Aller au contenu

Aller à la table des matières

Une traduction vivante de la Parole de Dieu

Une traduction vivante de la Parole de Dieu

« La parole de Dieu est vivante » (HÉB. 4:12).

CANTIQUES : 37, 116

1. a) Quelle sorte de tâche Dieu a-t-il confiée à Adam ? b) Depuis Adam, comment le peuple de Dieu se sert-il de sa capacité de parler ?

JÉHOVAH DIEU a doté ses créatures de la capacité de communiquer. Après avoir installé Adam dans sa demeure paradisiaque, il lui a confié cette tâche faisant intervenir le langage : donner un nom aux animaux. Adam s’est servi de sa créativité et de son intelligence pour trouver un nom approprié à chacun (Gen. 2:19, 20). Depuis, les serviteurs de Dieu usent continuellement de leur capacité de parler, du langage, pour louer Jéhovah et faire connaître sa volonté. Récemment, l’usage du langage s’est révélé un important moyen de favoriser le culte pur grâce à la traduction de la Bible.

2. a) Quels principes ont guidé le travail du Comité de traduction de la Bible du monde nouveau ? b) Qu’allons-nous étudier dans cet article ?

2 Il existe des milliers de traductions de la Bible, mais toutes ne transmettent pas le message des textes originaux avec la même fidélité. Dans les années 1940, le Comité de traduction de la Bible du monde nouveau a défini des principes de traduction, qui ont été respectés dans plus de 130 langues. Les voici : 1) sanctifier le nom de Dieu en le remettant à la place qui lui revient dans les Écritures (lire Matthieu 6:9) ; 2) traduire le message inspiré littéralement quand c’est possible, mais quand  une traduction littérale transmet un message erroné, restituer plutôt le sens ; 3) employer un langage facile à comprendre, qui ne décourage pas le lecteur * (lire Nehémia 8:8, 12). Voyons comment ces principes ont été appliqués à la Traduction du monde nouveau, que ce soit à l’édition anglaise révisée de 2013 ou aux éditions en d’autres langues.

L’HONNEUR DÛ AU NOM DIVIN

3, 4. a) Quels manuscrits anciens contiennent le Tétragramme ? b) Qu’ont fait de nombreuses traductions de la Bible avec le nom divin ?

3 Ceux qui étudient les manuscrits hébreux de la Bible, tels que les Rouleaux de la mer Morte, sont frappés par le nombre d’occurrences du Tétragramme, les quatre lettres hébraïques qui représentent le nom de Dieu. Ce nom figure dans ces manuscrits anciens, mais aussi dans certaines copies de la Septante, réalisées entre le IIsiècle av. n. è. et le Ier siècle de n. è.

4 Malgré les preuves évidentes que le nom sacré de Dieu doit figurer dans la Bible, de nombreuses traductions l’omettent complètement. En fait, seulement deux ans après la parution, en 1950, des Écritures grecques chrétiennes. Traduction du monde nouveau, la Revised Standard Version (une révision de l’American Standard Version) était publiée. Cette traduction omet le nom divin. Ce choix est en totale contradiction avec celui des éditeurs de l’American Standard Version, parue en 1901. Pourquoi ce changement ? Sa préface explique : « L’emploi d’un nom propre pour désigner le seul et unique Dieu [...] n’a [...] rien à voir avec la foi universelle de l’Église. » Beaucoup de traductions en anglais et en d’autres langues adopteront cette ligne de conduite.

5. Pourquoi est-il important de conserver le nom de Dieu dans la Bible ?

5 Pourquoi la présence ou l’absence du nom divin dans une traduction n’est-elle pas une question anodine ? Un traducteur compétent sait à quel point il est fondamental de comprendre l’intention d’un auteur pour faire de bons choix de traduction. Or, d’innombrables versets montrent l’importance du nom divin et de sa sanctification (Ex. 3:15 ; Ps. 83:18 ; 148:13 ; Is. 42:8 ; 43:10 ; Jean 17:6, 26 ; Actes 15:14). Par son esprit, Jéhovah Dieu, l’Auteur de la Bible, a poussé les rédacteurs à utiliser son nom abondamment (lire Ézékiel 38:23). Omettre le nom divin, présent des milliers de fois dans les manuscrits anciens, est un manque de respect envers l’Auteur de la Bible.

6. Pourquoi la Traduction du monde nouveau révisée comporte-t-elle six nouvelles occurrences du nom divin ?

6 Les preuves qu’il faut conserver le nom de Dieu dans la Bible ne diminuent pas, elles augmentent. L’édition révisée de 2013 de la Traduction du monde nouveau comporte 7216 occurrences du nom divin, soit six de plus que dans l’édition de 1984. On en trouve cinq en 1 Samuel (2:25 ; 6:3 ; 10:26 ; 23:14, 16). Ces changements ont été effectués principalement parce que les Rouleaux de la mer Morte, antérieurs de plus de 1000 ans au texte hébreu massorétique, contiennent le nom divin dans ces versets. Il a également été réintroduit en Juges 19:18, suite à une étude approfondie de manuscrits anciens.

