il a expliqué que, tout comme l’or et l’argent sont affinés, ou purifiés, dans un creuset, nous sommes affinés par la “ louange ”. Comment cela ? Les louanges qui nous sont adressées révèlent ce que nous sommes vraiment. Elles peuvent nous mener à l’orgueil et à la chute spirituelle, ou au contraire nous pousser à nous souvenir que nous avons une dette envers Jéhovah, ce qui nous rendra encore plus déterminés à ne jamais déroger à ses normes. Frère Morris a conclu en encourageant les élèves à considérer de la bonne façon les louanges qu’ils pourraient recevoir : comme une occasion de manifester le véritable “ effroi de Jéhovah ”.

“ Chérissez votre mission ”

Tel était le thème du discours-clé qu’a prononcé Guy Pierce, lui aussi membre du Collège central. Il a rappelé qu’un missionnaire est quelqu’un qui est envoyé en mission. Il existe des missionnaires de toutes sortes chargés de missions en tous genres. Beaucoup d’entre eux cherchent à guérir les gens ou s’investissent dans la politique pour résoudre les problèmes du monde. “ Vous êtes différents ”, a-​t-​il dit aux élèves. En quel sens ?

Pendant les cours de Guiléad, ces derniers ont examiné de nombreux récits mettant en scène des guérisons ou des résurrections. Comme celui de la fillette que Jésus a ressuscitée et dont les parents étaient “ hors d’eux-​mêmes, saisis d’un grand émerveillement ”. (Marc 5:42.) Ou celui des aveugles que Jésus a guéris miraculeusement et dont la joie était intense. L’un des objectifs de ces miracles était de nous montrer à nous aujourd’hui ce que Christ accomplira dans le monde nouveau, où la “ grande foule ” d’humains justes qui auront survécu à la fin du présent système de choses méchant seront guéris de toute maladie (Révélation 7:9, 14). Leurs êtres chers, qu’ils accueilleront à la résurrection, seront également en pleine santé physique. Quelle joie ce sera !

Toutefois, a souligné frère Pierce, les guérisons physiques ne seront jamais les guérisons les plus importantes. Les malades que Jésus a guéris ont fini par retomber malades. Les morts qu’il a ressuscités sont morts de nouveau. C’étaient les guérisons spirituelles opérées par Jésus qui étaient les plus importantes. Les diplômés de Guiléad ont eux aussi pour mission de réaliser des guérisons spirituelles, d’aider leurs semblables à se réconcilier avec Dieu afin que ceux-ci viennent à la vie spirituellement. Seuls ceux qui sont guéris spirituellement obtiendront la vie éternelle. “ C’est cette guérison spirituelle qui rend gloire à Dieu, a affirmé frère Pierce. C’est elle qui fait de votre ministère une réussite. ”

Trois autres discours marquants

“ Votre journée sera-​t-​elle bonne ? ” Robert Rains, du comité de la filiale des États-Unis, a traité cette question pertinente. Il a encouragé les élèves à faire en sorte que chaque journée passée dans leur affectation soit une bonne journée. Il leur faudrait pour cela utiliser sagement leur temps, chercher la direction de la Parole de Dieu quand ils seraient inquiets et s’appuyer sur Jéhovah par la prière.

“ Ferez-​vous du nouveau avec de l’ancien ? ” Mark Noumair, instructeur à Guiléad, a posé cette question à l’auditoire. Il a analysé 1 Jean 2:7, 8, où l’apôtre parle d’“ un commandement ancien ” qui était aussi un “ commandement nouveau ”. Il s’agissait en fait d’un seul et même commandement : les disciples de Christ devaient avoir les uns pour les autres un amour désintéressé empreint d’abnégation (Jean 13:34, 35). Ce commandement était ancien puisque Jésus lui-​même l’avait donné à ses disciples des dizaines d’années auparavant ; mais il était aussi nouveau, car les chrétiens étaient confrontés à de nouvelles difficultés et devaient manifester de l’amour de façons nouvelles et plus complètes. Les missionnaires sont également confrontés à de nouvelles situations et doivent apprendre à aimer de façons nouvelles. Quel est le secret pour y arriver ?

“ Ne devenez pas ce que vous détestez ”, leur a-​t-​il enjoint. Si nous voyons chez quelqu’un un comportement que nous détestons et que nous lui rendions la pareille, nous devenons ce que nous détestons — attitude autodestructrice s’il en est. Par contre, si nous réagissons en explorant de nouvelles façons de témoigner de l’amour, nous faisons briller la “ vraie lumière ” et nous dissipons les ténèbres spirituelles.

