Aller au contenu

Aller au sommaire

 Clés du bonheur familial

Comment survivre à la première année de mariage

Comment survivre à la première année de mariage

Lui : “ Je suis surpris de voir à quel point ma femme et moi sommes différents ! Par exemple, j’aime me lever tôt, mais elle, elle aime se coucher tard. Et ses changements d’humeur me déstabilisent complètement ! Autre chose : lorsque je cuisine, elle me critique sans arrêt, surtout quand je m’essuie les mains avec le torchon à vaisselle. ”

Elle : “ Mon mari n’est pas très bavard. Mais moi, je suis habituée à ma famille. Ils parlent beaucoup, particulièrement pendant les repas. Et quand mon mari cuisine, il se sert du même torchon pour essuyer la vaisselle et pour se sécher les mains ! Ça m’énerve ! Pourquoi les hommes sont-ils si difficiles à comprendre ? Comment les gens font-ils pour réussir leur mariage ? ”

SI VOUS êtes jeune marié(e), avez-vous rencontré ce genre de difficultés ? Avez-vous l’impression que votre conjoint a tout à coup des défauts et des manies qu’il n’avait pas durant vos fiançailles ? Comment limiter l’effet des “ tracas ” que “ ceux qui se marient [ont] dans leur vie quotidienne ” ? — 1 Corinthiens 7:28, Bible en français courant.

Tout d’abord, ne vous attendez pas à ce que, dès les vœux de mariage échangés, vous et votre conjoint deveniez des spécialistes de la vie à deux. Il se peut que vous ayez acquis des aptitudes relationnelles très utiles lorsque vous étiez célibataire, et qu’elles se soient améliorées pendant vos fiançailles. Cependant, le mariage mettra à l’épreuve ces aptitudes d’une nouvelle façon et exigera sans doute que vous en manifestiez d’autres encore. Commettrez-vous des erreurs ? Certainement. Pouvez-vous acquérir les qualités dont vous avez besoin ? Absolument !

La meilleure façon d’acquérir n’importe quelle aptitude est de consulter un spécialiste du sujet, puis d’appliquer ses conseils. Le plus grand spécialiste du mariage est Jéhovah Dieu. En effet, c’est lui qui nous a créés avec le désir de nous marier (Genèse 2:22-24). Voyez de quelle façon sa Parole, la Bible, peut vous aider à surmonter les difficultés et à acquérir les aptitudes nécessaires pour que votre mariage dure au-delà de la première année.

 1. APPRENEZ À CONSULTER VOTRE CONJOINT

Quelles sont les difficultés ?

Keiji *, qui vit au Japon, oubliait parfois que ses décisions concernaient aussi sa femme. “ J’acceptais des invitations sans demander l’avis de ma femme, dit-il. Je me rendais compte après coup qu’il ne lui était pas commode d’honorer ces engagements. ” Allen, en Australie, confie : “ Je pensais que ce n’était pas digne d’un homme de consulter sa femme. ” C’est son éducation qui était à l’origine du problème. Il en allait de même pour Dianne, qui habite en Grande-Bretagne. Elle raconte : “ J’avais l’habitude de demander conseil à des membres de ma famille. Donc, au début, je les consultais, eux, plutôt que mon mari avant de prendre des décisions. ”

Quelle est la solution ?

N’oubliez pas que Jéhovah Dieu considère un couple marié comme “ une seule chair ”. (Matthieu 19:3-6.) Pour lui, aucune relation humaine n’est plus importante que celle qui existe entre un mari et sa femme ! Pour que ce lien reste fort, une bonne communication est essentielle.

Mari et femme peuvent apprendre beaucoup de la manière dont Jéhovah Dieu communiquait avec Abraham. Par exemple, lisez la discussion rapportée en Genèse 18:17-33. Remarquez que Dieu a honoré Abraham de trois façons. 1) Il lui a expliqué ce qu’il avait l’intention de faire. 2) Il a écouté Abraham donner son avis. 3) Dans toute la mesure du possible, il a été disposé à s’adapter à Abraham. Comment pouvez-vous suivre ce modèle lorsque vous consultez votre conjoint ?

FAITES L’ESSAI : Lorsque vous discutez de questions qui concernent votre conjoint, 1) expliquez-lui comment vous aimeriez gérer la situation, mais présentez vos idées comme des suggestions et non pas comme des décisions sans appel ou des ultimatums ; 2) demandez-lui d’exprimer son opinion et reconnaissez-lui le droit d’avoir un avis différent ; et 3) faites en sorte “ que votre nature raisonnable soit connue ” en adoptant ses préférences chaque fois que c’est possible. — Philippiens 4:5.

2. APPRENEZ À FAIRE PREUVE DE TACT

Quelle est la difficulté ?

Selon votre famille ou votre culture, vous avez peut-être l’habitude de donner votre opinion avec fermeté, ou même sans mettre de gants. Liam, qui vit en Europe, relate : “ Là où j’ai grandi, les gens ont peu de tact. Ma façon brutale de m’exprimer contrariait souvent ma femme. J’ai dû apprendre à être plus doux. ”

 Quelle est la solution ?