7, 8. Quelle est l’importance du nom qui signifie « Il fait devenir » ?

7 Les vrais chrétiens attachent une grande importance au nom Jéhovah. À ce sujet, l’appendice de l’édition révisée de 2013 de la Traduction du monde nouveau et le Guide d’étude de la Parole de Dieu donnent des informations mises à jour.  Le Comité de traduction de la Bible du monde nouveau comprend que le nom Jéhovah correspond à la forme causative du verbe hébreu hawah et signifie « Il fait devenir * ». Par le passé, nos publications ont établi un lien entre cette compréhension et Exode 3:14 qui dit : « Je deviendrai ce qu’il me plaît de devenir » (voir note TMN). C’est ce qui a mené à la conclusion présentée dans l’édition de 1984 (édition de 1995 en français), qui précise que le nom divin signifie Il « se fait devenir Celui qui réalise des promesses * ». Mais l’appendice A4 de l’édition révisée de 2013 et la partie 1 du Guide d’étude de la Parole de Dieu expliquent : « Bien que le nom Jéhovah inclue cette idée, il ne se limite pas à ce que Jéhovah choisit de se faire lui-même devenir. Il englobe aussi ce que Jéhovah fait que sa création devienne pour l’accomplissement de son dessein. »

8 Jéhovah fait donc de sa création ce qu’il veut qu’elle devienne. Conformément à la signification de son nom, il a fait que Noé devienne un constructeur d’arche ; Betsalel, un maître artisan ; Guidéôn, un guerrier victorieux ; et Paul, un apôtre des nations. Oui, le nom de Dieu revêt beaucoup de sens pour son peuple. Et en aucun cas le Comité de traduction de la Bible du monde nouveau ne voudrait en minimiser l’importance en le retirant de la Bible.

9. Cite une raison pour laquelle la priorité a été donnée à la traduction de la Bible en d’autres langues.

9 Dans plus de 130 langues, les éditions de la Traduction du monde nouveau honorent le nom divin en le faisant figurer à la place qui lui revient dans le texte sacré (lire Malaki 3:16). À l’opposé, la tendance actuelle des traducteurs de la Bible est d’omettre le nom divin et de le remplacer par un titre, tel que « Seigneur », ou par le nom d’un dieu local. C’est une des principales raisons pour lesquelles le Collège central des Témoins de Jéhovah s’est fixé cette priorité : mettre à la disposition du plus grand nombre une Bible qui honore le nom divin.

UNE TRADUCTION CLAIRE ET FIDÈLE

10, 11. Cite des difficultés rencontrées par les traducteurs de certaines éditions non anglaises de la Traduction du monde nouveau.

10 La traduction du texte sacré en quantité de langues a révélé un certain nombre de problèmes. Par exemple, autrefois, la Traduction du monde nouveau en anglais a suivi le modèle d’autres bibles anglaises qui utilisaient le terme hébreu « shéol » dans des versets comme Ecclésiaste 9:10. Ce verset était rendu ainsi : « Il n’y a ni œuvre, ni plan, ni connaissance, ni sagesse dans le shéol, le lieu où tu vas. » Mais les traducteurs de nombreuses éditions non anglaises ont rencontré cette difficulté : le terme « shéol » est inconnu de la plupart de leurs lecteurs, il ne se trouve pas dans leurs dictionnaires et il ressemble à un nom géographique. Par conséquent, les traducteurs ont éclairci le sens de « shéol » et de son équivalent grec « hadès » en les remplaçant par le terme qu’ils désignent, c’est-à-dire la « tombe ».

11 Dans certaines langues, les termes hébreu nèphèsh et grec psukhê étaient systématiquement traduits par un terme semblable au mot anglais signifiant « âme », ce qui créait une certaine confusion. Pourquoi ? Parce que ce terme pourrait donner l’impression que l’« âme » est une partie immatérielle de l’homme. Cela soutiendrait la  croyance erronée selon laquelle l’« âme » est quelque chose de comparable à un esprit, et non l’homme lui-même. Par conséquent, le mot « âme » a été traduit en fonction du contexte, en accord avec les sens déjà indiqués dans les appendices des Saintes Écritures. Traduction du monde nouveau (avec notes et références). En fait, les traducteurs ont privilégié la compréhension immédiate du texte et ont souvent indiqué d’autres formulations en note.

12. De quel genre de changements l’édition anglaise révisée a-t-elle fait l’objet ? (voir également l’article « L’édition anglaise révisée de 2013 de la Traduction du monde nouveau », dans la présente édition).