“ Portez la charge. ” Michael Burnett, autre instructeur, a traité ce sujet d’une grande valeur pratique. Il a pris comme exemple les habitants de certains pays africains qui portent de lourdes charges sur leur tête. Ils mettent entre le sommet de leur crâne et la charge un kata, petit morceau de tissu enroulé qui leur apporte soulagement et équilibre, et qui leur permet de garder une démarche gracieuse. Les missionnaires auront de lourdes responsabilités à porter dans leurs affectations, mais ils ont reçu une sorte de kata : une formation biblique approfondie. À mesure qu’ils mettront en pratique ce qu’ils ont appris, ils trouveront l’équilibre et assumeront leurs responsabilités efficacement.

Faits et interviews

Pendant leur formation, les futurs missionnaires participent au ministère avec les congrégations des Témoins de Jéhovah des environs. William Samuelson, surveillant du service des écoles théocratiques, a passé en revue quelques faits vécus par les élèves. Son discours était intitulé “ Ne laisse pas reposer ta main ”. (Ecclésiaste 11:6.) Grâce à des reconstitutions animées, les assistants ont pu être témoins de la diligence dont les élèves ont fait preuve dans le ministère, par exemple en parlant de leur foi dans l’avion, au restaurant et dans les stations-service. Ces derniers ont prêché de porte en porte, de manière informelle et par courrier. Assurément, ils n’ont pas laissé reposer leur main, et ils ont obtenu d’excellents résultats.

Kenneth Stovall, membre du service cité ci-dessus, a ensuite interviewé trois frères qui ont acquis une longue expérience du service missionnaire : Barry Hill en Équateur et en République dominicaine, Eddie Mobley en Côte d’Ivoire et Tab Honsberger au Sénégal, au Bénin et à Haïti. Leur belle discussion était placée sous le thème “ Mettez Jéhovah à l’épreuve et soyez bénis ”. (Malaki 3:10.) Frère Hill a raconté quelles difficultés sa femme et lui ont rencontrées pour s’adapter au climat de l’Équateur : ils avaient le choix entre chaleur et poussière et chaleur et boue. “ Pendant deux ans et demi, s’est-​il souvenu, nous n’avions qu’un seau pour faire notre toilette. ” Pourtant jamais l’idée de rentrer chez eux ne leur a effleuré l’esprit. Il leur semblait évident que cette affectation était une bénédiction venant de Jéhovah. “ C’était toute notre vie. ”

À la fin du programme, un des élèves a lu une lettre émouvante dans laquelle la classe exprimait sa reconnaissance pour la formation reçue. “ Notre foi a pris une autre dimension, ont-​ils reconnu, et nous savons bien qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. ” Puis ils ont reçu leur diplôme, ainsi que leur affectation ; ils effectueront leur service dans 20 pays. Dans ses paroles de conclusion, frère Jackson s’est montré très rassurant : “ Attendez-​vous à ressentir l’aide de Jéhovah dans votre nouvelle vie, surtout en cas de difficulté. ” Au terme de cette journée tant attendue, tous les assistants sont repartis encore plus résolument tournés vers l’avenir ! Entre les mains de Jéhovah, ces nouveaux missionnaires feront sans nul doute un immense bien autour d’eux.

[Tableau/Carte, page 31]

PROFIL DE LA CLASSE

Nombre de pays d’origine : 9

Moyenne d’âge : 34 ans

Baptisés en moyenne depuis : 19 ans

Ministres à plein temps en moyenne depuis : 13 ans

[Carte]

(Voir la publication)

Les diplômés ont été affectés dans les pays ci-dessous.

PAYS DE DESTINATION

ARGENTINE

ARMÉNIE

BURKINA

BURUNDI

CONGO (KINSHASA)

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

HAÏTI

HONG KONG

INDONÉSIE

KENYA

LITUANIE

MALAISIE

MOZAMBIQUE

NÉPAL

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE

ROUMANIE

SÉNÉGAL

TANZANIE

OUGANDA

ZIMBABWE

[Illustration, page 31]

130e classe de Guiléad

De l’avant vers l’arrière et de gauche à droite :

1) Z. Molina ; S. Bassolino ; C. Alatsis ; A. Arroyo ; L. Niño ; S. Merkling ; M. Clark.

2) C. Little ; S. Tibaudo ; S. Jakobsson ; J. Moreno ; A. Rodriguez ; K. Lee ; H. Cárdenas ; L. Aguilar.

3) A. Clairbush ; A. Polley ; S. Caldwell ; J. Adame ; S. Hildebrandt ; I. Shoemaker ; N. Grohman ; G. Galvez.

4) J. Clark ; A. Bassolino ; K. Packham ; J. Adame ; M. Knaus ; M. Niño ; R. Moreno ; J. Galvez.

5) D. Rodriguez ; M. Geynes ; J. Molina ; A. Aguilar ; I. Alatsis ; A. Manno ; R. Grohman ; J. Packham.

6) S. Geynes ; M. Cárdenas ; C. Arroyo ; C. Manno ; J. Merkling ; H. Lee ; X. Clairbush ; P. Jakobsson.

7) J. Little ; B. Hildebrandt ; M. Shoemaker ; K. Knaus ; J. Caldwell ; F. Tibaudo ; C. Polley.