Aller au contenu

Aller à la table des matières

Sois vigilant, Satan veut te dévorer !

Sois vigilant, Satan veut te dévorer !

« Soyez vigilants. Votre adversaire, le Diable, circule comme un lion rugissant, cherchant à dévorer quelqu’un » (1 PIERRE 5:8).

1. Explique comment une créature spirituelle est devenue Satan.

À UNE époque, il jouissait d’une bonne réputation auprès de Jéhovah. Mais un jour il a désiré l’adoration des humains. Plutôt que de rejeter ce désir inconvenant, il l’a entretenu et laissé croître jusqu’à ce qu’il donne naissance au péché (Jacq. 1:14, 15). Cette créature spirituelle est connue sous le nom de Satan, celui qui « n’a pas tenu bon dans la vérité ». Il s’est rebellé contre Jéhovah et est devenu « le père du mensonge » (Jean 8:44).

2, 3. Que révèlent les termes « Satan », « Diable », « serpent » et « dragon » au sujet du pire ennemi de Jéhovah ?

2 Depuis sa rébellion, Satan est le pire ennemi de Jéhovah et en aucun cas il n’est l’ami de l’humanité. Les titres qui lui sont attribués révèlent son degré de perversité. Satan signifie « opposant », ce qui indique que cet esprit méchant ne soutient pas la souveraineté de Dieu ; au contraire, il l’a en aversion et la combat avec virulence. Plus que toute autre chose, il voudrait qu’elle prenne fin.

3 Comme l’indique Révélation 12:9, Satan est appelé Diable, mot qui signifie « calomniateur ». Ce titre rappelle qu’il a diffamé Jéhovah en le traitant de menteur. L’expression « serpent  originel » rappelle le sombre jour où, en Éden, Satan s’est servi d’un serpent pour tromper Ève. L’expression « grand dragon » fait penser à un monstre terrifiant, une comparaison appropriée étant donné le désir féroce qu’a Satan d’entraver le dessein de Jéhovah et de détruire ses serviteurs.

4. De quoi sera-t-il question dans cet article ?

4 De toute évidence, Satan constitue la pire menace qui soit pour notre intégrité. La Bible nous fait à juste titre cette mise en garde : « Restez dans votre bon sens, soyez vigilants. Votre adversaire, le Diable, circule comme un lion rugissant, cherchant à dévorer quelqu’un » (1 Pierre 5:8). Compte tenu de cet avertissement, passons en revue trois caractéristiques de Satan. Cet examen nous montrera la nécessité de nous protéger de cet être sans scrupules, ennemi de Jéhovah et de ses serviteurs.

SATAN EST PUISSANT

5, 6. a) Donne des exemples montrant que les créatures spirituelles sont « puissant[es] par la force ». b) En quel sens Satan a-t-il « le moyen de causer la mort » ?

5 Les esprits appelés anges sont « puissants par la force » (Ps. 103:20). Ils sont supérieurs aux humains, donc plus intelligents et plus forts. Bien sûr, les anges fidèles mettent leur puissance au service du bien. Par exemple, en une occasion, un ange de Jéhovah a abattu 185 000 soldats assyriens, ennemis du peuple de Dieu. Cet exploit aurait été impossible à un humain seul, et même une armée entière aurait eu du mal à le réaliser (2 Rois 19:35). En une autre occasion, un ange s’est servi de son ingéniosité et de son pouvoir surhumains pour libérer de prison des apôtres de Jésus. Cette créature spirituelle a déjoué les mesures de sécurité, déverrouillé les portes, fait sortir les apôtres et reverrouillé les portes, tout cela en présence des gardes ! (Actes 5:18-23).

