Aller au contenu

Aller à la table des matières

Des noms porteurs de sens

Des noms porteurs de sens

Des noms porteurs de sens

Une Éthiopienne donne naissance à un petit garçon. Mais sa joie fait vite place au déchirement quand elle s’aperçoit que son enfant reste sans réaction. La grand-mère prend le petit corps inerte pour le laver, et voici que le nourrisson se met à s’animer et à pleurer ! Comme le nom du père signifie “ Miracle ”, lui et sa femme le combinent avec un autre mot amharique et appellent le bébé “ Un miracle a eu lieu ”.

Au Burundi, un jeune homme est poursuivi par des soldats qui cherchent à le tuer. Tapi dans un champ, il fait un vœu : si Dieu épargne sa vie, il appellera son premier-né Manirakiza, nom qui signifie “ Dieu est le Sauveur ”. Cinq ans plus tard, heureux d’être en vie, il tient sa promesse.

CERTAINS trouveront peut-être insolite de donner à un enfant un nom porteur d’une signification particulière, mais cette coutume a des racines très anciennes. D’ailleurs, la Bible regorge de cas de ce genre. En vous intéressant au sens du nom de divers personnages bibliques, vous rendrez votre lecture de la Parole de Dieu encore plus instructive. Arrêtons-​nous sur quelques exemples.

Dans les Écritures hébraïques

Parmi les premiers noms rapportés dans la Bible figure celui de Seth, qui signifie “ Assigné ”. Ève, sa mère, expliqua ce choix. “ Dieu, dit-​elle, a assigné une autre semence à la place d’Abel, parce que Caïn l’a tué. ” (Genèse 4:25). Lamek, descendant de Seth, appela son fils Noé, ce qui veut dire “ Repos ” ou “ Consolation ”. Pour quelle raison ? “ Celui-ci, espérait-​il, nous apportera une consolation dans notre travail et dans la douleur de nos mains provenant du sol que Jéhovah a maudit. ” — Genèse 5:29.

Dieu lui-​même, dans un but prophétique, changea le nom de certains adultes. Par exemple, il transforma le nom d’Abram, qui signifie “ Père est élevé ”, en Abraham, “ Père d’une multitude ”. Conformément à son nom, Abraham devint le père de nombreuses nations (Genèse 17:5, 6). Songeons encore à la femme d’Abraham, Saraï, dont le nom a peut-être pour sens “ Querelleuse ”. Comme elle a dû être heureuse que Dieu lui donne pour nouveau nom “ Sara ”, autrement dit “ Princesse ”, sachant qu’elle allait devenir l’ancêtre de rois. — Genèse 17:15, 16.

Dieu choisit aussi personnellement le nom de certains enfants. Ainsi, il ordonna à Abraham et à Sara d’appeler leur fils Isaac, nom qui signifie “ Rire ”. Cela allait leur rappeler constamment la réaction qu’ils avaient eue en apprenant qu’ils auraient un fils dans leur vieillesse. Une fois Isaac devenu un fidèle serviteur de Dieu, son nom continua très certainement d’évoquer de joyeux souvenirs pour Abraham et Sara. — Genèse 17:17, 19 ; 18:12, 15 ; 21:6.

C’est pour une raison très différente que la belle-fille d’Isaac, Rachel, choisit le nom de son dernier fils. Sur son lit de mort, elle appela l’enfant Ben-Oni, ce qui signifie “ Fils de mon Deuil ”. Jacob, son mari, préféra le modifier légèrement en Benjamin, “ Fils de la droite ”. Ce nom définitif dénotait non seulement une position de faveur, mais aussi un rôle de soutien. — Genèse 35:16-19 ; 44:20.

Parfois, on donnait ou on adoptait un nom en fonction de certaines caractéristiques physiques. Par exemple, Isaac et Rébecca eurent un fils qui, à sa naissance, avait les cheveux roux et aussi épais qu’un vêtement de laine : ils le nommèrent Ésaü. Pourquoi ? Parce qu’en hébreu ce nom signifie “ Velu ”. (Genèse 25:25.) Dans le livre de Ruth, il est rapporté que Naomi avait deux fils. L’un s’appelait Mahlôn, nom qui vient peut-être d’une racine signifiant “ devenir faible, tomber malade ” ; l’autre s’appelait Kiliôn, ce qui veut dire “ Quelqu’un qui dépérit, Quelqu’un qui touche à sa fin ”. Il n’est pas précisé si ces noms leur ont été attribués à leur naissance ou plus tard, mais on aurait difficilement pu mieux choisir, sachant la mort précoce qu’ont connue ces deux hommes. — Ruth 1:5.

Il était également courant de changer de nom. De retour à Bethléhem, sans ressources après la perte de son mari et de ses fils, Naomi ne voulut plus porter ce nom, qui signifie “ Mon charme ”. “ Ne m’appelez pas Naomi, insista-​t-​elle. Appelez-​moi Mara [“ Amère ”], car le Tout-Puissant a rendu les choses très amères pour moi. ” — Ruth 1:20, 21.

Autre coutume encore, celle de donner à un enfant un nom rappelant un événement marquant. Le nom du prophète Haggaï, par exemple, signifie “ Né un jour de fête * ”.

