Aller au contenu

Aller au sommaire

Fais constamment confiance à Jéhovah !

Fais constamment confiance à Jéhovah !

« Mets en lui ta confiance en tout temps, ô peuple ! » (PS. 62:8).

1-3. Comment la confiance de Paul en Jéhovah a-t-elle été fortifiée ? (voir illustration du titre).

AU Ier SIÈCLE, être chrétien à Rome n’était pas sans risques. Accusés d’avoir incendié la ville en 64 de n. è. et de haïr le genre humain, les disciples de Christ étaient l’objet d’une hostilité intense. Si tu avais été chrétien à l’époque, tu aurais couru chaque jour le risque de te faire arrêter et torturer. Certains de tes frères et sœurs spirituels auraient été mis en pièces par des bêtes sauvages ou cloués à un poteau et brûlés vifs pour servir d’éclairage nocturne.

2 C’est probablement dans ce contexte instable que l’apôtre Paul a été emprisonné à Rome pour la deuxième fois. Des chrétiens viendraient-ils à son aide ? Dans un premier temps, Paul a dû avoir des doutes à ce sujet parce qu’il a écrit à Timothée : « Dans ma première défense, personne ne se trouvait à mes côtés, mais tous m’ont abandonné — que cela ne soit pas porté à leur compte. » Malgré tout, l’apôtre admet qu’il n’a pas été complètement sans aide. Il ajoute en effet : « Mais le Seigneur s’est tenu près de moi et m’a infusé de la puissance. » Oui, par l’intermédiaire du Seigneur Jésus, Jéhovah lui a donné la puissance  dont il avait besoin. Cette aide a-t-elle été efficace ? Paul dit : « J’ai été délivré de la gueule du lion * » (2 Tim. 4:16, 17).

3 Ce souvenir a dû affermir Paul. Il l’a sûrement convaincu que Jéhovah le fortifierait pour endurer les épreuves du moment et toute éventuelle difficulté à venir. L’apôtre a d’ailleurs enchaîné ainsi : « Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise » (2 Tim. 4:18). Oui, il avait appris que, même quand l’aide humaine est limitée, celle qu’apportent Jéhovah et son Fils est réelle !

DES OCCASIONS DE « METTRE TA CONFIANCE EN JÉHOVAH »

4, 5. a) De qui peux-tu à tout moment recevoir de l’aide ? b) Comment peux-tu consolider ta relation avec Jéhovah ?

4 Face à une situation difficile, te sens-tu parfois très seul ? Ce peut être le chômage, les pressions à l’école, un problème de santé... Tu as peut-être demandé de l’aide autour de toi, mais tu as été déçu : on ne t’a pas apporté ce dont tu avais besoin. Le fait est que certaines difficultés ne peuvent se résoudre grâce à l’aide de simples humains. Dans ce genre de situations, l’encouragement biblique à « met[tre] [s]a confiance en Jéhovah » est-il vide de sens ? (Prov. 3:5, 6). N’est-il d’aucune utilité ? Certainement pas ! L’aide divine est des plus réelles, comme l’illustrent de nombreux récits bibliques.

5 Par conséquent, plutôt que de nourrir du ressentiment quand l’aide humaine s’avère limitée, porte sur ce genre de situations le même regard que Paul : vois-les comme des occasions de te reposer entièrement sur Jéhovah et de faire directement l’objet de son attention pleine d’amour. Ta confiance en lui s’en trouvera fortifiée et ta relation avec lui sera toujours plus authentique.

LA CONFIANCE EST ESSENTIELLE À NOTRE RELATION AVEC DIEU

6. Pourquoi, en cas d’épreuve, peut-il être particulièrement difficile d’avoir confiance en Dieu ?

6 Est-il possible de parler à Jéhovah d’une situation éprouvante, puis de se sentir en paix, sachant qu’on a fait ce qu’on pouvait pour la résoudre et que Jéhovah s’occupera du reste ? Oui, c’est possible ! (lire Psaume 62:8 ; 1 Pierre 5:7). Si l’on veut avoir une bonne relation avec Jéhovah, il est important d’apprendre à agir ainsi. Cela dit, il n’est pas toujours facile d’être sûrs que Jéhovah nous donnera ce dont nous avons besoin. Pourquoi ? Entre autres choses parce qu’il ne répond pas toujours immédiatement aux prières (Ps. 13:1, 2 ; 74:10 ; 89:46 ; 90:13 ; Hab. 1:2).