6 Si les créatures spirituelles fidèles mettent leur puissance au service du bien, Satan met la sienne au service du mal. Et quelle puissance et quelle influence il a ! Les Écritures l’appellent « le chef de ce monde » et « le dieu de ce système de choses » (Jean 12:31 ; 2 Cor. 4:4). Satan le Diable a même « le moyen de causer la mort » (Héb. 2:14). Cela ne veut pas dire qu’il tue directement tous les humains. Mais sa mentalité meurtrière imprègne le monde. De plus, Ève ayant cru au mensonge de Satan et Adam ayant désobéi à Dieu, le péché et la mort se sont étendus à toute l’humanité (Rom. 5:12). C’est en ce sens que le Diable a « le moyen de causer la mort ». Comme Jésus l’a dit, c’est « un homicide » (Jean 8:44). Quel ennemi puissant !

7. Quelles preuves de leur puissance les démons ont-ils données ?

7 En nous opposant à Satan, nous prenons position contre lui, mais aussi contre tous ceux qui se rangent de son côté dans la question de la souveraineté universelle. Parmi eux figure un groupe important d’autres esprits rebelles, ou démons (Rév. 12:3, 4). Les démons ont prouvé leur force surhumaine à de multiples reprises ; ceux qu’ils tourmentaient souffraient atrocement (Mat. 8:28-32 ; Marc 5:1-5). Ne sous-estime jamais le pouvoir de ces anges méchants ni celui du « chef des démons » (Mat. 9:34). Sans l’aide de Jéhovah, il nous serait impossible de gagner le combat contre Satan.

SATAN EST CRUEL

8. a) Quel objectif Satan vise-t-il ? (voir illustration du titre). b) D’après ce que tu as pu observer, comment le monde actuel reflète-t-il la mentalité cruelle de Satan ?

8 L’apôtre Pierre a comparé Satan à « un lion rugissant ». Selon un commentaire  biblique, le mot grec traduit par « rugissant » suggère « le hurlement d’une bête terriblement affamée ». Cette image illustre bien la cruauté de Satan ! Bien que le monde entier se trouve déjà en son pouvoir, il n’est pas rassasié (1 Jean 5:19). Pour lui, le monde est un simple « amuse-gueule ». Le « plat de résistance », c’est le reste oint, auquel s’associent les « autres brebis » (Jean 10:16 ; Rév. 12:17). Il est résolu à dévorer les serviteurs de Jéhovah. Les vagues de persécutions qu’il a fait s’abattre, du Ier siècle à aujourd’hui, sur les disciples de Jésus témoignent de sa mentalité cruelle.

9, 10. a) Comment Satan a-t-il essayé de contrecarrer le dessein de Dieu à l’égard de la nation d’Israël ? Donne des exemples. b) Quelle raison particulière Satan avait-il de prendre pour cible l’Israël antique ? c) D’après toi, que ressent le Diable lorsqu’un serviteur de Jéhovah de notre époque commet un péché grave ?

9 Dans ses tentatives pour contrecarrer le dessein de Dieu, Satan se montre cruel d’une autre façon encore. Un lion affamé n’a aucune pitié pour sa proie. Avant de la tuer, il n’éprouve aucune compassion et ensuite, aucun remords. De même, le Diable n’a aucune pitié pour ceux qu’il essaie de dévorer. Pense au nombre de fois où il a dû se trouver tapi dans l’ombre au moment où les Israélites ont succombé à des péchés comme l’immoralité sexuelle et l’avidité. Quand tu lis par exemple les conséquences désastreuses que l’immoral Zimri et l’avide Guéhazi ont récoltées, « vois »-tu le lion rugissant se délecter de sa proie ? (Nomb. 25:6-8, 14, 15 ; 2 Rois 5:20-27).

Quand un serviteur de Jéhovah commet un péché, Satan se réjouit (voir paragraphe 10).

10 Satan avait une raison particulière de prendre pour cible l’antique nation d’Israël. Ne devait-elle pas produire le Messie, celui-là même qui écraserait le serpent et justifierait la souveraineté divine ? (Gen. 3:15). Satan ne voulait pas que les Israélites prospèrent. C’est pourquoi il a tenté avec sadisme de les souiller par le péché. N’imagine pas qu’il s’est apitoyé sur David quand celui-ci a commis l’adultère, ou qu’il a compati quand Moïse a été jugé indigne d’entrer en Terre Promise. Non, quand un serviteur de Dieu est souillé par un péché grave,  Satan se réjouit. À vrai dire, il se peut qu’il utilise de telles victoires pour provoquer Jéhovah (Prov. 27:11).