À l’ère chrétienne

Le nom de Jésus revêt un sens prophétique considérable. Avant sa naissance, ses parents avaient reçu de Dieu cet ordre : “ Tu devras l’appeler du nom de Jésus ”, c’est-à-dire “ Jéhovah est salut ”. Pour quelle raison ? “ Il sauvera son peuple de ses péchés ”, déclara l’ange qui s’adressait alors à Joseph (Matthieu 1:21). À partir du moment où Jésus fut oint d’esprit saint lors de son baptême, on associa à son nom le titre hébreu de “ Messie ”. En grec, ce titre est rendu par “ Christ ”. Ces deux expressions signifient “ l’Oint ”. — Matthieu 2:4.

Jésus lui-​même attribua des noms caractéristiques à certains de ses disciples. Par exemple, il donna à Simon le nom sémitique Céphas, qui signifie “ Roc ”. Céphas finit par être plus connu sous son appellation grecque, qui se traduit par “ Pierre ”. (Jean 1:42.) Compte tenu de la fougue de Jacques et de Jean, Jésus appela ces deux frères “ Boanergès ”, c’est-à-dire “ Fils du Tonnerre ”. — Marc 3:16, 17.

Ses disciples conservèrent l’habitude de donner des surnoms appropriés. Citons le cas de Joseph, que les apôtres surnommèrent Barnabas, ce qui signifie “ Fils de consolation ”. Ce disciple se montra à la hauteur de son surnom en procurant à beaucoup un réconfort physique et spirituel. — Actes 4:34-37 ; 9:27 ; 15:25, 26.

L’importance de votre nom

Nous n’avons pas pouvoir sur le nom qui nous a été donné à la naissance. En revanche, la réputation que nous nous forgeons dépend entièrement de nous (Proverbes 20:11). Posez-​vous donc la question : ‘ Si Jésus ou les apôtres en avaient l’occasion, quel nom choisiraient-​ils de m’attribuer ? Quel nom résumerait bien ma qualité prédominante ou ma réputation ? ’

Cette question mérite réflexion. Pourquoi ? Parce que, comme l’a écrit le sage roi Salomon : “ Un nom est préférable à d’abondantes richesses. ” (Proverbes 22:1). Si nous nous faisons un beau nom, une belle réputation, auprès de nos semblables, nous nous constituons assurément un atout précieux. Mais plus important encore : si nous nous faisons un beau nom aux yeux de Dieu, nous acquerrons un trésor durable. En quel sens ? Dieu promet qu’il écrira dans son “ livre de souvenir ” les noms de ceux qui le craignent et qu’il leur offrira la perspective de la vie éternelle. — Malaki 3:16 ; Révélation 3:5 ; 20:12-15.

[Note]

^ § 12 En Afrique, de nombreux Témoins de Jéhovah portent un nom lié au thème d’une assemblée de Témoins organisée à l’époque où ils sont nés.

[Entrefilet, page 15]

Quel nom résumerait bien ma réputation ?

[Encadré/Illustration, page 14]

Qui était Emmanuel ?

Dans la Bible, certains noms de personnages sont prophétiques et esquissent l’œuvre que leur détenteur devait accomplir. Par exemple, le prophète Isaïe écrivit sous l’inspiration de Dieu : “ Voyez ! La jeune fille deviendra bel et bien enceinte, et elle met au monde un fils, et, à coup sûr, elle l’appellera du nom d’Emmanuel. ” (Isaïe 7:14). Ce nom signifie “ Avec nous est Dieu ”. Des commentateurs de la Bible estiment que ces paroles ont dû se réaliser dans un premier temps en la personne d’un roi israélite ou d’un fils d’Isaïe. Cela dit, l’évangéliste Matthieu a montré que la prophétie d’Isaïe a trouvé son plein accomplissement en Jésus. — Matthieu 1:22, 23.

Certains affirment qu’en lui appliquant le nom Emmanuel la Bible enseigne que Jésus est Dieu. Mais il faudrait alors en conclure que le jeune Élihou, qui a consolé et repris Job, était également Dieu. En effet, son nom signifie “ Mon Dieu est lui ”.

Jésus n’a jamais prétendu être Dieu (Jean 14:28 ; Philippiens 2:5, 6). Néanmoins, il a reflété à la perfection la personnalité de son Père, et il a accompli toutes les promesses divines concernant le Messie (Jean 14:9 ; 2 Corinthiens 1:20). Le nom Emmanuel correspond donc bien au rôle de Jésus en tant que Semence messianique, descendant de David, celui qui prouve que Dieu est avec ceux qui l’adorent.

[Illustration]

EMMANUEL “ Avec nous est Dieu ”

[Encadré/Illustration, page 15]

Le nom le plus important

Le nom personnel de Dieu figure environ 7 000 fois dans la Bible. Représenté par les quatre lettres hébraïques יהוה, il est traditionnellement rendu en français par “ Jéhovah ”. Quelle est sa signification ? Lorsque Moïse a demandé à Dieu quel était son nom, il lui a répondu : “ Je deviendrai ce qu’il me plaît [de devenir]. ” (Exode 3:14, traduction de J. Rotherham [angl.]). Le nom personnel de Dieu est donc la garantie qu’il deviendra tout ce qui se révélera nécessaire pour accomplir ses desseins (Isaïe 55:8-11). Quand Dieu fait une promesse, nous pouvons en toute confiance axer notre vie sur elle. Pourquoi ? Parce que Dieu a pour nom Jéhovah.

[Illustration, page 13]

ABRAHAM “ Père d’une multitude ”

[Illustration, page 13]

SARA “ Princesse ”