7. Pourquoi Jéhovah ne répond-il pas toujours immédiatement à nos prières ?

7 Pourquoi Jéhovah ne répond-il pas immédiatement à chacune de nos demandes ? Souvenons-nous qu’il compare notre relation avec lui à celle d’enfants avec leur père (Ps. 103:13). Un enfant ne peut à bon droit espérer que ses parents accèdent à toutes ses demandes, ni qu’ils le fassent immédiatement. Certaines de ses demandes ne sont peut-être que des caprices, des passades. Pour d’autres demandes, les parents estimeront qu’il faut attendre. D’autres encore ne sont peut-être pas dans l’intérêt de l’enfant ou des personnes concernées. De plus, accéder immédiatement à toutes les requêtes d’un enfant changerait la relation parent-enfant en une relation maître-esclave, le maître étant l’enfant. Pareillement, Jéhovah peut, dans notre intérêt, laisser passer du temps avant que sa réponse à nos prières ne devienne manifeste. C’est son droit : il est notre Créateur plein de sagesse, notre Maître plein d’amour et notre Père céleste. S’il satisfaisait toutes nos demandes immédiatement,  cela dénaturerait notre relation avec lui (cf. Isaïe 29:16 ; 45:9).

8. Que promet Jéhovah concernant nos limites ?

8 Autre point important : Jéhovah connaît parfaitement nos limites (Ps. 103:14). Par conséquent, il ne s’attend pas à ce que nous endurions par notre propre force. Il nous offre son aide paternelle. Bien sûr, par moments, nous avons peut-être l’impression de ne plus pouvoir avancer. Mais il nous promet qu’il ne permettra jamais que ses serviteurs souffrent au-delà de ce qu’ils peuvent supporter. Oui, il « préparera [...] l’issue » (lire 1 Corinthiens 10:13). Nous pouvons donc être sûrs qu’il évalue parfaitement ce que nous sommes capables de supporter.

9. Que devrions-nous faire quand le soulagement ne suit pas immédiatement nos prières ?

9 Quand le soulagement n’arrive pas immédiatement après nos appels à l’aide, attendons Celui qui sait exactement quand agir en notre faveur. N’oublie pas qu’il tient à nous venir en aide, mais que lui aussi exerce la patience. « Jéhovah continuera d’attendre pour vous témoigner de la faveur, et c’est pourquoi il se lèvera pour vous faire miséricorde. Car Jéhovah est un Dieu de jugement. Heureux tous ceux qui continuent de l’attendre » (Is. 30:18).

« LA GUEULE DU LION »

10-12. a) Qu’est-ce qui pourrait compliquer la tâche d’un chrétien qui s’occupe d’un parent souffrant d’une maladie chronique ? b) Quel effet notre confiance en Jéhovah en période difficile aura-t-elle sur notre relation avec lui ? Cite un fait.

10 Quand l’épreuve est rude, il peut t’arriver, comme Paul, d’avoir l’impression de te trouver dans « la gueule du lion », ou en tout cas extrêmement près. Ce sont des moments où il est très difficile, mais aussi très important, de faire confiance à Jéhovah. Suppose que tu t’occupes d’un membre de ta famille qui souffre d’une maladie chronique *. Peut-être as-tu demandé à Jéhovah de la sagesse et de la force. Une fois que tu as fait tout ce que tu pouvais, n’éprouves-tu pas une certaine paix à savoir que Jéhovah a l’œil sur toi et qu’il te donnera ce qu’il faut pour endurer ? (Ps. 32:8).

11 Certaines circonstances pourraient t’amener à en douter. Tu entends peut-être des avis médicaux contradictoires. Ou encore des parents, de la part de qui tu espérais du réconfort, semblent plutôt compliquer les choses. Continue à demander de la force à Jéhovah. Continue à t’approcher de lui (lire 1 Samuel 30:3, 6). Quand tu te rendras compte de la façon dont Jéhovah t’a aidé, ta relation avec lui sera plus forte.

12 C’est ce qu’a vérifié Linda * après avoir passé quelques années à prendre soin de ses parents malades et en fin de vie. « Au cœur de l’épreuve, mon mari, mon frère et moi ne savions pas toujours quoi faire. Nous nous sentions parfois impuissants. Mais en y repensant, nous voyons plus clairement comment Jéhovah a été avec nous. Il nous a fortifiés et nous a donné exactement ce dont nous avions besoin, même quand nous pensions être à court de solutions. »

13. Comment la confiance en Jéhovah a-t-elle aidé une sœur à supporter une succession de drames ?

13 Une confiance absolue en Jéhovah peut également nous soutenir quand le malheur frappe. Parlons de Rhonda : Son mari, non Témoin, a demandé le divorce. À la même période, son frère a découvert qu’il souffrait d’un lupus, une maladie  potentiellement mortelle. Quelques mois plus tard, la femme de son frère est décédée. Quand elle s’est sentie à peu près remise de ces drames, Rhonda est devenue pionnière permanente. Peu après, elle a perdu sa mère. Qu’est-ce qui l’a aidée à tenir bon ? « Je parlais à Jéhovah tous les jours, même pour prendre de petites décisions. Cette habitude l’a rendu plus réel à mes yeux. Ça m’a appris à me reposer sur lui plutôt que sur moi ou sur qui que ce soit d’autre. Et le soutien qu’il m’a apporté était réel : tous mes besoins ont été comblés. En fait, j’ai vu ce que travailler main dans la main avec Jéhovah veut dire. »

Même dans le cercle familial, il peut survenir des difficultés qui mettent notre relation avec Jéhovah à l’épreuve (voir paragraphes 14-16).