11. Qu’est-ce qui a pu inciter Satan à prendre Sara pour cible ?

11 Satan avait une animosité particulière contre la lignée qui devait mener au Messie. Réfléchis à ce qui s’est passé peu de temps après qu’Abraham s’est vu promettre de devenir « une grande nation » (Gen. 12:1-3). Alors qu’Abraham et Sara étaient en Égypte, Pharaon a fait venir Sara chez lui, de toute évidence pour qu’elle devienne sa femme. Cependant, Jéhovah est intervenu et a sauvé Sara de cette situation qui menaçait sa moralité (lire Genèse 12:14-20). Peu de temps avant la naissance d’Isaac, une situation semblable s’est produite à Guérar (Gen. 20:1-7). Satan se tenait-il en coulisse dans les deux cas ? Espérait-il que Sara, qui avait quitté la ville prospère d’Our pour vivre sous des tentes, serait séduite par les palais luxueux de Pharaon et d’Abimélek ? Pensait-il qu’elle trahirait son mari — et Jéhovah —, et qu’elle contracterait un mariage adultère ? La Bible ne le dit pas, mais nous avons de bonnes raisons de penser que le Diable aurait jubilé s’il avait pu rendre Sara indigne de donner naissance à la descendance promise. Il n’aurait pas éprouvé la moindre culpabilité si cette femme vertueuse avait gâché son couple, sa réputation et ses relations avec Jéhovah. Quel être cruel !

12, 13. a) Après la naissance de Jésus, comment la cruauté de Satan s’est-elle manifestée ? b) À ton avis, qu’éprouve Satan envers les jeunes qui aiment Jéhovah et s’efforcent de le servir ?

12 Des siècles après Abraham, Jésus est venu au monde. N’imagine pas que Satan a trouvé le nouveau-né beau ou attendrissant. Non, car il savait qu’une fois adulte, ce nourrisson deviendrait le Messie promis. En effet, Jésus était la partie principale de la descendance d’Abraham, celui qui à terme « détruir[ait] les œuvres du Diable » (1 Jean 3:8). Satan s’est-il dit qu’en ôtant la vie à un bébé, il dépasserait les bornes ? Non. Il ne respecte aucun code moral. Et après la naissance de Jésus, il n’a pas hésité.

13 Quand des astrologues sont venus se renseigner sur « celui qui [était] né roi des Juifs », le roi Hérode, extrêmement troublé, a décidé de faire tuer l’enfant (Mat. 2:1-3, 13). Pour être sûr d’y parvenir, il a ordonné l’exécution, dans Bethléhem et ses environs, de tous les garçons de deux ans et moins (lire Matthieu 2:13-18). Bien que Jésus ait échappé à cet abominable massacre, qu’est-ce que cette histoire révèle sur notre ennemi Satan ? Qu’il n’accorde de toute évidence aucun prix à la vie humaine. Il n’éprouve absolument aucune tendresse pour les enfants. C’est vraiment « un lion rugissant ». Ne sous-estime jamais sa cruauté !

SATAN EST TROMPEUR

14, 15. Comment Satan aveugle-t-il l’intelligence des incrédules ?

14 Ce n’est qu’en usant de tromperie que Satan parvient à dresser des humains contre Jéhovah, le Dieu d’amour (1 Jean 4:8). Par la tromperie, il empêche les gens d’être « conscients de leur pauvreté spirituelle » (Mat. 5:3). Ainsi, il « aveugl[e] l’intelligence des incrédules, pour que la lumière de la glorieuse bonne nouvelle concernant le Christ, qui est l’image de Dieu, ne puisse percer » (2 Cor. 4:4).