12 Les questions des traducteurs ont révélé que d’autres choix de traduction pouvaient créer des confusions. C’est pourquoi, en septembre 2007, le Collège central a donné son accord pour que le texte anglais soit révisé. Au cours du travail de révision, des milliers de questions posées par les traducteurs de la Bible ont été examinées. Des expressions anglaises obsolètes ont été remplacées, et un grand travail a été fait pour rendre le texte clair et facile à comprendre, sans sacrifier la fidélité au texte source. Des choix de traduction faits dans d’autres langues ont été adoptés, ce qui a « aiguis[é] » le texte anglais (Prov. 27:17).

UNE GRANDE RECONNAISSANCE

13. Quelles réactions l’édition de 2013 a-t-elle suscitées ?

13 Quelles réactions l’édition anglaise révisée de la Traduction du monde nouveau a-t-elle suscitées ? Le siège mondial des Témoins de Jéhovah a reçu des milliers de lettres de remerciements. Ce commentaire d’une sœur résume les sentiments de beaucoup : « La Bible est une malle aux trésors débordant de joyaux inestimables. Lire facilement les mots de Jéhovah grâce à la révision de 2013, c’est comme examiner chaque joyau, en admirer les nombreuses facettes, la transparence, les couleurs et la beauté. Les Écritures transmises dans un langage simple m’ont aidée à connaître plus intimement Jéhovah. C’est comme si, à l’image d’un père qui m’entoure de ses bras, il me lisait ses mots apaisants. »

14, 15. Quelles réactions la Traduction du monde nouveau en d’autres langues que l’anglais a-t-elle suscitées ?

14 L’édition anglaise révisée n’est pas la seule à avoir suscité l’enthousiasme. Un  homme âgé, qui vit à Sofia, en Bulgarie, a dit à propos de l’édition dans sa langue : « Je lis la Bible depuis des années, mais je n’ai jamais lu une traduction aussi compréhensible et qui va droit au cœur. » Pareillement, après avoir reçu son exemplaire de l’édition complète de la Traduction du monde nouveau, une sœur albanaise s’est exclamée : « Comme la Parole de Dieu est belle en albanais ! Quel honneur d’entendre Jéhovah nous parler dans notre propre langue ! »

15 Dans de nombreux pays, les bibles sont chères et difficiles à trouver. En recevoir une est donc extraordinaire. Un rapport provenant du Rwanda déclare : « Pendant longtemps, beaucoup de gens qui étudiaient la Bible avec les frères ne progressaient pas parce qu’ils n’avaient pas de bible. Ils n’avaient pas les moyens d’acheter l’édition utilisée par l’Église locale et, souvent, ils ne comprenaient pas bien certains versets, ce qui retardait leurs progrès. » Quand la Traduction du monde nouveau a été publiée dans leur langue, les choses ont changé. Une famille rwandaise comptant quatre adolescents a dit : « Nous remercions vraiment Jéhovah et l’esclave fidèle et avisé de nous avoir donné cette Bible. Étant très pauvres, nous n’avions pas les moyens d’acheter une bible pour chaque membre de la famille. Maintenant, chacun a la sienne. Pour montrer à Jéhovah notre reconnaissance, nous la lisons en famille tous les jours. »

16, 17. a) Que veut Jéhovah pour son peuple ? b) À quoi devrions-nous être déterminés ?

16 Avec le temps, l’édition révisée de la Traduction du monde nouveau sera disponible en davantage de langues. Satan essaie d’entraver ce travail. Mais, nous le savons, Jéhovah veut que tous ses serviteurs l’écoutent leur parler dans un langage clair et compréhensible (lire Isaïe 30:21). Le jour viendra où « la terre sera remplie de la connaissance de Jéhovah comme les eaux recouvrent la mer » (Is. 11:9).

17 Soyons déterminés à tirer profit de tous les dons de Jéhovah, y compris de cette traduction qui honore son nom. Laissons-le nous parler chaque jour par sa Parole. Ses capacités illimitées lui permettent d’écouter attentivement nos prières. Grâce à cette communication, nous le connaîtrons de plus en plus intimement, ce qui renforcera notre amour pour lui (Jean 17:3).

« Quel honneur d’entendre Jéhovah nous parler dans notre propre langue ! »

^ § 2 Voir l’appendice A1 de l’édition anglaise révisée de la Traduction du monde nouveau et l’article « Comment choisir une bonne traduction de la Bible ? », dans notre édition du 1er mai 2008.

^ § 7 C’est l’explication que donnent certains ouvrages de référence, bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité parmi les biblistes.

^ § 7 Voir Les Saintes Écritures. Traduction du monde nouveau (avec notes et références), appendice 1A « Le nom divin dans les Écritures hébraïques », p. 1676.