Aller au contenu

Aller au sommaire

Soutenons fidèlement les frères de Christ

Soutenons fidèlement les frères de Christ

« Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (MAT. 25:40).

1, 2. a) Quels exemples Jésus a-t-il donnés à ses proches compagnons ? (voir illustration du titre). b) Que nous faut-il savoir sur l’exemple des brebis et des chèvres ?

JÉSUS est en grande conversation avec Pierre, André, Jacques et Jean, ses proches compagnons. Il vient de leur donner les exemples de l’esclave fidèle et avisé, des dix vierges et des talents. Il termine par un autre exemple, dans lequel il parle d’une époque où « le Fils de l’homme » jugera « toutes les nations ». Comme cet exemple a dû captiver ses disciples ! Jésus y oppose deux groupes d’humains : les uns sont considérés comme des brebis, les autres, comme des chèvres. Et il mentionne un troisième groupe important, qu’il appelle les « frères » du « roi » (lire Matthieu 25:31-46).

2 Le peuple de Jéhovah s’intéresse depuis longtemps à cet exemple, et à juste titre, puisque Jésus y parle du sort des humains. Il y révèle pourquoi certains recevront la vie éternelle tandis que d’autres seront définitivement retranchés. Notre vie dépend de notre compréhension et de notre mise en pratique de ces vérités transmises par Jésus. Nous avons donc tout intérêt à nous demander : Quel éclairage Jéhovah  a-t-il progressivement jeté sur cet exemple ? Pourquoi pouvons-nous dire que cet exemple souligne l’importance de l’œuvre de prédication ? Qui au juste reçoit la mission de prêcher ? Enfin, pourquoi est-ce le moment d’être fidèles au « roi » et à ceux qu’il appelle « mes frères » ?

UN ÉCLAIRAGE PROGRESSIF

3, 4. a) Quels points importants devons-nous saisir pour comprendre l’exemple des brebis et des chèvres ? b) Comment, en 1881, La Tour de Garde a-t-elle expliqué cet exemple ?

3 Pour bien comprendre l’exemple des brebis et des chèvres, il nous faut saisir trois points importants : l’identité des personnages, le moment du jugement, et la raison pour laquelle un individu est déclaré soit brebis soit chèvre.

4 En 1881, La Tour de Garde (angl.) a identifié « le Fils de l’homme », aussi appelé « le roi », à Jésus. Les premiers Étudiants de la Bible comprenaient que l’expression traduite dans la Bible du roi Jacques (angl.) par « mes frères » désignait ceux qui régneraient avec Christ ainsi que tous les humains une fois qu’ils seraient amenés à la perfection terrestre. Ils pensaient que la séparation entre les brebis et les chèvres aurait lieu pendant le Règne millénaire de Christ. Ils croyaient qu’un humain était considéré comme une brebis grâce à son obéissance à la loi divine de l’amour.

5. Comment, dans les années 1920, notre compréhension a-t-elle été affinée ?

5 Au début des années 1920, Jéhovah a aidé ses serviteurs à affiner leur compréhension de cet exemple. La Tour de Garde du 15 octobre 1923 (angl.) affirmait que « le Fils de l’homme » est Jésus. Mais s’appuyant sur des arguments bibliques solides, elle a limité l’identité des frères de Christ à ceux qui régneraient avec lui au ciel, et indiqué que les brebis sont les humains qui espèrent vivre sur terre sous la domination du Royaume de Christ. Que dire du moment de la séparation entre les brebis et les chèvres ? L’article déclarait que, durant le Règne de mille ans, les frères de Christ régneraient avec lui depuis le ciel. Ils ne pourraient donc pas être soutenus ou délaissés par un groupe terrestre. Par conséquent, la séparation entre les brebis et les chèvres devrait avoir lieu avant le début du Règne de mille ans. Quant à la raison pour laquelle un humain est déclaré brebis, l’article expliquait qu’il fallait accepter Jésus comme Seigneur et croire que seul le Royaume apporterait une vie meilleure.

6. Comment, dans les années 1990, notre compréhension s’est-elle encore affinée ?

6 À la suite de cette nouvelle compréhension, les serviteurs de Jéhovah ont pensé que les humains étaient déclarés brebis ou chèvres tout au long de l’achèvement du système de choses, en fonction de leur réaction au message du Royaume. Cependant, au milieu des années 1990, notre compréhension s’est affinée. Deux articles de La Tour de Garde du 15 octobre 1995 relevaient des similitudes entre les paroles de Jésus en Matthieu 24:29-31 (lire) et en Matthieu 25:31, 32 (lire). Quelle en était la conclusion ? L’article principal expliquait : « L’énoncé du jugement sur les brebis et les chèvres est encore à venir. » Quand aura-t-il lieu exactement ? « Il aura lieu après que la “tribulation” mentionnée en Matthieu 24:29, 30 aura éclaté et que le Fils de l’homme sera “arriv[é] dans sa gloire”. [...] Alors, l’ensemble du système méchant étant arrivé à sa fin, Jésus tiendra audience, rendra son jugement et l’exécutera *. »