15 La fausse religion est un des moyens les plus efficaces de Satan pour tromper les humains. Quand des humains vouent un culte à leurs ancêtres, à la nature ou à des animaux, en somme à n’importe qui ou à n’importe quoi sauf à Jéhovah, « qui  exige un attachement exclusif », comme il doit être content ! (Ex. 20:5). Même parmi ceux qui pensent adorer Dieu de la bonne façon, beaucoup sont enchaînés par des croyances fausses et des rites inutiles. Leur condition est pitoyable. Elle rappelle celle d’humains que Jéhovah a suppliés en ces termes : « Pourquoi continuez-vous à dépenser de l’argent pour ce qui n’est pas du pain, et pourquoi votre labeur est-il pour ce qui ne procure pas la satiété ? Écoutez-moi attentivement, et mangez ce qui est bon, et que votre âme se délecte de graisse » (Is. 55:2).

16, 17. a) Pourquoi Jésus a-t-il dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! » ? b) Comment Satan pourrait-il nous tromper en rapport avec l’urgence de notre époque ?

16 Satan peut berner même des serviteurs de Jéhovah zélés. Songe à ce qui s’est passé lorsque Jésus a dit à ses disciples qu’il était sur le point d’être tué. Sans doute avec de bonnes intentions, l’apôtre Pierre l’a pris à part et lui a dit : « Sois bon avec toi, Seigneur ; non, tu n’auras pas un tel sort. » La réponse de Jésus a été ferme : « Passe derrière moi, Satan ! » (Mat. 16:22, 23). Pourquoi Jésus a-t-il appelé Pierre « Satan » ? Parce qu’il mesurait bien ce qui était sur le point de se produire. L’heure où il allait mourir en sacrifice rédempteur et prouver que le Diable est un menteur approchait. En cet instant critique de l’histoire humaine, il lui fallait être tout sauf « bon » avec lui. Ce que voulait Satan, c’était précisément qu’il baisse sa garde.

17 Alors que la fin de ce système de choses approche, nous vivons, nous aussi, des temps critiques. Satan veut que nous relâchions notre garde. Il veut que nous soyons « bon[s] » avec nous-mêmes en nous faisant une place dans ce monde, ce qui nous ferait perdre notre sentiment d’urgence. Ne tombe pas dans ce piège ! Au contraire, « veill[e] » (Mat. 24:42). Ne te fais pas avoir par la propagande trompeuse de Satan, selon laquelle la fin est encore loin ou n’arrivera pas.

18, 19. a) Comment, pour ce qui est de l’opinion que nous avons de nous-mêmes, Satan peut-il essayer de nous tromper ? b) Comment Jéhovah nous aide-t-il à rester dans notre bon sens et à être vigilants ?

18 Satan essaie de nous tromper d’une autre façon encore. Il aimerait nous faire croire que, du point de vue de Dieu, nous ne méritons pas d’être aimés et que nos péchés sont impardonnables. Cela fait partie de sa propagande trompeuse. Car en réalité, qui est particulièrement indigne d’amour aux yeux de Jéhovah ? C’est Satan. Qui est impardonnable ? Là encore, c’est Satan. Par contre, la Bible garantit : « Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et l’amour que vous avez montré pour son nom » (Héb. 6:10). Jéhovah accorde de la valeur aux efforts que nous faisons pour lui plaire, et notre service n’est absolument pas vain (lire 1 Corinthiens 15:58). Alors ne nous laissons pas berner par la propagande mensongère de Satan.

19 Ainsi, Satan est puissant, cruel et trompeur. Comment pouvons-nous remporter le combat contre un ennemi si impressionnant ? Jéhovah ne nous laisse pas sans défense. Sa Parole nous renseigne sur les méthodes de Satan de sorte que « nous n’ignorons pas ses intentions » (2 Cor. 2:11). Quand nous comprenons ses tactiques, nous sommes mieux à même de rester dans notre bon sens et d’être vigilants. Mais le seul fait de connaître les intentions de Satan n’est pas suffisant. La Bible déclare : « Opposez-vous au Diable, et il fuira loin de vous » (Jacq. 4:7). L’article suivant examinera trois aspects sous lesquels nous pouvons combattre Satan avec succès.