Ne partez pas du principe que votre conjoint veut que vous vous adressiez à lui de la façon dont vous avez l’habitude qu’on vous parle (Philippiens 2:3, 4). L’apôtre Paul a donné à un missionnaire un conseil utile pour de jeunes mariés : “ Un esclave du Seigneur n’a pas à se battre ; il faut au contraire qu’il soit doux. ” Dans le grec original, le terme traduit par “ doux ” peut également être rendu par “ plein de tact ”. (2 Timothée 2:24, note.) Le tact est la capacité de discerner la délicatesse d’une situation et de traiter la question avec gentillesse, sans offenser.

FAITES L’ESSAI : Lorsque votre conjoint vous irrite, imaginez qu’au lieu de lui parler, à lui, vous parliez à un bon ami ou à votre employeur. Utiliseriez-vous le même ton ou les mêmes mots ? Puis réfléchissez à des raisons pour lesquelles votre conjoint mérite que vous vous adressiez à lui avec encore plus de respect que votre ami ou votre employeur. — Colossiens 4:6.

3. APPRENEZ À VOUS ADAPTER À VOTRE NOUVEAU RÔLE

Quelle est la difficulté ?

Un mari pourrait au départ exercer son autorité de façon maladroite ou une femme ne pas avoir l’habitude de faire des suggestions pleines de tact. Antonio, un mari italien, déclare : “ Mon père ne consultait presque jamais ma mère au sujet des décisions familiales. Alors au début, je dirigeais ma famille comme un souverain. ” Debbie, une Canadienne, dit : “ J’exigeais de mon mari qu’il soit plus ordonné. Mais mon attitude autoritaire ne faisait qu’accentuer son entêtement. ”

Quelle est la solution pour un mari ?

Certains maris confondent ce que la Bible dit sur la soumission de la femme et ce qu’elle dit sur l’obéissance d’un enfant à ses parents (Colossiens 3:20 ; 1 Pierre 3:1). Cependant, la Bible déclare qu’un mari “ s’attachera à sa femme, et [que] les deux seront une seule chair ” ; elle n’en dit pas autant des parents et des enfants  (Matthieu 19:5). Jéhovah décrit la femme comme étant pour son mari ‘ une aide qui lui correspond ’, ou son “ vis-à-vis ”. (Genèse 2:18, note.) Il ne parle jamais des enfants en ces termes. D’après vous, un mari qui traite sa femme comme un enfant honore-t-il le mariage ?

En fait, la Parole de Dieu vous encourage à traiter votre femme de la même façon que Jésus traite la congrégation chrétienne. Il sera plus facile pour votre femme de vous considérer comme son chef 1) si vous n’attendez pas d’elle une soumission immédiate et irréprochable et 2) si vous l’aimez comme votre propre corps, même lorsque des difficultés surgissent. — Éphésiens 5:25-29.

Quelle est la solution pour une femme ?

Reconnaissez que votre mari est maintenant votre chef établi par Dieu (1 Corinthiens 11:3). Si vous l’honorez, vous honorez Dieu. Si vous rejetez son autorité, vous révélez ce que vous pensez non seulement de votre mari, mais aussi de Dieu et de ses exigences. — Colossiens 3:18.

Quand vous discutez de questions épineuses avec votre mari, apprenez à vous attaquer au problème — et non au caractère de votre mari. La reine Esther, par exemple, voulait que son mari, le roi Assuérus, répare une injustice. Au lieu de s’en prendre à lui personnellement, elle s’est exprimée avec tact. Il a accepté sa suggestion et a finalement pris la bonne décision (Esther 7:1-4 ; 8:3-8). Il est plus probable que votre mari apprendra à vous aimer profondément 1) si vous lui laissez le temps de maîtriser son nouveau rôle de chef de famille et 2) si vous le traitez avec respect, même lorsqu’il commet des erreurs. — Éphésiens 5:33.

FAITES L’ESSAI : Au lieu de vous arrêter sur les domaines dans lesquels vous estimez que votre conjoint devrait changer, faites-vous une liste des changements que vous-même avez besoin d’opérer. Maris : lorsque vous contrariez votre femme par votre manière d’exercer votre autorité ou de ne pas l’exercer, demandez-lui comment vous pouvez vous améliorer, puis écrivez sa suggestion. Femmes : lorsque votre mari a le sentiment de ne pas être respecté, demandez-lui comment vous pouvez vous améliorer et prenez note de sa suggestion.

Ayez des attentes raisonnables

Apprendre à entretenir une relation heureuse et équilibrée est comme apprendre à faire du vélo. On s’attend à tomber quelques fois avant de prendre confiance sur son vélo. De même, attendez-vous à faire des erreurs embarrassantes au fur et à mesure que vous gagnerez de l’expérience dans le mariage.

Gardez le sens de l’humour. Prenez au sérieux les préoccupations de votre conjoint, mais apprenez à rire de vos propres maladresses. Durant votre première année de mariage, saisissez les occasions de réjouir votre conjoint (Deutéronome 24:5). Par-dessus tout, laissez la Parole de Dieu guider votre relation. Ainsi, votre couple se renforcera d’année en année.

^ § 9 Par souci d’anonymat, certains prénoms ont été changés.

DEMANDEZ-VOUS...

  • Ai-je fait de mon conjoint mon confident le plus intime, ou est-ce que je préfère demander l’avis d’autres personnes ?

  • Au cours des dernières 24 heures, qu’ai-je fait exactement qui montre que j’aime et que je respecte mon conjoint ?