7. Que comprenons-nous clairement aujourd’hui ?

 7 Aujourd’hui, nous comprenons clairement l’exemple des brebis et des chèvres. Voici l’identité des personnages : « le Fils de l’homme », le Roi, est Jésus. Ceux que le Roi appelle « mes frères » sont les hommes et les femmes oints de l’esprit, qui régneront avec lui depuis le ciel (Rom. 8:16, 17). « Les brebis » et « les chèvres » représentent les humains issus de toutes les nations qui, quant à eux, ne sont pas oints de l’esprit saint. Et le moment du jugement ? Ce jugement aura lieu vers la fin de la grande tribulation maintenant proche. Que dire de la raison pour laquelle une personne est déclarée soit brebis soit chèvre ? Son sort dépendra de la façon dont elle aura agi envers les frères oints de Christ encore sur terre. La fin de l’actuel système de choses étant extrêmement proche, nous sommes vivement reconnaissants à Jéhovah d’avoir peu à peu fait la lumière sur cet exemple et les trois autres, consignés en Matthieu chapitres 24 et 25, qui lui sont étroitement liés.

COMMENT CET EXEMPLE MET-IL L’ACCENT SUR LA PRÉDICATION ?

8, 9. Pourquoi les brebis sont-elles qualifiées de « justes » ?

8 Dans l’exemple des brebis et des chèvres, Jésus ne mentionne pas explicitement l’œuvre de prédication. Alors pourquoi affirmer que cet exemple souligne l’importance de la prédication ?

9 Premièrement, parce que Jésus est précisément en train d’enseigner par le moyen d’un exemple. Évidemment, il ne parle pas d’une séparation entre des brebis et des chèvres littérales. De même, il ne dit pas que, pour être déclaré brebis, un humain doit littéralement nourrir un de ses frères, le vêtir, en prendre soin ou lui rendre visite en prison. Il illustre plutôt l’état d’esprit que les brebis symboliques manifestent envers ses frères. Il qualifie ces brebis de « justes » parce qu’elles comprennent que Christ a un groupe de frères oints encore sur terre et parce qu’elles les soutiennent fidèlement durant ces derniers jours critiques (Mat. 10:40-42 ; 25:40, 46 ; 2 Tim. 3:1-5).

10. Comment les brebis peuvent-elles faire preuve de bonté envers les frères de Christ ?

10 Deuxièmement, examinons le contexte de la parabole. Jésus est en train de parler du signe de sa présence et de l’achèvement du système de choses (Mat. 24:3). Plus tôt dans son exposé, il a signalé un aspect remarquable de ce signe : la bonne nouvelle du Royaume serait « prêchée dans toute la terre habitée » (Mat. 24:14). De plus, juste avant l’exemple des brebis et des chèvres, il a donné celui des talents. Comme l’explique l’article qui précède, Jésus a donné l’exemple des talents pour montrer à ses disciples oints de l’esprit, à ses « frères », l’importance de s’engager avec zèle dans la prédication. Toutefois, le petit nombre d’oints qui restent sur terre durant sa présence se trouvent face à une tâche gigantesque : prêcher à « toutes les nations » avant que ne vienne la fin. Or, l’exemple des brebis et des chèvres montre que les oints auraient de l’aide. Par conséquent, une des principales façons dont les humains déclarés brebis font preuve de bonté envers les frères de Christ consiste à les soutenir dans l’œuvre de prédication. Mais de quel genre de soutien s’agit-il ? N’est-ce qu’un soutien d’ordre matériel et moral ?

QUI DOIT PRÊCHER ?

11. Quelle question pourrait se poser, et pourquoi ?

11 Aujourd’hui, la vaste majorité des huit millions de disciples de Jésus ne  sont pas oints de l’esprit. Ils n’ont pas reçu les talents que Jésus a donnés à ses esclaves oints (Mat. 25:14-18). La question suivante pourrait donc se poser : « La mission de prêcher incombe-t-elle vraiment aux humains non oints de l’esprit ? » Oui, et pour de nombreuses raisons. Examinons-en quelques-unes.

12. Que nous enseignent les paroles de Jésus consignées en Matthieu 28:19, 20 ?

12 Jésus a chargé tous ses disciples de prêcher. Après sa résurrection, Jésus a dit à ses disciples de faire à leur tour des disciples, leur enseignant à observer « tout » ce qu’il leur avait commandé. Parmi ces commandements figure la mission de prêcher (lire Matthieu 28:19, 20). Par conséquent, tous les disciples de Christ sont tenus de prêcher, que leur espérance soit de régner du ciel ou de vivre sur terre (Actes 10:42).