14. De quoi peut être convaincu un chrétien fidèle dont un membre de la famille est excommunié ?

14 Réfléchis à une autre situation. Suppose qu’un membre de ta famille soit excommunié. Ton étude de la Bible t’a appris quel comportement adopter envers les excommuniés (1 Cor. 5:11 ; 2 Jean 10). Pourtant, soutenir une décision d’excommunication peut parfois sembler très difficile, voire impossible *. Es-tu convaincu que ton Père céleste te donnera la force morale dont tu as besoin pour respecter résolument les conseils bibliques sur l’excommunication ? Vois-tu là une occasion de devenir plus proche de Jéhovah et de consolider ainsi ta relation avec lui ?

15. Pourquoi Adam a-t-il désobéi au commandement donné par Jéhovah en Éden ?

15 À ce propos, réfléchis un instant au premier homme, Adam. A-t-il vraiment cru qu’il pourrait désobéir à Jéhovah et continuer de vivre ? Non, car les  Écritures nous disent qu’Adam « n’a pas été trompé » (1 Tim. 2:14). Alors pourquoi a-t-il désobéi ? Il a sans doute mangé du fruit qu’Ève lui tendait en raison de son désir pour elle. Il a écouté la voix de sa femme plutôt que celle de son Dieu, Jéhovah (Gen. 3:6, 17).

16. Envers qui ton amour doit-il être le plus fort, et pourquoi ?

16 Cela sous-entend-il que nous ne devrions pas aimer notre famille de tout cœur ? Non, bien sûr ! Mais nous devons aimer Jéhovah plus intensément (lire Matthieu 22:37, 38). En fait, c’est dans l’intérêt de nos proches, et ce, qu’ils servent actuellement Jéhovah ou non. Alors continue à renforcer ton amour pour Jéhovah et ta confiance en lui. Et si l’excommunication d’un proche t’affecte particulièrement, épanche-toi auprès de Dieu * (Rom. 12:12 ; Phil. 4:6, 7). Tire parti de cette situation déchirante pour rendre ta relation avec lui plus réelle. Ainsi, tu t’en remettras à lui pour que cette situation connaisse le meilleur dénouement possible.

EN ATTENDANT

Montre ta confiance en Jéhovah en restant absorbé dans son œuvre (voir paragraphe 17).

17. Si nous restons actifs dans la prédication, de quoi pouvons-nous être convaincus ?

17 Dans quel but Paul a-t-il été « délivré de la gueule du lion » ? Il déclare : « Afin que par mon intermédiaire la prédication soit pleinement accomplie et que toutes les nations l’entendent » (2 Tim. 4:17). Étant, comme Paul, absorbés dans l’œuvre de prédication, nous sommes convaincus que Jéhovah fera en sorte que toutes les autres choses nécessaires « [n]ous [soient] ajoutées » (Mat. 6:33). Nous sommes des prédicateurs du Royaume : Jéhovah nous a « chargés de la bonne nouvelle » et il nous considère comme ses « compagnons de travail » (1 Thess. 2:4 ; 1 Cor. 3:9). En étant aussi actifs que possible dans l’œuvre de Dieu, il nous sera plus facile d’attendre du soulagement.

18. De quelles manières pouvons-nous renforcer notre confiance en Jéhovah et notre relation avec lui ?

18 Mettons donc l’époque présente à profit pour renforcer notre relation avec Jéhovah. Si une situation nous cause de l’inquiétude, qu’elle soit pour nous une occasion de nous rapprocher de lui. Si nous nous plongeons dans sa Parole, si nous prions sans cesse et si nous nous absorbons dans les activités chrétiennes, soyons convaincus qu’il peut — et va — nous soutenir dans nos épreuves présentes et à venir.

^ § 2 « La gueule du lion » dont Paul a été délivré a pu être littérale ou figurée.

^ § 10 Nous avons publié des articles pour aider les chrétiens à faire face à la maladie et pour aider ceux qui s’occupent d’eux. Voir les éditions de Réveillez-vous ! suivantes : 8 février 1994 ; 8 février 1997 ; 22 mai 2000 et 22 janvier 2001.

^ § 12 Les prénoms ont été changés.

^ § 14 Voir, dans la présente édition, l’article « Pourquoi l’excommunication est une disposition pleine d’amour ».

^ § 16 Nous avons publié des articles pour aider les chrétiens dont un membre de la famille a quitté Jéhovah. Voir nos éditions du 1er septembre 2006 (pages 17- 21) et du 15 janvier 2007 (pages 17- 20).