13. Qu’indique la vision que Jean a reçue, et pourquoi ?

13 Le livre de la Révélation indique que l’œuvre de prédication ne serait pas accomplie uniquement par les oints. Dans une vision, Jésus a montré à l’apôtre Jean « l’épouse » (les 144 000 humains oints qui régneront avec Christ au ciel) en train d’inviter d’autres humains à « pren[dre] l’eau de la vie gratuitement » (Rév. 14:1, 3 ; 22:17). Cette eau est symbolique ; elle représente les dispositions prises par Jéhovah sur la base du sacrifice rédempteur de Christ pour libérer l’humanité du péché et de la mort (Mat. 20:28 ; Jean 3:16 ; 1 Jean 4:9, 10). La rançon est au centre du message que nous prêchons, et les oints sont les premiers à aider leur prochain à la découvrir et à en profiter (1 Cor. 1:23). Mais dans la vision, Jean voit d’autres personnes, qui ne constituent pas l’épouse. Il leur est, à elles aussi, demandé de dire : « Viens ! » Obéissantes,  elles invitent à leur tour leur prochain à prendre l’eau de la vie. Ce second groupe, ce sont les humains ayant l’espérance de vivre sur terre. Par conséquent, cette vision de Jean indique clairement que tous ceux qui « vienn[ent] » en réponse à l’invitation ont la responsabilité de prêcher.

14. Que signifie obéir à « la loi du Christ » ?

14 Toute personne tenue par « la loi du Christ » doit prêcher (Gal. 6:2). Jéhovah n’a pas deux poids, deux mesures. Il avait par exemple dit aux Israélites : « Il existera une même loi pour l’indigène et pour le résident étranger qui réside comme étranger au milieu de vous » (Ex. 12:49 ; Lév. 24:22). Les chrétiens ne sont pas tenus par la Loi mosaïque. Mais oints ou non, nous sommes tous soumis à « la loi du Christ ». Cette loi englobe tout ce que Jésus a enseigné. Or son enseignement le plus important veut que ses disciples manifestent de l’amour (Jean 13:35 ; Jacq. 2:8). Et l’une des principales façons d’aimer Dieu, Christ et notre prochain consiste à prêcher la bonne nouvelle du Royaume (Jean 15:10 ; Actes 1:8).

15. Pourquoi peut-on dire que l’ordre de Jésus s’adresse à tous ses disciples ?

15 Les paroles que Jésus adresse à un petit groupe peuvent s’adresser à un groupe plus important. Par exemple, Jésus a conclu une alliance pour un Royaume avec seulement 11 disciples, mais l’ensemble des 144 000 sont membres de cette alliance (Luc 22:29, 30 ; Rév. 5:10 ; 7:4-8). De façon similaire, c’est à un nombre relativement restreint de disciples, ceux auxquels il est apparu après sa résurrection, que Jésus a ordonné de prêcher (Actes 10:40-42 ; 1 Cor. 15:6). Mais tous ses fidèles disciples du Ier siècle ont compris que cet ordre leur était également adressé, même s’ils ne l’avaient pas entendu de la bouche de Jésus (Actes 8:4 ; 1 Pierre 1:8). De même aujourd’hui, Jésus ne s’est adressé personnellement à aucun des huit millions de prédicateurs actifs du Royaume. Mais tous acceptent leur obligation d’exercer la foi en Christ et de l’exprimer par l’œuvre de témoignage (Jacq. 2:18).

C’EST LE MOMENT D’ÊTRE FIDÈLES

16-18. Comment les brebis potentielles soutiennent-elles les frères de Christ, et pourquoi est-ce le moment de le faire ?

16 Satan fait la guerre au reste des frères oints de Christ sur terre et il multipliera ses attaques à mesure que la « courte période » qui lui reste touchera à sa fin (Rév. 12:9, 12, 17). Bien qu’ils aient à supporter de dures épreuves, les oints sont le fer de lance de la plus grande campagne de prédication de l’Histoire. Il ne fait aucun doute que Jésus est avec eux, qu’il les guide (Mat. 28:20).

17 Les brebis potentielles, dont le nombre s’accroît, s’estiment honorées de soutenir les frères de Christ en prêchant, mais aussi d’autres manières. Notamment en faisant des contributions financières, en participant à la construction de Salles du Royaume, de Salles d’assemblées et de Béthels, et en obéissant fidèlement aux frères que « l’esclave fidèle et avisé » nomme pour diriger l’œuvre (Mat. 24:45-47 ; Héb. 13:17).

Les personnes comparables à des brebis soutiennent les frères de Christ de diverses manières (voir paragraphe 17).

18 Bientôt, les anges vont libérer les vents destructeurs de la grande tribulation. Avant cet évènement, tous les frères de Christ encore sur terre auront été définitivement scellés (Rév. 7:1-3). Et avant qu’Har-Maguédôn n’éclate, les oints auront été emportés au ciel (Mat. 13:41-43). C’est donc maintenant que les humains qui espèrent être déclarés brebis doivent soutenir fidèlement les frères de Christ.

^ § 6 Pour une explication détaillée de cet exemple, voir, dans La Tour de Garde du 15 octobre 1995, les articles « Comment serons-nous jugés par le Tribunal ? » et « Quel avenir pour les brebis et les chèvres ? ».